jurer

 

définitions

jurer ​​​ verbe

verbe transitif
Promettre (qqch.) solennellement (➙ serment). Jurer fidélité, obéissance à qqn. —  Jurer de faire qqch. ➙ s'engager à. Jurez (-moi) que vous garderez le secret. —  pronominal Ils se sont juré de ne pas se séparer. Elle s'est juré de ne rien dévoiler.
littéraire Décider avec solennité ou avec force.
Affirmer solennellement, fortement. ➙ assurer, déclarer. Je vous jure que ce n'est pas moi. —  familier Je te (vous) jure ! (exprimant l'indignation). Quel salaud, je te jure !
Jurer de (qqch.) : affirmer de façon catégorique (qu'une chose est ou n'est pas, se produira ou non). « Il ne faut jurer de rien » (de Musset). Je n'en jurerais pas : je ne le crois pas.
verbe intransitif (ou sans complément)
Faire un serment. Jurer sur la Bible. —  locution On ne jure plus que par elle, on l'admire, on l'imite en tout.
Dire des jurons, des imprécations. ➙ sacrer. locution Jurer comme un charretier.
au figuré (choses) Produire une discordance, aller mal ensemble. Ces couleurs jurent.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je jure

tu jures

il jure / elle jure

nous jurons

vous jurez

ils jurent / elles jurent

imparfait

je jurais

tu jurais

il jurait / elle jurait

nous jurions

vous juriez

ils juraient / elles juraient

passé simple

je jurai

tu juras

il jura / elle jura

nous jurâmes

vous jurâtes

ils jurèrent / elles jurèrent

futur simple

je jurerai

tu jureras

il jurera / elle jurera

nous jurerons

vous jurerez

ils jureront / elles jureront

 

synonymes

verbe intransitif

prêter serment

blasphémer, sacrer (Québec ou vieilli)

[contre quelqu’un, quelque chose] crier, grogner, maugréer, pester, râler (familier)

détonner, dissoner, hurler

se jurer verbe pronominal

se promettre, décider

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Lorsqu'elle s'en allait, je la reconduisais à n'en plus finir, le plus loin possible, et elle devait jurer de revenir le lendemain.Judith Gautier (1845-1917)
C'est qu'elle était payée pour savoir qu'avec le chevalier on ne pouvait jamais jurer de rien.Michel Zévaco (1860-1918)
C'est ainsi qu'on aime à faire jurer les gens sur leur tête, et à jurer soi-même sur son honneur.Louis Ulbach (1822-1889)
Tout ce que nous pûmes comprendre, c'est qu'il devait rester là jusqu'à ce qu'il eût juré quelque chose qu'il ne voulait pas jurer.George Sand (1804-1876)
Il savait jurer en huit langues et vingt-trois dialectes, et il ne laissait pas rouiller, faute d'exercice, ses grandes facultés.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Et le prince essaya de lui faire jurer de ne plus combattre pour sa patrie.Augustine Fouillée (1833-1923)
Elle fit jurer à son mari de ne jamais dépasser la somme qui lui était allouée.Émile Zola (1840-1902)
Sans nul doute, sur la croix du pectoral, on leur avait fait jurer de garder le silence.Robert de Montesquiou (1855-1921)
Le comte et la comtesse feront jurer sûreté et féauté au roi par les barons, les communes et les villes des deux comtés.André Le Glay (1814-1894)
On dispose d'elle comme d'un troupeau ; elle a juré, et l'on va lui faire jurer le contraire.Jules Michelet (1798-1874)
C'était le roi qui avait trouvé cela, qui avait fait jurer cela, qui lui-même avait juré cela.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il parlait d'une amitié à toute épreuve, et comparait le tranquille bonheur domestique de nos hôtes à celui qu'il croyait pouvoir jurer de me procurer.George Sand (1804-1876)
Il leur accorda tout ce qu'ils voulurent, jura toutes les chartes qu'ils lui donnèrent à jurer.Jules Michelet (1798-1874)
Enfin, on lui fait jurer, sur les sacrées cornes, de ne jamais croire qu'il l'est, quand même il le verrait !Eugène Le Roy (1836-1907)
Vous êtes sans doute étonné de me revoir, me dit-il ; je viens jurer au fils l'amitié que j'avais vouée au père.François Guillaume Ducray-Duminil (1761-1819)
Son collègue eut un geste de protestation pudibonde, un roulement d'yeux scandalisé, comme pour jurer que lui non plus ne lisait jamais de romans.Émile Zola (1840-1902)
Très vrai, et ça vaut bien deux sous pour le voir et jurer le secret au brave propriétaire de l'animal.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Les tables sont aussi de marbre noir, sans doute pour ne point jurer avec les costumes des consommateurs.Alexandre Privat d'Anglemont (1815-1859)
Si elle dict que non, on lui fera faire nouveau serment, l'exhortant à ne jurer pas faux.Victor Cousin (1792-1867)
Et que te faut-il de tant jurer pour ma serpe qui est chute en ton jardin ?François Béroalde de Verville (1556-1626)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « JURER » v. act. & n.

Promettre solemnellement. L'escriture applique ce terme à Dieu même. Dieu a Juré, & ne s'en repentira point, Pseaume 109. Il a Juré à Abraham nostre pere, qu'il se donneroit à nous, Cantique de Zacharie. Les payens ont fait aussi Jurer leurs faux Jupiter par le Stix. Ce mot vient du Latin jurare, qui, selon quelques-uns, est dit comme Jouemorare, testare, prendre Jupiter à tesmoin. C'est le sentiment de Berman. D'autres disent que jurare est in jure aliquid asserere : ce qui ne se fait gueres sans en venir au jurement.
 
JURER, se dit plus particulierement à l'égard des hommes qui prennent Dieu à tesmoin de la verité de ce qu'ils disent, ou de la promesse qu'ils font d'accomplir quelque chose. Il a juré son grand Dieu, qu'il avoit veu un tel prodige. Il viendra à bout de cette affaire, il en a Juré. Dieu en vain ne Jureras, est un des commandements de Dieu.
 
JURER, se dit aussi en parlant des attestations & des promesses qui se font licitement & solemnellement à l'Eglise & en Justice pour les rendre plus croyables & plus fermes. On juroit autrefois dans les Eglises sur la Croix, sur l'Autel, sur les Evangiles & les Canons & sur les saintes Reliques. Les Rois ont Juré la paix sur les Evangiles. Ils Jurent dans leur Sacre de conserver la Religion & l'Estat. on fait Jurer aux Magistrats & aux Officiers l'observation des Ordonnances ; aux peuples, aux soldats fidelité & obeïssance. On fait Jurer aux gens qui se marient une fidelité reciproque. Il faut qu'on Jure & affirme les comptes qu'on presente en Justice, la verité de la dette pour laquelle on est Colloqué. la formule de Jurer devant le Juge est de lever la main, & de promettre à Dieu & sur sa part de Paradis de dire verité. Un Procureur Jure, sur la foy d'autruy, en l'ame du constituant qui luy a donné procuration. celuy qui Jure à faux, qui fait un faux serment, est infame. Autrefois on se purgeoit de crime en jurant ; & celuy qui en estoit accusé s'estant purgé par serment, en estoit quitte ayant vingt Chevaliers gens de creance, qui juroient pour luy qu'il avoit fait un bon serment & dit verité, lesquels on appelloit compurgateurs.
 
JURER, se dit aussi de plusieurs attestations particulieres. J'en Jure sur mon honneur, foy de Chrestien, foy de Gentilhomme. les Marchands Jurent souvent à faux pour mieux vendre leurs marchandises. JESUS-CHRIST a dit, qu'il ne falloit point Jurer par le Ciel, parce que c'étoit le thrône de Dieu ; ni par la terre, parce que c'est l'escabeau de ses pieds ; ni par sa teste, parce qu'on n'en peut changer un cheveu : mais seulement dire ouy ou non, St. Matth. Ch. 5.
 
JURER, se dit aussi des blasphemes & des execrations qui se proferent contre Dieu & les choses saintes par emportement, colere, rage, & quelquefois, par mauvaise habitude. Les joüeurs qui perdent, les fanfarons qui menacent, sont sujets à Jurer. Il Jure comme un Chartier embourbé, comme un Marinier engravé.
 
JURER, signifie aussi, Faire une forte resolution ou promesse de faire quelque chose. Il ne faut point Jurer sur les paroles de son Maistre, deffendre ses opinions avec trop d'opiniastreté. Ces deux personnes ont Juré amitié ensemble, sont fort attachées l'une à l'autre. Il a Juré la perte de son ennemy, de son rival. Il a Juré sa mort.
 
On dit figurément, que deux couleurs jurent, lors qu'elles ne sont pas bien assorties, qu'elles passent d'une extremité à l'autre, comme le verd & le bleu, à cause d'une meschante allusion à vertubleu.
 
JURER, se dit proverbialement en ces phrases. S'il ne tient qu'à Jurer, la vache est à nous, quand on s'est rapporté au serment d'un meschant homme. On dit aussi à celuy qui affirme une chose connuë. On vous croit sans Jurer. On dit qu'il ne faut de rien Jurer, pour dire, qu'on peut faire des choses bien contraires aux resolutions presentes. On dit aussi parmy le peuple, Ave Maria, ce n'est pas Jurer.
 
JURÉ, ÉE. part. pass. & adj. Ennemy Juré, C'est à dire, ennemy mortel. Un expert, tesmoin Juré, celuy dont on a pris le serment en Justice, & qui va ensuitte faire son rapport ou sa deposition au Greffe.
Vidéos Interloqué, par Karim Duval Interloqué, par Karim Duval

Découvrez une mini-série exclusive pour Le Robert, par l'humoriste Karim Duval.

15/04/2020