défier

 

définitions

défier ​​​ verbe transitif

Inviter (qqn) à venir se mesurer comme adversaire. Défier qqn en combat singulier. Défier qqn aux échecs.
Mettre (qqn) au défi (de faire qqch.).
(choses) N'être aucunement menacé par. Des prix défiant toute concurrence.
au figuré Refuser de se soumettre à. ➙ affronter, braver. Défier la mort.

se défier verbe pronominal

littéraire Avoir peu de confiance en ; être, se mettre en garde contre. ➙ se méfier. Se défier de soi-même. ➙ douter. Se défier de qqn, de ses promesses.
 

conjugaison

pronominal

indicatif

présent

je me défie

tu te défies

il se défie / elle se défie

nous nous défions

vous vous défiez

ils se défient / elles se défient

imparfait

je me défiais

tu te défiais

il se défiait / elle se défiait

nous nous défiions

vous vous défiiez

ils se défiaient / elles se défiaient

passé simple

je me défiai

tu te défias

il se défia / elle se défia

nous nous défiâmes

vous vous défiâtes

ils se défièrent / elles se défièrent

futur simple

je me défierai

tu te défieras

il se défiera / elle se défiera

nous nous défierons

vous vous défierez

ils se défieront / elles se défieront

actif

indicatif

présent

je défie

tu défies

il défie / elle défie

nous défions

vous défiez

ils défient / elles défient

imparfait

je défiais

tu défiais

il défiait / elle défiait

nous défiions

vous défiiez

ils défiaient / elles défiaient

passé simple

je défiai

tu défias

il défia / elle défia

nous défiâmes

vous défiâtes

ils défièrent / elles défièrent

futur simple

je défierai

tu défieras

il défiera / elle défiera

nous défierons

vous défierez

ils défieront / elles défieront

 

synonymes

défier se verbe pronominal

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ils marchaient rapidement, cherchant à se défier de tous les points où quelque regard pouvait les atteindre.Jules Verne (1828-1905)
Se croira-t-on soi-même dans une matière où l'on a tant de raisons de se défier de soi ?François de Fénelon (1651-1715)
Il s'aperçoit bientôt qu'on le trompe lorsqu'on lui en promet ailleurs de plus charmants, et cette tromperie le dispose à se défier des promesses les plus solides.Abbé Prévost (1697-1763)
Elle était seule, elle n'avait à se défier d'aucun espionnage immédiat, il y eût eu folie à ne pas profiter des quelques instants de liberté qui lui étaient laissés.Émile Gaboriau (1832-1873)
Il faut donc se défier même où personne ne soupçonnerait des ruses et des dangers.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Un jour, elle lui dit d'aller droit au palais du gouverneur et de le défier à tous les exercices de force.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
Il n'avait aucune raison de se défier de son commissaire de police, et cependant son inquiétude devint si grande qu'il se détourna de son chemin pour passer à l'hôpital.Émile Gaboriau (1832-1873)
Séparés sur la terre, c'est là où nous serons ensemble réunis, c'est là que nous pourrons défier les persécutions des hommes.Charles Deguise (1827-1884)
Je vous supplie seulement de vous défier d'une certaine sentimentalité qui est en vous, et aussi d'une prétendue philosophie que vous avez puisée dans les livres du siècle.Jules Lemaître (1853-1914)
Plusieurs de ses familiers, et non des moindres, lui conseillaient de se défier d'une femme inconnue qui formait peut-être de mauvais desseins.Anatole France (1844-1924)
Il était réservé, méfiant, comme tous les caractères faibles ; et, comme eux, à la fois méfiant et dupe de ceux qui l'aidaient à se défier.Pierre-Louis Roederer (1754-1835)
Ceux qui s'en vont ont tant de raisons pour se défier de ceux qui restent !Henry Murger (1822-1861)
Pendant qu'elle se faisait, de grosses sueurs froides perlaient du front du lieutenant ; mais ses lèvres semblaient, par le plus narquois des sourires, défier les crispations de la chair.Narcisse-Henri-Édouard Faucher de Saint-Maurice (1844-1897)
Ils avaient de la vie une trop cruelle expérience pour ne se pas défier de leur joie....Émile Gaboriau (1832-1873)
Si cette idée de police lui venait, c'est que très-probablement on lui avait recommandé de se défier de la police.Émile Gaboriau (1832-1873)
Non, je ne veux pas joindre à tous mes chagrins celui de me défier de lui ; car celui-là je ne pourrais le supporter.Isabelle de Montolieu (1751-1832)
C'est alors qu'il rêve de dompter un cheval fougueux, de lutter contre l'ouragan, de défier la foudre on les flots soulevés.Lucien Biart (1828-1897)
Il faut se défier de leurs préfaces, de leurs postfaces, et de toutes leurs notes explicatives et justificatives.Louis Maigron (1866-1954)
Quelque chose me dit que vous devriez, au contraire, ne pas le perdre entièrement de vue et même vous défier un peu de lui.Wenceslas-Eugène Dick (1848-1919)
D'abord, si les conséquences auxquelles l'a conduit sa méthode étaient fausses ou dangereuses, sa méthode serait suspecte ; il faudrait au moins se défier de l'esprit dans lequel il l'emploie.Charles de Rémusat (1797-1875)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DEFFIER » v. act.

Provoquer son ennemi au combat, soit aux armes, soit en toutes sortes de dispute, de jeux & d'exercices. Les anciens Chevaliers se deffioient souvent pour éprouver leur courage. Il l'a deffié pour escrire sur une telle matiere, pour joüer une partie d'eschecs. Ce mot vient de diffidare, qui se trouve en plusieurs Auteurs de la basse Latinité. Menage.
 
DEFFIER, se dit aussi pour, Reprocher à quelqu'un son peu de forces, ou son peu de courage. Je vous deffie d'aller en cette maison où il revient des Esprits. Vous me voulez faire un procés, je vous en deffie.
 
DEFFIER, avec le pronom personnel, signifie, N'être pas assûré de quelque personne, ou de quelque chose. Il se faut toûjours deffier des flatteurs. Il faut qu'un homme prudent se deffie toûjours de ses forces. Il se faut deffier de ses valets.
 
DEFFIER, signifie aussi, Se douter. Je me suis toûjours bien deffié que cela arriveroit ainsi. Qui se seroit jamais deffié qu'on eust rendu un si méchant arrest ? pour dire, qui l'eust prevû ?
 
DEFFIÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Les mots du bitume Daron Daron

n. m. : père. Dérivé : n. f. daronne

Aurore Vincenti 15/04/2020