gîte

définitions

gîte ​​​ nom masculin et nom féminin

nom masculin
littéraire Lieu où l'on trouve à se loger, où l'on peut coucher. ➙ abri, demeure, logement, maison. Offrir le gîte et le couvert à qqn. —  courant Gîte rural : logement à la campagne, aménagé pour la location.
Lieu où s'abrite le gibier. Lever un lièvre au gîte.
Dépôt de minerai contenant des gisements. Gîte aurifère.
Partie inférieure de la cuisse du bœuf (en Boucherie). Gîte à la noix, où se trouve la noix.
nom féminin locution (sujet : navire) Donner de la gîte : pencher, s'incliner sur un bord. ➙ gîter (II).
var. ro gite ​​​ .

synonymes

gîte nom masculin

habitation, abri, demeure, logement, maison, refuge, toit

[d'animal] repaire, antre, bauge, refuge, retraite, tanière, terrier, forme (vieux)

gîte nom féminin

bande

souille

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Tu descendras ensuite vers la vallée en prenant toujours à gauche, et tu regagneras notre gîte en flânant le long du torrent.George Sand (1804-1876)
Il n'eut plus ni pain ni gîte, et fut réduit à vivre des aumônes du peuple.Jules Michelet (1798-1874)
Ton ami le voyageur est arrivé au gîte sans accident ; il est heureux et fier du souvenir que tu as gardé de lui.George Sand (1804-1876)
Notre gîte pour la huit est cependant un assez farouche petit château fort, isolé au milieu des landes stériles.Pierre Loti (1850-1923)
En attendant le soir, nous observâmes que les pigeons semblaient se plaire dans leur nouveau gîte.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Il y gîte, jour et nuit, pour plus de sûreté, entouré d'une garde de vauriens qui le veillent, le surveillent peut-être autant qu'ils veillent sur lui.Romain Rolland (1866-1944)
Quelques gelinottes, fourvoyées dans le gîte des lièvres sous des troënes, faisaient seules, avec des insectes, quelques murmures autour de moi ; vies aussi légères, aussi ignorées que ma vie.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Comme il était trop tard ce jour-là pour songer au retour, il fallut s'occuper de notre prisonnier et lui préparer un gîte pour la nuit.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Seulement, il s'écarta de la route dans l'intention de se faire un gîte pour attendre le matin.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
En passant devant la chambre de la comtesse pour aller au gîte où me conduisit un valet, je demandai timidement de ses nouvelles.Honoré de Balzac (1799-1850)
Hantz alla brider les chevaux avec quelque regret ; il était dur, en effet, de quitter si tôt et en pareille circonstance un si bon gîte.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Pourquoi a-t-elle forcé les habitants à chercher un gîte ailleurs, à quitter les tanières traditionnelles hors desquelles il leur semblait impossible de vivre ?Lucien Biart (1828-1897)
Tous deux, comme nous l'avons déjà dit, allèrent chercher gîte ailleurs, et arrêtèrent deux chambres dans la même maison et sur le même carré.Henry Murger (1822-1861)
Et puisque nous savons maintenant que, pour avoir la vérité, il ne faut pas l'attendre sous l'orme, nous allons à sa recherche, nous-mêmes, partout où elle gîte.Romain Rolland (1866-1944)
Comme il y avait beaucoup de passagers, il était prudent de ne pas tarder à se procurer un gîte assuré.Marquise de La Tour du Pin Gouvernet (1770-1853)
Vous pouvez, en route, ne point choisir votre gîte, et considérer comme supportable l'auberge que vous rencontrez.Étienne Pivert de Senancour (1770-1846)
On était souvent sans gîte, sans pain ; on arrivait dans la plus profonde obscurité, sans savoir où tourner ses pas pour trouver son nécessaire.Jean-Roch Coignet (1776-1865)
La porte s'ouvrit toute grande, on nous y poussa et la porte se referma : nous venions de trouver le gîte que nous destinait la discipline prussienne.Amédée Achard (1814-1875)
Ils y arrivèrent enfin et demandèrent à l'hôtelier s'il y avait un gîte pour eux.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Par ce temps horrible, d'ailleurs, les traces sont impossibles à reconnaître, et les carnassiers, qui n'aiment pas plus l'eau que les chats, ne quittent pas volontiers leur gîte.Jules Verne (1828-1905)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « GISTE » s. m.

Lieu où l'on couche. Il ne se dit dans les villes que de celuy des pauvres gens ou vagabonds qui n'ont point de domicile, de lieu assuré pour coucher, & qui donnent tant pour leur giste. On ne peut retenir les prisonniers pour le payement de leurs gistes & geolages.
 
GISTE, se dit, à l'égard des voyageurs, du lieu où ils doivent aller coucher. Sur la route d'Orleans il y a par tout de bons gistes, c'est à dire, de bonnes hosteleries. il faut arriver de bonne heure avant le coche pour retenir un bon giste. nous aurons de la peine à arriver au giste. Du Cange dit qu'on a dit dans la basse Latinité gistum, pour signifier la même chose.
 
GISTE, en termes de Chasse, est le lieu où le lievre retourne toûjours. Il faut attendre le lievre au giste.
 
On appelle aussi giste, le repaire des bestes sauvages.
 
A la boucherie on appelle le giste, le bas de la cuisse du boeuf qui se separe en trois parties, le bas de giste, la levée, & le giste à l'os. Dans le bas de giste il y a le morceau à la noix, semblable à la glande des esclanches de mouton, & ensuitte le derriere du giste.
 
On appelle aussi giste, la meule d'un moulin qui est immobile, & qui est au dessous de l'autre, qui tourne & escrase le grain.