falot

définitions

falot ​​​ nom masculin

Grande lanterne. ➙ fanal. À la lueur d'un falot.
argot militaire Conseil de guerre.

falot ​​​ , falote adjectif

Insignifiant, terne, sans personnalité. Un personnage falot.

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
On se précipite avec des chandelles dans le creux des mains ; quelqu'un balance un falot au ras du sol et des voix s'appellent dans la nuit.Marc Elder (1884-1933)
Monck se retourna vers le pêcheur, dont on apercevait la silhouette éclairée par le falot.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Est-ce la monotonie sans fin des formes et des couleurs que déroule ce peuple falot au milieu duquel il passe en regardant ?Anatole France (1844-1924)
Le falot de marine, oscillant sous l'étrave de la batterie, ajoutait à cette vision un vertigineux balancement d'ombre et de lumière.Victor Hugo (1802-1885)
Il prit le falot des mains du geôlier, et, comme celui-ci ne se hâtait pas assez à son gré, il poussa lui-même les verrous.Michel Zévaco (1860-1918)
L'équipage transi retourne au poste, moins deux hommes demeurés en faction sur le pont éclairé d'un falot.Louis Boussenard (1847-1910)
Le pêcheur parut apprécier le conseil, déposa le falot à terre et disparut sous la voûte de l'escalier.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Au loin, par-delà la grille de fer que nous avons signalée, il voyait venir un falot pareil au sien.Michel Zévaco (1860-1918)
L'homme au falot obéit à l'injonction, quoique, comme on l'a vu, elle fût faite en termes peu convenables.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Quant aux fenêtres, toutes les vitres ayant été brisées, on voyait s'enfuir par les trous des oiseaux de ténèbres que la lueur du falot effarouchait.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Le nez de celui-ci, comiquement retroussé, sa bouche volontiers souriante, lui donnaient un air falot et dadais que sa démarche augmentait encore.Paul Bourget (1852-1935)
Ce falot mal nippé, à la dégaine de casseur, trouva pour la séduire d'irrésistibles suppliques de gestes et de regards.Georges Eekhoud (1854-1927)
Mais il est aussi surnaturel qu'un follet, qu'on verrait courir son falot à la main, qu'on voudrait attraper, qui vous échapperait comme un sylphe, qui s'évanouirait comme une ombre !Jules Verne (1828-1905)
Nous y restâmes deux heures en extase, courant les grandes salles avec notre pauvre falot, et cherchant à lire les inscriptions extérieures au clair de la lune.Jean-François Champollion (1790-1832)
D'une main, il portait un falot pour éclairer sa route ; de l'autre, une sonnette qu'il agitait de loin en loin.Michel Zévaco (1860-1918)
Ennemi redoutable de mon âme imprudente, à l'heure où l'on allume un falot sur la côte, je défends à mes reins infortunés de se coucher sur la rosée de gazon.Comte de Lautréamont (1846-1870)
Aramis alluma la bougie à l'aide du falot, repoussa doucement le fauteuil et s'approcha du lit avec un mélange visible d'intérêt et de respect.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il faut d'abord que tu ailles redemander au roi ma mule, mon merle et mon falot.Emmanuel Cosquin (1841-1919)
Des festons enflammés traînaient jusqu'à l'eau ; et quelquefois un falot rouge ou bleu, au bout d'une immense canne à pêche invisible, semblait une grosse étoile balancée.Guy de Maupassant (1850-1893)
Éclairés d'un falot et contenus sous des plombs, des portulans, des cartes, des journaux de route étaient déployés sur une cage à poulets.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FALOT, OTE » adj.

Homme ridicule, & qui sert de joüet aux autres, mauvais plaisant. On dit par injure, Vous estes un plaisant falot, à celuy qui est fort méprisable.

Définition de « FALOT » s. m.

Grosse lumiere qu'on porte au bout d'un bâton, enfermée dans quelque vessie ou lanterne. On appelle aussi falots, des lumieres qu'on allume pour éclairer dans les cours & lieux spacieux, qui sont dans des vases pleins de suif ou autres matieres combustibles. On appelle aussi falot ou fanal, le feu de l'Amiral. Voyez Fanal. Ce mot vient de phanatus, Latin tiré du Grec phanos. Menage. D'autres le derivent du Grec phallos. Du Cange dit que ce mot signifioit autrefois des lanternes de camp, que les Anciens appelloient phares, dont l'invention est attribuée à Manuel Empereur, selon Cinnamus ; & qu'on appelloit Cereophalum, un Falot de cire.
Podcasts Parler comme jamais, épisode 4 : l'écriture inclusive Parler comme jamais, épisode 7 : jeux de traduction

Les idées reçues sur la traduction ont la vie dure.

Laélia Véron 14/06/2021