tordre

 

définitions

se tordre ​​​ verbe pronominal

Se plier en deux (sous l'effet de la douleur, d'une émotion vive). Se tordre de douleur. —  C'est à se tordre (de rire). ➙ tordant.

tordre ​​​ verbe transitif

Déformer par torsion, enrouler en hélice, en torsade. Tordre ses cheveux.
Soumettre (un membre, une partie du corps) à une torsion. Il m'a tordu le bras. Tordre le cou à qqn : étrangler. —  L'angoisse lui tord l'estomac. ➙ serrer.
Déformer par flexion ; plier. Tordre une barre de fer.
Plier brutalement (une articulation, en la forçant). Se tordre le pied, la cheville.
Tourner de travers en déformant. Tordre la bouche de douleur.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je tords

tu tords

il tord / elle tord

nous tordons

vous tordez

ils tordent / elles tordent

imparfait

je tordais

tu tordais

il tordait / elle tordait

nous tordions

vous tordiez

ils tordaient / elles tordaient

passé simple

je tordis

tu tordis

il tordit / elle tordit

nous tordîmes

vous tordîtes

ils tordirent / elles tordirent

futur simple

je tordrai

tu tordras

il tordra / elle tordra

nous tordrons

vous tordrez

ils tordront / elles tordront

 

synonymes

tordre verbe transitif

courber, déformer, distordre, fausser, forcer, gauchir, tortiller, mailler (Suisse)

se tordre verbe pronominal

vriller, se déformer, s'entortiller, gondoler, s'incurver, se plier, se tortiller

se fouler, se faire une entorse à

se tordre (de rire)

rire à gorge déployée, se désopiler, s'esclaffer, rigoler (familier), se boyauter (familier), se fendre la pêche, la pipe, la poire, la gueule (familier), se gondoler (familier), se marrer (familier), se poiler (familier), se rouler par terre (familier), se mailler de rire (vieilli)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Les supplices les plus atroces qui puissent déchirer et tordre le corps et l'âme de l'homme, les raffinements de souffrances, étaient énumérés et décrits avec complaisance.Auguste Angellier (1848-1911)
Le soir, il refusa toute nourriture, et, jusqu'au matin, ses gardiens l'entendirent se tordre dans la camisole de force, essayant de rompre ses liens.Maurice Level (1875-1926)
Au milieu de mes plus grands calmes d'esprit, cette pensée fondait sur moi comme un orage et me faisait tordre mes mains et pleurer comme un enfant.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Il faudra la tordre comme si nous étions, ma chemise et moi, tombés ensemble à la mer.Jean Aicard (1848-1921)
On ne pouvait pas se trouver deux ensemble, sans tout de suite se tordre de rire, en disant des cochonneries.Émile Zola (1840-1902)
Les moustaches maigres, courtes, qu'il essayait de tordre et de redresser au coin des lèvres, disaient la jeunesse et le jeune orgueil.René Bazin (1853-1932)
Chacun paraît s'ennuyer et se tordre la mâchoire ; et on en voit qui regardent le ciel, trouvant que le jour a l'air de se prolonger indéfiniment.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Et pour achever d'expliquer la vogue de ce chef-d'œuvre, sachez qu'au dénoûment on rit à se tordre, et que la salle entière entre en convulsions.Hector Berlioz (1803-1869)
Le corps continua de gémir, de se tordre, et de sangloter, à chaque souvenir d'autrefois, à chaque évocation du père aimable ou heureux.Paul Adam (1862-1920)
Le pays ici est brûlé par le soleil, la terre est sèche comme de l'amadou, mais moi j'étais à tordre en arrivant.Paul d'Ivoi (1856-1915)
Tous les échantillons physiques et moraux de l'espèce humaine viennent s'y rouler et se tordre comme des vagues furieuses, dans cette immense et sublime tempête qu'on nomme la vie.Jules Noriac (1827-1882)
La jeune mère sentant ses entrailles se tordre dans les souffrances de l'enfantement doit éprouver une angoisse pareille.Arsène Bessette (1873-1921)
Les excentricités du pauvre insensé telles que le « louche, » ainsi nommerai-je l'individu, les rapportait, faisaient tordre de rire mes voisins.Charles Deguise (1827-1884)
Deux hommes seuls étaient demeurés près du misérable, le regardant se tordre à leurs pieds dans d'atroces souffrances.Gustave Aimard (1818-1883)
En tout état de cause, comme il ne le montre que sur un plan, il peut tordre ses lignes dans le sursaut des raccourcis.Robert de la Sizeranne (1866-1932)
Elle avait vu nos membres se tordre dans des mouvements convulsifs sous ces inénarrables douleurs, elle résolut alors de nous sauver.Charles Deguise (1827-1884)
On le voyait sans cesse occupé à tordre une barre d'acier, à rompre un fer à cheval ou une corde neuve.Anatole France (1844-1924)
Parfois, je tournais la tête, et je voyais alors nos deux ombres se prolongeant à l'infini, glisser comme des fantômes sur les hautes tentures, et se tordre en contorsions bizarres....Erckmann-Chatrian (1822-1899, 1826-1890)
Des secours empressés le ranimèrent ; mais il ne revint à lui que pour se tordre dans les transports d'une douleur frénétique.Gustave Aimard (1818-1883) et Jules Berlioz d'Auriac (1820-1913)
Ici, après le premier mouvement d'horreur dont on ne peut se défendre, l'hilarité vous gagne, et il faut rire, mais rire à se tordre, à en perdre le sens.Hector Berlioz (1803-1869)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TORDRE » v. act.

Presser une chose circulairement. Tordre du linge pour en faire sortir l'humidité. Les Cordiers ont des machines pour tordre leurs cordes, pour faire des cables. On fait des hares de fagot avec des branches de menu bois qu'on tord.
 
TORDRE, signifie aussi, Faire une grimace, ou se mettre en une posture qui n'est pas naturelle. Les Courtisans d'Alexandre tordoient le cou pour imiter leur Maître qui panchoit un peu la tête. Il y a des gens qui tordent la bouche, qui font des grimaces. Les Basteleurs se tordent le corps en cent façons.
 
TORDRE, signifie quelquefois, Estrangler. On tord le cou à des poulets qu'on veut tuer. On dit que le Diable tord le cou aux Sorciers, quand il les fait mourir. On dit aussi par menace à des enfans. Si je croyois que tu deusses être un poltron, un frippon, je te tordrois le cou.
 
On dit au figuré, tordre le sens d'un passage, pour dire, luy donner une violente interpretation, éloignée du sens de l'Auteur.
 
On dit proverbialement d'un homme qui mange goulument, qu'il ne fait que tordre & avaler. On dit aussi de ceux à qui on veut reprocher trop de jeunesse, ou un manque d'experience, Si on luy tordoit le nez, il en sortiroit du lait.
 
TORDU, ÜE ; TORS, TORSE ; TORT, TORTE, sont trois participes passifs du verbe tordre, qui se disent en diverses occasions. Il a eu le cou tordu par le Diable. Ce rheume luy a rendu le col tors. Une colomne torse. Il a eu naturellement une jambe torte, qui n'est pas bien droite.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des noms d'animaux imaginaires Top 10 des noms d'animaux imaginaires

Les créateurs des Pokémon n’ont rien inventé : depuis toujours, l’imaginaire collectif est peuplé d’animaux hybrides plus ou moins étranges et effrayants, souvent venus de la mythologie gréco-romaine ou de légendes anciennes. Certains sont restés très populaires grâce à la fiction contemporaine : le cinéma et le jeu vidéo ne manquent pas de licornes, de dragons et autres serpents ailés. L’origine de leur nom, en revanche, est souvent méconnue. Je vous propose un petit décryptage étymologique de mes dix bêtes curieuses favorites, dans un ordre de préférence totalement subjectif ! Dans un prochain top 10, je vous parlerai aussi des créatures mi-animales mi-humaines, comme le centaure, le sphinx et la sirène !

Édouard Trouillez 17/02/2020