assiéger

 

définitions

assiéger ​​​ verbe transitif

Mettre le siège devant. Assiéger une ville. ➙ encercler, investir.
Entourer ; tenir enfermé dans. ➙ encercler. Les flammes les assiégeaient de toutes parts. ➙ assaillir.
(personnes) Entourer ; essayer de pénétrer dans. Une foule assiégeait les guichets.
au figuré, littéraire Fatiguer (qqn) de ses assiduités, de ses sollicitations. —  au passif Être assiégé par des créanciers.
(choses) Assaillir, obséder. Les souvenirs qui m'assiègent.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'assiège

tu assièges

il assiège / elle assiège

nous assiégeons

vous assiégez

ils assiègent / elles assiègent

imparfait

j'assiégeais

tu assiégeais

il assiégeait / elle assiégeait

nous assiégions

vous assiégiez

ils assiégeaient / elles assiégeaient

passé simple

j'assiégeai

tu assiégeas

il assiégea / elle assiégea

nous assiégeâmes

vous assiégeâtes

ils assiégèrent / elles assiégèrent

futur simple

j'assiégerai / ro j'assiègerai

tu assiégeras / ro tu assiègeras

il assiégera / ro il assiègera / elle assiégera / ro elle assiègera

nous assiégerons / ro nous assiègerons

vous assiégerez / ro vous assiègerez

ils assiégeront / ro ils assiègeront / elles assiégeront / ro elles assiègeront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je n'y mets ni insouciance ni lenteur, mais tu ne m'as pas élevé pour être un courtisan, ma bonne mère, et je ne sais pas assiéger la porte des protecteurs.George Sand (1804-1876)
Et comme il faut bien que ces isolées gagnent leur vie, nous les voyons assiéger les portes de toutes les « administrations » et s'épuiser à la conquête de tous les diplômes.Charles Turgeon (1855-1934)
Il avait espéré trouver le repos dans sa retraite sombre, mais l'homme et la destinée venaient l'y assiéger.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Pendant que j'agonise sur mon lit, des hommes de cette sainte maison, et qui s'appellent mes frères, viennent assiéger mon dernier soupir d'une lâche curiosité et d'une supercherie infâme.George Sand (1804-1876)
On vit en un instant une masse profonde, large et confuse, d'hommes, de chevaux et de chariots, assiéger l'étroite entrée des ponts qu'elle débordait.Philippe-Paul de Ségur (1780-1873)
Les minutes où les spectres de mes victimes ne viennent pas m'assiéger sont encore, peut-être, les plus terribles pour moi...Michel Zévaco (1860-1918)
Mais sa santé ne put résister à ce régime ; sa raison s'ébranla, et les fantômes vinrent l'assiéger durant la veille, plus effrayants et plus redoutables que pendant le sommeil.George Sand (1804-1876)
On ne pouvait donc plus penser sérieusement à l'assiéger : il fallait se résoudre à tout attendre du temps, à la bloquer d'abord et à essayer de la prendre par famine.Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont (1774-1852)
Car trop grande honte est à un ost, spécialement quand il y a roi ou lieutenant du roi, d'assiéger une place et puis de s'en lever.Anatole France (1844-1924)
Vous voyez que le foyer de la contre-révolution est dans les bureaux de la guerre ; il est nécessaire de l'assiéger.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Mais il était à craindre que ce ne fût dans le but de réunir et de ramener des alliés pour assiéger le fort.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Il était bien capable d'enlever le château par un coup de main, sinon de l'assiéger.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Ainsi, que de sérieuses réflexions venaient m'assiéger sur la position équivoque et bizarre du nouveau gouvernement !Joseph Fouché (1759-1820)
Mais bientôt, un nouveau chagrin vint assiéger son cœur ; j'allais être forcé de m'éloigner d'elle, car la guerre venait d'éclater sur le continent : voici à quel sujet.Jean-Baptiste de Marbot (1782-1854)
Cette loge obscure, cette retraite, cette scène plus dramatique que la scène elle-même, ce tumulte d'une sensation nouvelle, réveillant un souvenir réel et semblable, tout venait m'assiéger pour m'anéantir.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Ce fut alors que cette disparition du pêcheur lui parut étrange, et qu'un soupçon réel commença d'assiéger son esprit.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Et dès le jour même, stratégiste habile en ces genres de batailles, il étudiait la place qu'il voulait assiéger.Hector France (1837-1908)
Le chaik, charmé d'acquérir des amis aussi puissants, vint sur-le-champ avec eux assiéger le rebelle.Volney (1757-1820)
Amilcar, étant venu l'y assiéger, fut défait, ce qui ajourna pour quelque temps encore l'issue de la campagne.Ernest Mercier (1840-1907)
On vit en un instant une masse profonde, large et confuse d'hommes, de chevaux et de chariots assiéger l'étroite entrée des ponts qu'elle débordait.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ASSIEGER » verb. act.

Camper une armée tout autour d'une place, afin que rien n'y entre, & qu'on la prenne ou par famine, ou par force. On prend maintenant toutes les villes qu'on assiege, à moins qu'elles ne soient secouruës.
 
ASSIEGER, se dit figurément en choses morales, en parlant de tout ce qui est autour de nous qui nous importune, qui nous embarrasse, qui nous oste quelque liberté. Les pauvres sont en si grand nombre, qu'ils nous assiegent. ceux qui tiennent table, sont assiegés d'escornifleurs. un Ministre est assiegé de personnes qui luy demandent. ce vieillard se laisse assieger par ses parents. il y a long-temps que cette femme est assiegée par un tel. On dit aussi, qu'on est assiegé par les eaux, quand il y a quelque inondation ; par les neiges, par le mauvais temps, lors qu'il pleut, & qu'on n'ose sortir ; par les brigands qui courent la campagne, &c.
 
On dit, qu'une armée est assiegée par les vents dans un port, quand elle n'en peut sortir à cause des vents contraires.
 
ASSIEGÉ, ÉE. part. pass. & adj. Une place assiegée.
 
ASSIEGÉ, est aussi substantif. Les assiegés ont fait une sortie vigoureuse. on a capitulé avec les assiegés. Ce mot vient d'assideo, obsideo.
Le mot du jour Mots bleus Mots bleus

Des mots bleus, comme le bleu de ses yeux. Un bleu comme on en voit en Belgique où « être bleu de quelqu’un » c’est en être fou amoureux, au-delà des mots.

Aurore Vincenti 20/04/2020