emphase

 

définitions

emphase ​​​ nom féminin

Ton, style déclamatoire abusif ou déplacé. ➙ déclamation, grandiloquence.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Pour faire quelques pas, il faut oser parler nettement et sans emphase de l'art du chant.Stendhal (1783-1842)
C'est un aveu d'ignorance ou d'étourderie que votre emphase ne vous empêche pas de faire ingénument.George Sand (1804-1876)
Il parlait debout, la tête rejetée en arrière, avec une emphase verbeuse, s'écoutant, triant les expressions.Émile Gaboriau (1832-1873)
Il prononça avec quelque répugnance le nom de ce conventicule qui lui déplaisait, et appuya sur les mots avec une emphase dédaigneuse.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Dans cette première partie également, une emphase toute particulière est mise sur l’éducation pour la paix, qui mérite beaucoup de considération.Europarl
Pillerault, peu démonstratif, ainsi que l'indiquaient son attitude calme et sa figure arrêtée, avait une sensibilité tout intérieure, sans phrase ni emphase.Honoré de Balzac (1799-1850)
À ces grands noms, que je prononçai, j'en conviens, avec un peu d'emphase, il me semblait que tout le monde allait au moins me saluer....Jules Janin (1804-1874)
Par ailleurs, j’estime que la situation n’est pas aussi désespérante que ce que nous avons été portés à croire, notamment dans le discours plein d’emphase du commissaire.Europarl
Partout on a remarqué sa belle figure, son noble maintien, sa politesse sans emphase, et le bon goût qui présidait aux paroles qu'il a su dire toujours à propos.George Sand (1804-1876)
Aucune emphase ne gonflait ces paroles, elles taillaient les pensées avec une sobriété puissante, un relief pur.Hector Bernier (1886-1947)
Il s'ennuya des récriminations et de l'emphase, et prit la résolution de se dérober à ce régime malsain.Albert le Roy (1856-1905)
Le maraud devait être initié avant moi aux secrets de cette correspondance dont il parlait avec tant d'emphase.Paul Féval (1816-1887)
Son dialogue en prose semble imité des mélodrames modernes français et pèche par la lourdeur et l'emphase.Théophile Gautier (1811-1872)
Tout glorieux de la confiance que je lui témoignais, il me rendit compte sans emphase ni prévention des renseignemens qu'il avait dû prendre par mes ordres.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Mais, pour cela même, il détestait les phrases et l'emphase, fuyait les explications et les effusions.Émile Gaboriau (1832-1873)
La plupart de ses amis avaient pour lui ce respect intérieur qu'inspire une vertu sans emphase, et plusieurs d'entre eux redoutaient sa censure.Honoré de Balzac (1799-1850)
Quand la romance fut terminée, le cénobite avec emphase déclara qu'elle était bonne et bien exécutée.Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
Rossini fait des vers tant qu'on veut pour ses opéras, et souvent corrige un peu l'emphase des libretti seri qu'on lui présente.Stendhal (1783-1842)
Et il prononçait ce mot de « festa » avec une emphase joyeuse qui est une évocation des temps anciens, où la « fête » était véritablement l'occasion de se réjouir.René Boylesve (1867-1926)
Si comique que fut son emphase, qu'un imperceptible sourire glissa sur les lèvres pâles du placeur.Émile Gaboriau (1832-1873)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « EMPHASE » s. f.

Terme de Rhetorique, qui signifie une expression forte, & qui dit beaucoup en peu de mots. Cet Orateur parle avec beaucoup d'emphase, tous ses mots ont de l'emphase. On le dit aussi de la simple recitation. Les Gascons recitent leurs vers avec beaucoup d'emphase.
Le mot du jour Confiance Confiance

Il faut suffisamment de confiance pour se confier à quelqu’un ou lui confier ses enfants. C’est un acte de foi, à ceci près qu’il ne repose pas sur une croyance mais sur un contrat, un contrat dit « de confiance ».

Aurore Vincenti 04/05/2020