châtier

 

définitions

châtier ​​​ verbe transitif

littéraire
Infliger une peine à (qqn) pour corriger. ➙ punir. Châtier un coupable.
au figuré Rendre (son style) plus correct et plus pur. ➙ corriger, épurer. —  au participe passé Un langage châtié. ➙ académique, correct.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je châtie

tu châties

il châtie / elle châtie

nous châtions

vous châtiez

ils châtient / elles châtient

imparfait

je châtiais

tu châtiais

il châtiait / elle châtiait

nous châtiions

vous châtiiez

ils châtiaient / elles châtiaient

passé simple

je châtiai

tu châtias

il châtia / elle châtia

nous châtiâmes

vous châtiâtes

ils châtièrent / elles châtièrent

futur simple

je châtierai

tu châtieras

il châtiera / elle châtiera

nous châtierons

vous châtierez

ils châtieront / elles châtieront

 

synonymes

châtié, châtiée adjectif

académique, classique, dépouillé, épuré, poli, pur

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Brusquement, il revint sur ses pas, la canne levée comme pour châtier l'insolence de ces petites filles.Victor Tissot (1845-1917)
Ziska procéda, dit-on, pour découvrir et châtier cette désobéissance, avec sa ruse et sa cruauté accoutumées.George Sand (1804-1876)
Châtier un brigand africain ne paraît pas un motif suffisant pour exposer une vie aussi précieuse.Dorothée de Dino (1793-1862)
Cette manière de le châtier était la plus mortifiante pour un cœur ardent et généreux.George Sand (1804-1876)
Vous savez que ma profession est de secourir les faibles, de punir les félons et de châtier les traîtres.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
À l'époque, l'enfer et la damnation ne suffisaient pas pour châtier les députés qui se risquaient à parler de harm reduction ou d'approche thérapeutique.Europarl
Il s'anima et nous fit un morceau sur le droit imprescriptible des nations de s'opposer au renversement de leurs institutions et de châtier les rois parjures.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Et il lui dicta le procès-verbal de cette scène, exactement, minutieusement, se reprenant même parfois pour arriver à l'expression juste et châtier son style.Émile Gaboriau (1832-1873)
Personne n'a le droit de châtier les indigènes pour les fautes qu'ils pourront commettre dans les travaux qu'on leur fera faire à bord.Paul de La Gironière (1797-1862)
Ensuite, il descendit dans la cour avec le projet de se rendre chez le gouverneur provisoire et de le châtier aussi des prétendus outrages qu'il en avait reçus.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Il ordonna donc que l'on fît soigneuse recherche de l'assassin, se promettant bien de le châtier, s'il était découvert, par quelque supplice terrible.Eugène Muller (1826-1913)
Non, non, je veux mettre ordre à cela, récompenser les courageux, châtier les fainéants et les lâches...Eugène Sue (1804-1857)
Prenez garde, tout change dans l'univers : les rois ont assez longtemps châtié les peuples ; les peuples, à leur tour, pourraient bien aussi châtier les rois.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Je voudrais la châtier pour lui bien montrer toute l'ignominie de sa conduite, et je n'en ai pas l'audace.Hugues Rebell (1867-1905)
Leurs nouveaux amis s'apprêtaient à châtier cette insolente canaille, mais il leur fallut y renoncer, car les deux espiègles s'étaient perdus dans la foule.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
De grands malheurs en ont résulté ; mieux aurait valu les châtier âprement, car le bon justicier, quand il pend un homme, en sauve cent.Charles-Victor Langlois (1863-1929)
Il faut trouver des formes pénales pour intervenir et châtier ceux qui se rendent coupables de prévarication.Europarl
Je crois bien que je me suis trompé ; mais ce n'est pas pour cette erreur involontaire dont je suis durement puni que le ciel voudra me châtier davantage.Ernest Daudet (1837-1921)
Gagnez donc la porte avec assurance ; je reste, moi, pour vous protéger et châtier ceux qui oseraient s'opposer à votre retraite.Pierre Zaccone (1818-1895)
L'initié libre ne peut pas vouloir mal faire ; s'il frappe, c'est pour châtier et pour guérir.Éliphas Lévi (1810-1875)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CHASTIER » v. act.

Corriger, punir ceux qui ont failli. La Justice chastie les coupables. un pere doit chastier ses enfans. un maistre chastie ses escoliers, ses valets. On dit aussi au Manege, Chastier un cheval. Ce mot vient du Latin castigare.
 
CHASTIER, se dit aussi des malheurs ou desplaisirs qui nous arrivent en consequence de quelque faute que nous avons faite. Cet homme a esté bien chastié de la faute qu'il a faite, toute sa fortune a esté depuis en decadence. les maladies, les gouttes chastient bien les gens adonnés à la paillardise.
 
CHASTIER, signifie aussi, Corriger un ouvrage, le purger de ses fautes. Le stile de cet Orateur est fort chastié. cet homme écrit de bon sens, mais il ne chastie pas assez sa diction.
 
CHASTIÉ, ÉE. part. & adj.
 
On dit proverbialement, Qui bien aime bien chastie, en parlant de l'amour d'un pere envers ses enfans. On dit aussi, Chastier bien, & recompenser de même. L'auteur de ce mot est le Duc d'Albe, qui étoit fort exact à payer ses trouppes, & fort severe à les punir.
Déjouez les pièges ! « Les efforts qu'il a fallu » ou « fallus » ? « Les efforts qu'il a fallu » ou « fallus » ?

Un doute sur l'accord du participe passé des verbes impersonnels ? Suivez le guide !

12/03/2020