apathique

 

définitions

apathique ​​​ adjectif et nom

Qui manque d'énergie ou de réactivité émotionnelle. ➙ amorphe. —  nom Un, une apathique.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il tâcha de la consoler, de l'amuser, mais quelle distraction faire arriver jusqu'à cette nature monstrueusement apathique ?Alphonse Daudet (1840-1897)
Chacun d'eux paye à ses investigations le tribut qu'il refuse à une apathique ignorance ; chacun d'eux lui révèle ses secrets avec certitude, quoique avec une lente réserve.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Il est certain qu'il faut connaître le malheur pour sortir de cette ingratitude apathique où l'on vit ordinairement.George Sand (1804-1876)
Cependant l'oiseau, apathique et froid, ne témoignait aucune affection au roi, qui ne le conservait que pour sa resplendissante beauté.Raymon Roussel (1877-1933)
Mon foie gémit dans cet air mou que nous respirons, et j'y deviens le bœuf apathique qui travaille sans savoir pour qui et pour quoi.George Sand (1804-1876)
Son regard restait lourd, presque apathique, et chacun de ses muscles gardait l'immobilité de l'acier.Paul Féval (1816-1887)
Il témoignait ouvertement d'une indifférence apathique et dédaigneuse pour tout ce qui se passait dans le monde gouvernemental, électoral, et même littéraire.Edmond Lepelletier (1846-1913)
Laissé à lui-même, malgré ses plus beaux projets et ses plus sérieuses résolutions, il devient bientôt apathique.Charles Des Écores (1852-1905)
Jaune, apathique, et muette, je paraissais en classe la personne la plus calme et la plus soumise.George Sand (1804-1876)
Cette physionomie si vive autrefois, et qui peignait avec tant d'énergie les plus nobles sentiments, ne sortait plus de l'air apathique.Stendhal (1783-1842)
Mais si le corps entier est apathique, indifférent, dégoûté, inconstant et railleur, alors sans doute les hommes nous manqueront, – et qu'en ferions-nous ?Frédéric Bastiat (1801-1850)
Je suis trop apathique pour inventer un mensonge, sans quoi j'y aurais certainement recours, étant honteux de la vérité.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
La paresse est un grand vice et, certes, je ne voudrais pas qu'un de mes amis soit paresseux ou apathique.Oscar Wilde (1854-1900), traduction Albert Savine (1859-1927)
Il avait repris son attitude morne ; il était environné de nouveau par cette atmosphère apathique qui l'étouffait.Jules Lermina (1839-1915)
Ce calme désespérant, cette indifférence apathique qu'elle montrait pour tous les détails de la vie matérielle, faisaient graduellement place à une agitation caractéristique.Jules Verne (1828-1905)
Elle n'avait pas cette pétulance fébrile interrompue par des accès de langueur apathique qui distingue les zingarelle.George Sand (1804-1876)
On voit que, dans une chose quelconque, son goût apathique le porte du côté où il y a le moins d'embarras, dût-il être le plus mauvais.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
La question qui se pose est la suivante : allons-nous tous plonger dans une solidarité apathique ou allons-nous au contraire opter pour le dynamisme, l’innovation et le progrès ?Europarl
Le vieux roi est calme, mais apathique, visiblement accablé par les émotions successives de cette journée.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Ce sont les passions qui usent le corps aussi bien que l'âme, les habits aussi bien que le corps, et notre digne bourgmestre, apathique, indolent, indifférent, n'était passionné en rien.Jules Verne (1828-1905)
Afficher toutRéduire
Vidéos Épivarder, par Alain Rey Épivarder, par Alain Rey

Saviez-vous que le verbe épivarder, couramment utilisé au Québec, était employé au XVIIe siècle dans les provinces de l'ouest de la France ? Écoutez Alain Rey nous raconter l'histoire de ce mot, témoin du lien profond entre le français québécois et le français de France.

Alain Rey 16/09/2020