corne

 

définitions

corne ​​​ nom féminin

Excroissance épidermique, dure et pointue, sur la tête de certains animaux. Cornes ramifiées du cerf. ➙ andouiller, bois. Transpercer à coups de corne. ➙ encorner. —  Bêtes à cornes : bœufs, vaches, chèvres. —  locution Prendre le taureau par les cornes, prendre de front les difficultés.
locution, familier Avoir, porter des cornes, être trompé (mari, femme). ➙ cocu, cornard.
au figuré Corne de gazelle : gâteau oriental.
Appendice comparé à une corne. Les cornes (pédicules oculaires) d'un escargot.
Corne d'animal évidée. Corne d'abondance*.
Instrument sonore. ➙ cor, cornet, trompe. Corne de brume.
Angle saillant, coin.
Faire une corne à la page d'un livre. ➙ corner.
Substance compacte qui constitue les productions dures de l'épiderme (ongles, cornes, sabots, griffes, bec des oiseaux, fanons de baleine, écailles de tortue). ➙ kératine. Des couteaux à manches de corne. —  Corne à chaussures : chausse-pied.
Couches mortes de l'épiderme qui forment des callosités.

corné ​​​ , cornée ​​​ adjectif

Qui a la consistance dure de la corne (II).
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « corne »

Il avait à la main sa lance à pointe de corne et ne baissait point les yeux, je vous assure.Paul Féval (1816-1887)
Le masque était éclairé par une flamme intérieure, comme la corne d'une lanterne par un bout de bougie.Charmes Mérouvel (1832-1920)
Les secondes, celles qui commandent, diffèrent des premières par une petite corne placée à l'extrémité de la tête, comme celle du rhinocéros.Paul de La Gironière (1797-1862)
Une carte que l'on dépose par simple politesse, ne doit porter ni corne ni pli.Jules Rostaing (1824-?)
Les spectateurs le virent viser avec sa corne les côtes de l'éléphant, qui eut soin de lui présenter la tête.Mayne Reid (1818-1883), traduction Émile Gigault de La Bédollière (1812-1883)
Les emblèmes les plus fréquents sont : fer à cheval, enclume, pince, marteau, fer à cheval entouré de petits fers, fer, marteau, taille-corne, clous.Paul Sébillot (1843-1918)
Aucun pavillon ne flotte à sa corne, et il ne l'a pas même hissé lorsqu'il n'était plus qu'à un mille de distance.Jules Verne (1828-1905)
La corne antérieure est la plus longue ; elle dépasse rarement dix-huit pouces, mais elle est souvent brisée ou réduite par les frottements.Mayne Reid (1818-1883), traduction Émile Gigault de La Bédollière (1812-1883)
La corne ne dure guère : certains insectes en sont très friands et la détruisent en fort peu de temps.Gaston Maspero (1846-1916)
Jeanlin, qui avait trouvé une corne d'appel, soufflait, poussait des sons rauques, comme s'il avait rassemblé des bœufs.Émile Zola (1840-1902)
On dit la patte d'un chien, d'un chat, d'un lièvre, d'un loup, d'un ours, d'un rat, et des autres animaux chez lesquels cette partie n'est pas de corne.Thomas Maguire (1776-1854)
Arnandault, ayant consulté son second, se décida pourtant à faire hisser le pavillon anglais à la corne, pour tromper l'ennemi qui, de son côté, arbora la même couleur.Édouard Corbière (1793-1875)
Mais elle se défendait bien pour l'honneur du pavillon qui battait toujours à sa corne.Jules Verne (1828-1905)
Sur les trottoirs, au milieu de la chaussée partout, des hommes rôdaient, attendaient, ainsi qu'à la corne d'un bois.Émile Zola (1840-1902)
Les objets de ménage sont variés : des marmites en terre cuite, des plats et des cuillères en bois, des verres en corne, des vases en peau d'animaux.Ernest Michel (1837-1896)
Au milieu de la partie supérieure, et touchant à la corniche, se trouve une énorme tête humaine, encadrée à l'égyptienne, avec une corne de chaque côté.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
Dans ce pavillon est une naïade couchée qui tient une corne de laquelle cette eau sort et tombe dans un bassin de marbre.Louis Constant Wairy (1778-1845)
Un couteau de chasse à poignée de corne pendait à son côté, fixé dans la ceinture de laine rouge au moyen d'un bout de ficelle.Paul de Musset (1804-1880)
Aucun pavillon ne flotte à sa corne, et je ne puis reconnaître à quelle nation il appartient.Jules Verne (1828-1905)
Votre serviteur, mon capitaine ; c'était à seule fin de vous demander votre permission pour faire reprendre la patte-d'oie de notre corne, qui a molli un peu dans les temps chauds.Édouard Corbière (1793-1875)
Afficher toutRéduire

Exemples de « corné »

Toutefois le nom demandé sortit aussi peu du bec corné de l'oiseau que j'eusse moi-même été en état de le dire.Nicolaas Beets (1814-1903), traduction Léon Wocquier (1821-1864)
Mais, je lui aurais corné aux oreilles, à votre vieille tante, que je ne voulais point de ses frusques, elle nous les aurait envoyées par le messager !René Boylesve (1867-1926)
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CORNE » s. f.

Partie dure que plusieurs animaux ont à la teste & aux pieds. Les boeufs ont deux cornes qui leur sortent de la teste, avec lesquelles on les attache au joug. Les chevres, les boucs, les vaches ont des cornes. Les rhinoceros, les licornes n'ont qu'une corne. On tient qu'il n'y a que les seules bestes à pied fourché qui ayent des cornes. Le bubale a les cornes tournées en rond l'une vers l'autre. Le daim des Anciens les a crochuës en devant, & le chamois en arriere. Les beliers les ont tournées en ligne spirale. Ce mot vient du Latin cornu. On appelle un trouppeau de bestes à corne, un trouppeau de boeufs, de vaches, ou de chevres seulement.
 
On fait plusieurs ouvrages de corne, comme des peignes, des lanternes, des demi-cercles divisez, &c. des chapelets de corne de bufle.
 
CORNE DE CERF, signifie chez les Ouvriers, ce qui s'appelle le bois du cerf chez les Chasseurs. On fait des manches de cousteau de corne de cerf. La raclure de corne de cerf est astringente. La gelée de poisson se fait avec la raclure de corne de cerf, qui ne se digere point, car on la rend comme on l'a prise. Il y a aussi une petite herbe qu'on mange en salade, qu'on appelle corne de cerf, en Latin coronopus, pes milvi. Cette herbe est longuette, se traisnant par terre, ayant des feuilles longues, estroites & pointuës en forme de cornes, de rayons ou d'estoiles sortant de sa tige : ce qui fait que les Italiens l'appellent herba stella. Il y en a aussi une sauvage que quelques-uns appellent serpentine, parce qu'elle guerit la morsure des serpents.
 
CORNE, en termes de Chasse, signifie la teste du chevreuil.
 
CORNE, se dit aussi des petites pointes qui sortent de la teste d'un limaçon & d'autres semblables bestes. Les petits enfants prennent plaisir à chanter aux limaçons, Colimaçon borgne, monstre moy tes cornes.
 
Les ducs espece de chathuants ont aussi de petites touffes de plumes sur la teste qui leur tiennent lieu de cornes.
 
CORNE, en termes de Manege, est un ongle dur & espais d'un doigt qui regne autour du sabot du cheval, & qui environne la sole & le petit pied : c'est là où on broche les cloux quand on le ferre. On met du surpoint à la corne du pied des chevaux, quand elle est seche ou usée. On le dit aussi de la partie dure des pieds de plusieurs autres animaux, comme mulets, asnes, ellends, &c.
 
On dit aussi, Donner un coup de corne à un cheval, pour dire, le saigner au milieu du 3. ou 4. cran ou sillon de la maschoire superieure : ce qu'on fait avec une corne de cerf, dont le bout est fort affilé & pointu.
 
Les Medecins, & Diocles le premier, ont appellé cornes, les deux extremitez du corps ou du fond de la matrice, parce qu'elles ressemblent aux cornes naissantes d'un mouton. Elles sont plus apparentes aux bestes qu'aux femmes.
 
CORNE DE BELIER, se dit en Architecture des volutes qui servent d'ornement aux chapiteaux des Ordres Ionique & Composite. On appelle aussi cornes d'un chapiteau, les quatre coins du tailloir.
 
CORNE D'ABONDANCE, en termes de Poësie, est une corne d'où sortoient toutes choses qu'on pouvoit souhaiter, par un privilege que Jupiter donna à sa nourrice, qu'on a feint avoir été une chevre ou Amalthée. Le vray de cette fable est qu'il y a un terroir en Libye en figure de corne de boeuf, fort fertile en vins & fruits exquis, qui fut donné par le Roy Ammon à sa fille Amalthée, que les Poëtes ont feint avoir été nourrice de Jupiter.
 
On appelle cornes d'abondance, celles d'un mary dont la femme est entretenuë par un riche galant, qui fait beaucoup de bien à la famille.
 
CORNE, en termes de Fortification, est un dehors fort étendu & advancé pour couvrir une courtine ou un bastion. Il est fait de deux flancs deffendus de la place à la portée du mousquet. Sa teste est fortifiée d'une tenaille ou de deux demi-bastions joints par une courtine. Les costez sont ordinairement paralleles. Il y en a pourtant qui sont plus serrez vers la place, qu'on appelle à queuë d'aronde ; d'autres plus étendus, qu'on appelle à contrequeuë d'aronde, selon qu'on veut couvrir un plus grand ou un moindre endroit de la place. Quand les côtez sont trop longs, on y fait quelquefois des épaulements pour les flanquer.
 
CORNE, signifie aussi, Ce qui est angulaire & pointu. Dans le Rituel on distingue la corne droite de l'autel, de la senestre. On dit aussi, les cornes du Croissant, quand la nouvelle Lune commence à paroistre. Un bonnet à cornes, celuy que les Prestres & les Docteurs portent en signe de Clericature ou de leurs degrez. Les Procureurs & les Huissiers ont aussi usurpé cette marque d'honneur. La corne d'un eschaudé, d'une talmouse, se dit aussi d'une des pointes d'un eschaudé, d'un pain, qui ont une figure pointuë.
 
CORNE, en termes de l'Ecriture, signifie, Honneur, gloire, exaltation. Moyse est souvent peint avec des cornes, qui étoient des rayons de lumiere qui parurent sur sa teste en descendant de la montagne de Sinaï. On dit presque en ce sens, qu'un homme leve maintenant les cornes, qu'il commence à montrer les cornes, quand il revient en honneur, en credit, en autorité, aprés avoir essuyé quelque mauvaise fortune.
 
CORNE, se dit en un sens tout contraire, pour marquer une honte ou quelque infamie. Tout le monde le montre au doigt, luy fait les cornes. Et c'est en ce sens qu'on dit qu'on plante les cornes à un homme, quand on le deshonore par le moyen de sa femme qu'on suborne, quand on le fait cocu.
 
CORNE, en termes de Blason, se dit d'une espece de bonnet pointu qui est rouge & bordé d'or, que porte le Doge de Venise pour marque de sa dignité. En ce sens il est masculin, & on dit le corne.
 
CORNE, se dit proverbialement en ces phrases. On dit d'un homme surpris de quelque nouvelle, de quelque accident extraordinaire, qu'il est aussi étonné que si les cornes luy venoient à la teste. On dit d'un homme qui a mal entendu, qu'il entend de corne, qu'il a mangé de la vache. On dit d'une viande qui est dure, que c'est de la corne, qu'elle est dure comme de la corne. On dit qu'on prend les hommes par les paroles, & les bestes par les cornes. On dit aussi d'un goulu qui mange viste, qu'il n'a pas besoin qu'on luy donne un coup de corne pour luy donner de l'appetit. On dit d'un Satyrique qui a donné quelque trait picquant à quelqu'un, qu'il luy a donné un coup de corne.
Vidéos Granny Smith, par Alain Rey Granny Smith, par Alain Rey

La pomme Granny Smith, littéralement « mémé Smith », tire son nom d’une dame âgée, Mrs Smith, qui fut la première à en produire ! Découvrez l’histoire du nom de cette variété de pomme, avec Alain Rey.

Alain Rey 15/09/2020