faciès

 

définitions

faciès ​​​ nom masculin

Aspect du visage humain (en médecine, en anthropologie…). —  Expression du visage. ➙ physionomie. —  locution Délit de faciès : accusation contre une personne due à sa seule apparence physique.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Leur casquette descend en pente du sommet de l'occiput jusqu'aux sourcils, et se rive sur le front, couvrant de l'ombre de sa visière toute la partie supérieure du faciès...Paul Mahalin (1838-1899)
Les contractions de ce rire, en étirant son faciès, le rendirent plus repoussant encore.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Peu à peu, son faciès sévère et taciturne se détendit, s'adoucit, exprima la gaieté et se rasséréna complètement.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction J.-W. Bienstock (1868-1933) et Charles Torquet (1864-1938)
Des cannes se brisent sur ma physionomie, de lourdes mains s'appesantissent sur mon faciès.Alphonse Allais (1854-1905)
On eût dit que la vie animait de nouveau ce résidu de faciès tout à l'heure immobile.Raymon Roussel (1877-1933)
Le buste et les membres étaient à l'avenant du faciès.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Une expression plus que juvénile, presque enfantine, occupait son faciès, par ailleurs lisse et brillant, comme celui des personnes qui font un fréquent usage de cold-cream.Robert de Montesquiou (1855-1921)
Tourné vers la droite, le faciès enchante ; vers la gauche, il est plus irrésistible encore.Hector Bernier (1886-1947)
Afficher toutRéduire
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots des politiques Top 10 des mots des politiques

Travailleur, dégagisme, abracadabrantesque... Choisis délibérément, employés à l'improviste ou totalement inventés, certains mots marquent durablement le discours des femmes et des hommes politiques français. Qu'ils soient surprenants, brutaux, décalés, peu connus ou utilisés mal à propos, ils ont tous pour point commun d'être largement repris dans les médias et commentés à l'infini. De la chienlit du général de Gaulle au perlimpinpin d'Emmanuel Macron, voici dix mots qui prouvent que le lexique des politiques n'en finit pas de nous étonner.

Édouard Trouillez 10/06/2020