cheveu

 

définitions

cheveu ​​​ | ​​​ nom masculin

Poil qui recouvre le crâne humain. surtout au pluriel Les cheveux. ➙ chevelure ; familier tif(s). Cheveux plats, raides ; frisés, bouclés, crépus. —  Cheveux noirs, bruns, châtains, roux, blonds ; gris, poivre et sel, blancs. —  Perdre ses cheveux (➙ chauve). Avoir les cheveux en bataille, hirsutes (➙ être échevelé). Démêler, peigner ses cheveux. ➙ se coiffer. —  locution Cheveux au vent, libres de toute attache.
locution, au figuré S'arracher les cheveux : être furieux et désespéré. —  Faire dresser les cheveux sur la tête (à qqn) : inspirer un sentiment d'horreur. —  familier Avoir mal aux cheveux, mal à la tête pour avoir trop bu. —  Se faire des cheveux (blancs) : se faire du souci. —  Tiré par les cheveux : amené d'une manière forcée et peu logique (raisonnement, récit…). —  Couper les cheveux en quatre : se perdre dans un raisonnement pointilleux. ➙ pinailler. —  au singulier Avoir un cheveu sur la langue*. —  À un cheveu (près) : à très peu de chose (près). —  Comme un cheveu sur la soupe : à contretemps, mal à propos.
Cheveux d'ange : fines décorations d'arbre de Noël ; vermicelle très fin.
Botanique Cheveu-de-Vénus ​​​ . ➙ adiante. Des cheveux-de-Vénus.
 

synonymes

cheveu nom masculin

poil (familier), tif (familier)

cheveux pluriel

chevelure, toison, crinière (familier), tignasse (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elle n'avait pas été condamnée, il se couperait la main, plutôt que de toucher à un cheveu de sa tête.Émile Zola (1840-1902)
Il avait une barbe rare, aux poils inégaux, clairsemés et jaunâtres, et pas un cheveu sur la tête !Guy de Maupassant (1850-1893)
De ceux-ci, je te laisserai quelques-uns pour te garder pendant l'heure terrible qui approche, afin qu'il ne soit point touché un seul cheveu de cette tête aujourd'hui si basse.Alfred Tennyson (1809-1892), traduction Francisque Michel (1809-1887)
Dès qu'il croyait avoir touché une corde de son âme, il ne lui restait plus dans la main qu'un cheveu.George Sand (1804-1876)
En outre, le cheveu d'un fou ne ressemble pas à celui que je tiens maintenant dans ma main.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Si un seul cheveu de sa tête est atteint par le feu, je m'en vengerai sur chacun des habitans du château.Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
L'excellent homme se serait brûlé les deux mains plutôt que de toucher à un cheveu de la jeune fille.Gustave Aimard (1818-1883) et Jules Berlioz d'Auriac (1820-1913)
Et pourtant je ne dois pas, je ne peux faire tomber un cheveu de cette tête de fer.George Sand (1804-1876)
Je dois ajouter, d'ailleurs, qu'ils n'oubliaient pas de s'arracher au moins un cheveu pour chaque péché qu'ils avaient commis.Jules Verne (1828-1905)
Blanche, rose, l'oreille petite, le cheveu fin, mais trop de joues, trop de santé ; avec cela, les mains rouges, et les grâces un peu froides d'une pensionnaire en vacances.Alphonse Daudet (1840-1897)
La coiffure languit, le cheveu dépérit, le fer à friser dort inutile sur les tisons refroidis.George Sand (1804-1876)
Elle avait de fameux bras, il lui avait vu tirer l'or aussi mince qu'un cheveu.Émile Zola (1840-1902)
Sans fraîcheur, sans grâce, les oreilles livides et comme décollées, le cheveu pauvre, elle montrait déjà, sur le devant de la bouche, une denture toute gâtée...Octave Mirbeau (1848-1917)
Sans doute que la main glacée d'un impitoyable génie me tenait suspendu par un cheveu, mais par un cheveu qu'aucun effort ne pouvait rompre.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
J'ai extrait une balle, et le cerebrum n'est point blessé, car le poids d'un cheveu n'est pas même tombé dessus.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Une roche de la même nature que la précédente, mais striée d'un grand nombre de lignes blanches, parallèles, légèrement ondulées, de l'épaisseur d'un cheveu.Charles Darwin (1809-1882), traduction Alphonse-François Renard (1842-1903)
Malheur à vous si vous y manquez, ou si vous me désobéissez, de l'épaisseur d'un cheveu seulement !Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Elles croient que cela leur portera bonheur et qu'elles ne tarderont pas à trouver un mari ; plus le cheveu est long, plus il est efficace.Paul Sébillot (1843-1918)
Qui voudrait se tenir sous un glaive suspendu par un cheveu sur sa tête, sous prétexte qu'il ne tombera pas ?Alexandre Vinet (1797-1847)
Je leur dirai que, pour un homme qui les aime, – elles n'ont pas un cheveu qui ne soit un trésor, et qu'elles n'ont pas le droit d'être si prodigues d'elles-mêmes.Alphonse Karr (1808-1890)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CHEVEU » s. m.

Poil long & deslié qui vient à la teste des hommes & des femmes. Les Medecins font plusieurs distinctions des cheveux, & leur donnent des noms differents, mais seulement en Grec & en Latin. Ils appellent ceux des femmes coma, à cause du verbe komein, qui signifie attiffer & agencer soigneusement ; ceux des hommes caesaries, à caedendo, parce qu'on les coupe souvent ; ceux de derriere la teste, juba & crines ; ceux qui pendent derriere les oreilles, cincinni, c'est à dire, crespus & annelez. La Magdelaine essuya les pieds du Seigneur avec ses cheveux. la force de Samson consistoit en ses cheveux. les femmes qui se querellent, se prennent d'abord aux cheveux ou aux crins. cheveux bien peignez. Ce mot est derivé de capillus.
 
Les cheveux longs ont été si odieux en un temps, qu'il se trouve un Canon de l'an 1096. portant que ceux qui auront de longs cheveux, seront exclus de l'entrée de l'Eglise pendant leur vie, & qu'on ne priera point Dieu pour eux aprés leur mort. Un Evêque d'Amiens refusa le jour de Noël à la Messe les offrandes de ceux qui avoient de longs cheveux : ce qui fit qu'ils les couperent sur le champ. Cependant Pasquier dit qu'en son jeune âge tout le monde portoit de longs cheveux, à la reserve des Moines. Le Roy François I. commença à porter des cheveux courts, à cause d'une blessure qu'il receut à la teste, qui obligea ses Medecins à le faire raser. Le peuple à son exemple porta des cheveux courts. Les Prêtres mêmes se firent tondre : ce qui eût esté auparavant trouvé de mauvais exemple, comme dit le même Auteur. L'offre qu'ils font à Dieu de leurs cheveux, quand ils font des voeux, est une marque qu'ils se donnent à luy en perpetuelle servitude.
 
CHEVEU, sert de comparaison à toutes les choses déliées. Ce fil, cette soye sont desliez comme des cheveux. cette aiguille, cette ligne sont comme des cheveux.
 
On dit, qu'une femme est coëffée en cheveux, lors qu'elle a seulement ses cheveux arrangez ou tortillez autour de la teste, & qu'elle n'a ni bonnet, ni coëffe qui les cache.
 
On appelle faux cheveux, ceux qui ne tiennent point à la teste, mais qui y sont appliquez en tresses, tours, coins ou perruques.
 
On appelle cheveux vifs, les cheveux arrangez dans les perruques de la maniere qu'ils étoient sur la teste de la personne vivante, sur laquelle ils ont été coupez à ce dessein : & on les appelle frisez naturellement, quand ils étoient frisez, bouclez ou annelez auparavant que d'estre coupez.
 
On appelle un toupet de cheveux, une poignée de cheveux, ce qui croist ou ce qu'on laisse en quelque endroit de la teste. Les Tartares & les Chinois se rasent les cheveux, à la reserve d'un petit toupet qu'ils laissent croistre au derriere de la teste.
 
Les Poëtes appellent le Soleil, Phoebus aux blonds cheveux ; & se servent du mot de cheveux gris & cheveux blancs, pour marquer la vieillesse. Ainsi Malherbe a dit,
 
Les ridicules adventures
 
D'un amoureux en cheveux gris.
 
Et Corneille,
 
Touche ces cheveux blancs à qui tu rends l'honneur.
 
On dit, Rafraischir les cheveux, faire les cheveux, couper les cheveux, pour dire, en couper les pointes, les extremitez, les arrondir, les mettre à la mode.
 
CHEVEUX, se dit figurément des petites racines ou filaments des plantes, d'où leur vient la premiere nourriture.
 
On dit d'une chose qui fait horreur, qu'elle fait dresser les cheveux à la teste. On dit, qu'il faut prendre l'occasion aux cheveux, pour dire, qu'il ne faut pas la laisser eschapper. On dit, qu'un passage, qu'une comparaison sont tirez par les cheveux, lors qu'ils ne viennent pas naturellement au sujet, qu'ils sont tirez de trop loin. On dit encore, que tous nos cheveux sont comptez, pour dire, que la Providence a soin des moindres choses qui nous regardent. On dit aussi, quand on veut trop subtiliser sur les choses, que c'est fendre un cheveu en deux.
Le dessous des mots Torchons ou serviettes ? Ne mélangez plus ! Torchons ou serviettes ? Ne mélangez plus !

Comme vous le savez, les synonymes parfaits sont rares. Le Petit Robert en propose un grand nombre, notamment pour les adjectifs et les verbes.

Marie-Hélène Drivaud 03/01/2021