ascendance

 

définitions

ascendance ​​​ nom féminin

Ligne généalogique par laquelle on remonte de l'enfant aux parents, aux grands-parents ; ensemble des générations dont est issu qqn. Il est d'ascendance bretonne. ➙ famille.
 

synonymes

ascendance nom féminin

origine, extraction, naissance, race, souche

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Sous les hauts plafonds gris et blancs, parmi les images d'ancêtre authentiques, elle apparaissait vraiment dans son cadre, avec la grâce singulière et l'autorité que donne une longue ascendance d'aristocratie.Marcel Prévost (1862-1941)
Peut-être ce rationaliste manoeuvreur de foules était-il lui-même manœuvré par son ascendance.Marcel Proust (1871-1922)
Le liége, en planches fort minces, surtout dans le très-fin, et à contre-sens par l'ascendance de ses pores, apportait un obstacle au bouchage.Nicolas Appert (1749-1841)
Hongrois d'ascendance transylvanienne, je suis aujourd'hui citoyen roumain.Europarl
Nous avons pu nous attaquer au problème de la transmission maternelle possible en retirant aussi les animaux qui pouvaient comporter un risque de contamination à cause de leur ascendance.Europarl
L'éducation, le milieu, l'ascendance maternelle, contre-balançaient tout au moins l'origine florentine.Jean Hippolyte Mariéjol (1855-1934)
Une ascendance politique est aujourd'hui nécessaire pour convaincre le monde du bien-fondé de notre action.Europarl
Les savants, qui discernent facilement l'ascendance latine de la chirula et du galoubet, nés tous deux de la tibia, sont plus divisés sur les origines du tambourin.Charles le Goffic (1863-1932)
Toutefois elle se précise encore si l'on note que l'ascendance paternelle de l'artiste est purement anglaise.Émile Verhaeren (1855-1916)
Afficher toutRéduire
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots des politiques Top 10 des mots des politiques

Travailleur, dégagisme, abracadabrantesque... Choisis délibérément, employés à l'improviste ou totalement inventés, certains mots marquent durablement le discours des femmes et des hommes politiques français. Qu'ils soient surprenants, brutaux, décalés, peu connus ou utilisés mal à propos, ils ont tous pour point commun d'être largement repris dans les médias et commentés à l'infini. De la chienlit du général de Gaulle au perlimpinpin d'Emmanuel Macron, voici dix mots qui prouvent que le lexique des politiques n'en finit pas de nous étonner.

Édouard Trouillez 10/06/2020