dépravé

 

définitions

dépravé ​​​ , dépravée ​​​ adjectif

vieilli Corrompu moralement. Mœurs dépravées. —  nom Un, une dépravée. ➙ pervers, vicieux.
Altéré, faussé. Goût dépravé.
 

synonymes

dépravé, dépravée adjectif

altéré, corrompu, faussé, perverti

amoral, immoral, vicieux, vil

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Un caprice, un mouvement de colère, quelquefois un instinct dépravé de cruauté, suffisaient pour trancher le fil de plusieurs existences.Gustave de Beaumont (1802-1866)
Si la nature nous a destinés à être sains, j'ose presque assurer que l'état de réflexion est un état contre nature et que l'homme qui médite est un animal dépravé.Jules Lemaître (1853-1914)
Lhomme, cest-à-dire chacun, est si naturellement dépravé quil souffre moins de labaissement universel que de létablissement dune hiérarchie raisonnable.Charles Baudelaire (1821-1867)
Il a passé à lusurpateur, non comme un ignorant crédule, mais comme un vaurien dépravé et dangereux.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Quel est donc ce sentiment dépravé qui a pris la place de votre amour pour la vertu ?Napoléon Bonaparte (1769-1821)
Tu as laissé la niaise profession que t'avait imposée ton père ; employé, tu as déserté ton emploi et renoncé aux sourires et aux pourboires ministériels ; dépravé que tu es, manant !Pétrus Borel (1809-1859)
L'égoïsme naît d'un instinct aveugle ; l'individualisme procède d'un jugement erroné plutôt que d'un sentiment dépravé.Alexis de Tocqueville (1805-1859)
La nécessité, où ils sont souvent réduits, de manger des viandes faisandées a dépravé chez eux le sens du goût.Pierre Duchaussois (1878-1940)
Ne m'abandonne pas, cher ami ; ne t'irrite point contre un insensé : traite-moi plutôt comme ces malades chez qui le goût s'est dépravé, et qui ne savent ce qu'ils veulent.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Il partage si pleinement, pour le satisfaire, ce goût dépravé de l'absurde, ce désir du déraisonnable que chacun de nous porte caché dans un repli de son cœur !Anatole France (1844-1924)
Dans l'homme le plus dépravé, il apercevait ce qui pouvait transformer l'être le plus déchu en l'homme sublime, aussi grand et aussi saint qu'il l'était lui-même.Léon Tolstoï (1828-1910), traduction Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936)
Il ne tarda pas à cesser, persuadé qu'il est plus facile de gouverner tyranniquement un peuple dépravé qu'un peuple qui place la moralité au-dessus de tout.Rudolf Carl von Slatin (1857-1932), traduction Gustave Bettex (1868-1921)
Le garçon dépravé ne tarda pas à se dégoûter de la maison et à chercher des compagnons qui convinssent mieux à ses goûts.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
A dix-huit ans, quand on n'est pas dépravé, c'est là ce qui attire : je devins plus exact aux grands offices.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Leur délicatesse devint, pour son esprit dépravé, une nouvelle forme de libertinage, et celle-ci s'usa comme toutes les autres.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Tout ce qui est bon est son ouvrage, ou c'est lui-même : le mal appartient à l'homme dépravé qui opprime ou qui laisse opprimer ses semblables.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Il n'y a point de forfaits que l'on ne soit en droit d'attendre d'un ordre d'hommes dont le cœur est ainsi dépravé.Paul Thiry d'Holbach (1723-1789)
Il vit à l'aise dans le cœur le plus dépravé et l'âme la plus perdue.Edmond About (1828-1885)
Il a passé à l'usurpateur, non comme un ignorant crédule, mais comme un vaurien dépravé et dangereux.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Comment imaginer sans horreur qu'un goût aussi dépravé puisse exister dans la nature humaine, lorsqu'on pense combien elle peut s'élever au-dessus de tous les êtres animés ?Honoré-Gabriel de Riqueti de Mirabeau (1749-1791)
Afficher toutRéduire
Drôles d'expressions Monter le bourrichon Monter le bourrichon

Monter le bourrichon : monter la tête à quelqu'un.

Alain Rey 18/02/2020