brave

 

définitions

brave ​​​ adjectif et nom

(après le nom) Courageux au combat, devant un ennemi (➙ bravoure). —  nom La paix des braves.
(avant le nom) Honnête et bon avec simplicité. Un brave homme, une brave femme. De braves gens. —  nom Mon brave (appellation condescendante). —  par extension Un brave chien.
attribut D'une bonté ou d'une gentillesse un peu naïve.
régional (Sud) Aimable, gentil ; gai et vaillant.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je marchais donc, en dépit de mes devoirs, dans le sillage du grab, car toutes mes espérances reposaient maintenant sur la science du brave et savant docteur.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Quand le brave s'enfuit, c'est qu'il a toute raison de fuir, et l'homme prudent doit se garder pour une meilleure occasion.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
La brave jument renâcla, comme si elle comprenait le langage de son cavalier, et joua des jambes pour se mettre au galop.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Descendez, brave homme ; et, puisque vous êtes le gardien, ouvrez- moi ces cages, et mettez-moi ces bêtes dehors.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Le brave garçon eut à être hissé sur son siège, où il déploya dès lors une disposition d'esprit entièrement partagée entre le rire et la musique.Robert Louis Stevenson (1850-1894), traduction Téodor de Wyzewa (1862-1917)
Pendant la causerie du souper, je recueillis sur l'histoire du docteur quelques détails qui, joints à ce que j'en avais appris déjà, m'inspirèrent pour ce brave naturaliste un grand intérêt.Mayne Reid (1818-1883), traduction Allyre Bureau (1810-1859)
Ce brave homme fut enchanté de louer sa maison au colonel, et il s'offrit même pour remplir les fonctions de sommelier les jours de réception.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Du côté opposé, beaucoup d'autres chevaliers normands ou anglais s'étaient déclarés contre les tenans, d'autant plus volontiers qu'ils étaient fiers de suivre un champion aussi brave que le chevalier déshérité.Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
Il paraît être réellement un brave homme, et j'ose dire que son vers est très-bon irlandais.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Si mon brave fils était ici, il ne le souffrirait pas ; mais je suis vieux et impuissant, et, de toute façon, détruit.Oliver Goldsmith (1728-1774), traduction Bernard-Henri Gausseron (1845-1913)
Pour aujourd'hui, dites à ce brave homme qu'il entre ; mais qu'on s'assure d'abord que ce n'est pas un des espions ou de mes assassins.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
L'un des matelots s'empare du précieux article, le porte en toute hâte à terre, et s'en revient poursuivi par les bénédictions de la brave femme.William Dean Howells (1837-1920), traduction Louis Fréchette (1839-1908)
Ce qui, de l'avis de mon oncle, avait le plus entravé la carrière du brave homme, c'était son excessive simplicité et une timidité qui ne lui cédait en rien.Nicolaas Beets (1814-1903), traduction Léon Wocquier (1821-1864)
Ce brave homme éprouva cependant un certain déplaisir ; il avait bien compté avoir le colonel pour convive pendant toute la journée du dimanche.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Alors l'homme l'enjambait d'un air brave et reprenait sa marche sans rien perdre de sa dignité.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
C'est égal, tu es un brave petit marmot ; tu voudrais être marin, ça mérite quelque chose.Mayne Reid (1818-1883), traduction Henriette Loreau (1815-1883)
Henry n'était pas seulement courageux, mais aussi bon qu'il était brave ; et je n'ai pas besoin de vous dire que je l'aimais de tout mon cœur.Mayne Reid (1818-1883), traduction Henriette Loreau (1815-1883)
Ce n'est pas pour des prunes que j'ai étudié à fond votre histoire, en homme du métier, ma brave dame !Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
Aussi, après une lutte acharnée des deux parts, mes gens avancèrent vers notre poste ; dans mon impatience, je franchis l'enclos et j'encourageai d'une voix éclatante mon brave équipage.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Tous les épis tombés restent sur le sillon avec le chaume, et c'est un spectacle à briser le cœur d'un bon et brave moissonneur suisse.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BRAVE » adj. m. & f. & subst.

Excellent en sa profession. On dit, un brave homme, un brave soldat, une brave femme, un brave Orateur. brave Cavalier, qui fait toutes choses d'une maniere noble & honneste.
 
Il l'a fait en brave homme, & le doit soûtenir.
 
Corneille.
 
BRAVE, en termes de Guerre, signifie, Intrepide, qui affronte les perils : & on dit absolument, C'est un brave, pour dire, C'est un homme courageux, determiné.
 
Il est de faux devots, comme il est de faux braves.
 
Moliere.
 
Il est mort bien de braves gens à ce siege. Ce mot vient du bravium, qui signifie, le prix de la victoire.
 
BRAVE, se prend aussi en mauvaise part, & se dit d'un bretteur, d'un assassin, d'un homme qu'on employe à toutes sortes de meschantes actions. Cette Courtisane a plusieurs braves qui la protegent.
 
BRAVE, signifie aussi une personne bien vestuë. Les bourgeois ne sont braves que les Festes & Dimanches.
 
On dit proverbialement, qu'un homme est brave comme Cesar, qu'il est brave comme l'espée qu'il porte, pour dire, qu'il est fort vaillant : qu'il est brave comme un Bourreau qui fait ses Pasques, pour dire, qu'il n'a pas coustume d'estre si bien vestu. Ce proverbe vient de ce que les Bourreaux étoient autrefois obligés de porter des habits chargés de quelque marque de leur infamie, comme d'une eschelle & d'une potence, pour les distinguer des autres personnes ; & il leur étoit permis de les quitter quand ils faisoient leurs Pasques, pour la reverence de la Feste, auquel jour ils s'habilloient des plus beaux habits qu'ils vouloient. On dit aussi, Brave comme un lapin. On dit aussi, Mon brave, absolument, comme on dit, Mon cher, &c.
Le français des régions Boujou Boujou

Boujou, mon bijou ! Dans les parlers normands, on trouve le mot boujou, forme dialectale équivalente au français commun « bonjour », qui s’emploie pour saluer quelqu’un que l’on rencontre ou dont on prend congé : « Boujou de Normandie ! »

27/10/2020