affermir

 

définitions

affermir ​​​ verbe transitif

Rendre plus ferme, plus solide. ➙ consolider, raffermir.
au figuré Rendre plus assuré, plus fort. ➙ fortifier, renforcer. Affermir son pouvoir. Affermir qqn dans sa résolution.

s'affermir ​​​ verbe pronominal

Devenir plus ferme, plus stable (au propre et au figuré).
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'affermis

tu affermis

il affermit / elle affermit

nous affermissons

vous affermissez

ils affermissent / elles affermissent

imparfait

j'affermissais

tu affermissais

il affermissait / elle affermissait

nous affermissions

vous affermissiez

ils affermissaient / elles affermissaient

passé simple

j'affermis

tu affermis

il affermit / elle affermit

nous affermîmes

vous affermîtes

ils affermirent / elles affermirent

futur simple

j'affermirai

tu affermiras

il affermira / elle affermira

nous affermirons

vous affermirez

ils affermiront / elles affermiront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ce sont elles pourtant qui m'invitent à m'affermir, à creuser plus avant et à étudier dans mon moi ce qu'il contient d'immuable.Maurice Barrès (1862-1923)
Doria jugea que la prudence lui conseillait de s'affermir dans sa position sans rien précipiter, puisque celle de l'ennemi ne pouvait qu'empirer.Pierre Daru (1767-1829)
Sans doute, mais pourquoi ne pas croire aussi qu'il venait affermir et réconforter son âme, à la veille des suprêmes épreuves ?Albert Vandal (1853-1910)
Or, impossible de les affermir sur le sol mouvant du mensonge, impossible aussi de discerner la route où le pied ne bronchera pas, si l'horizon est obscurci.Dora Melegari (1849-1924)
Selon l'habitude des âmes faibles, il voulut d'abord s'affermir dans son dessein par le jugement d'autrui ; mais ce jugement n'avait aucun pouvoir sur lui lorsqu'il contrariait sa passion.Friedrich von Schiller (1759-1805), traduction Adolphe Regnier (1804-1884)
Il fallait affermir dans l'esprit variable du roi la haine contre les réformés, afin de neutraliser son ascendant et de prévenir un acte de grâce.Octave Féré (1815-1875)
C'est là qu'on examinait les moyens d'affermir les lois, et de donner une forme solide au gouvernement pour le bonheur public.François de Fénelon (1651-1715)
Cette conviction était plus cruelle pour elle que les doutes les plus pénibles, et cependant elle cherchait toujours à s'y affermir davantage.Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), traduction Aloïse Christine de Carlowitz (1797-1863)
On n'a pas assez dit combien cette invention contribua à affermir le pouvoir monarchique et à faire naître le système de l'équilibre.François Guizot (1787-1874)
Les empereurs furent d'ailleurs occupés d'affaires trop importantes au-dehors, pour qu'ils pussent penser de suite aux intérêts de leur maison, et prendre les mesures nécessaires pour l'affermir sur le trône.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Cet acte, loin de l'affermir, le rendait moins agréable, et le confesseur du roi travaillait à le renverser.Jules Michelet (1798-1874)
L'homme de bien désire nécessairement de ne pas périr tout entier : n'est-ce pas assez pour l'affermir ?Étienne Pivert de Senancour (1770-1846)
Des balbutiements d'espérance jaillissaient de sa bouche, et de larges larmes noyaient le pauvre sourire de courage dont elle cherchait à l'affermir.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Rien n'est donc plus propice que le mariage pour développer et affermir l'affection paternelle, en associant étroitement et indissolublement la vie du père à celle de l'enfant.Charles Turgeon (1855-1934)
Il savait composer avec mes remords, affermir mes pas toujours chancelans dans la route où j'étais lancée, travailler ma conscience, et m'en sauver les tourmens.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Et certes, à s'affermir dans ces résolutions, il y avait de sa part quelque courage.Émile Gaboriau (1832-1873)
Ainsi, pour la première fois, l'aristocratie sentait qu'elle ne pouvait affermir sa victoire sur le roi qu'en stipulant pour tous les hommes libres.Jules Michelet (1798-1874)
Il fallait prendre partout possession du pouvoir et le remettre à des hommes capables d'affermir le triomphe de la cause nationale.François Guizot (1787-1874)
Ce n'était point par horreur pour les moyens sanguinaires que le comité avait frappé les ultra-révolutionnaires, mais pour affermir l'autorité, et pour écraser les résistances qui arrêtaient son action.Adolphe Thiers (1797-1877)
Vous voyez qu'en voulant porter votre cour à affermir sa sécurité, vous avez troublé la mienne, et en même temps celle de beaucoup d'autres.Anne-Jean-Marie-René Savary (1774-1833)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « AFFERMIR » verb. act.

Rendre ferme & inesbranlable. Il faut affermir une voute par de bons arcsboutans. son corps s'affermit de jour en jour, & reprend ses anciennes forces.
 
AFFERMIR, se dit au figuré des choses spirituelles. La Philosophie affermit le courage. la victoire affermit un Prince dans son trône. la grace affermit les fidelles dans la foy.
 
AFFERMI, IE. part. pass.
Drôles d'expressions À la bonne franquette À la bonne franquette

À la bonne franquette : sans façon, sans cérémonie. 

Alain Rey 16/02/2020