ladre

définitions

ladre ​​​ adjectif et nom

adjectif et nom vieux Lépreux.
adjectif (animaux) Qui souffre de larves de ténia (➙ ladrerie). Porc ladre.
nom littéraire Avare (insensible à la misère des autres).

synonymes

ladre adjectif

avare, économe, mesquin, pingre, regardant, crevard (familier), radin (familier), rapia (familier, vieilli), près de ses sous (familier), chiche (vieilli), parcimonieux (vieilli), avaricieux (vieux ou plaisant)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Vraiment, dit cette demoiselle, je suis marrie de son inconvénient, il sera ladre dans deux ans ; mon mari me l'a dit.François Béroalde de Verville (1556-1626)
Cet avare-là n'est pas un ladre ; c'est une bête de proie.Georges Darien (1862-1921)
On peut même employer le mot ladre pour le qualifier et pourtant il plaisait aux femmes, à toutes les femmes, puisqu'il les avait comme il voulait.Charmes Mérouvel (1832-1920)
Moralité nouvelle du mauvais riche et du ladre, à douze personnages.Paul Scarron (1610-1660)
Fais comme je te dis, et en moins d'une semaine, il sera mûr, le ladre, pour le cimetière.Jean Aicard (1848-1921)
Et s'il ne m'a pas payé, le ladre, il m'a sauvé !Romain Rolland (1866-1944)
Le vieux ladre était bien aise de me garder ; et il m'assura qu'il écrirait à ma mère pour qu'elle fût tranquille sur mon sort.Paul de Kock (1793-1871)
Et puisqu'il ne nous reste qu'un maigre patrimoine de santé et de cervelle... sachons au moins le dépenser en ladre, sou par sou.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Cette femme l'ouit, & dit que ceux qui le disoient avoient menti ; que son cousin n'étoit point ladre ; qu'il ne tenoit point du tactac.François Béroalde de Verville (1556-1626)
De là le synonyme de ladre et d'avare.Victor Hugo (1802-1885)
Il était mesquin, égoïste, surtout très-ladre, ce que l'amour ne pardonne pas.Alphonse Daudet (1840-1897)
Je me décidai alors à devenir ladre, puisque c'était le seul moyen de vivre à l'aise et selon sa fantaisie.Émile Souvestre (1806-1854)
Je connois ce ladre : c'est lui même qui se presenta derniérement à monsieur le grand aumônier, pour avoir place en ladrerie.François Béroalde de Verville (1556-1626)
Les courtisans l'appelaient « le ladre » ; non qu'il ne leur donnât souvent à manger ; mais il leur donnait à manger sans profusion.Romain Rolland (1866-1944)
Transportez ce noble, ladre et d'esprit étroit, dans une boutique ; ce sera un marchand exemplaire.Hippolyte Taine (1828-1893)
C'est un cachotier, c'est un ladre, c'est un homme, voyez-vous, mademoiselle, qui me laisserait crever plutôt que de me prêter cent sous...Émile Zola (1840-1902)
Il avait suffi à trois indifférents de prononcer le mot « argent » devant ce pauvre sauvage, pour le rendre calculateur et ladre.Jules Noriac (1827-1882)
Le capitaine a un mépris filial pour son père ; il l'appelle vieux pingre, vieux ladre, vieux bélître.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Depuis les étrivières, j'étais devenue comme ladre, j'avais par tout mon corps des ampoules qui étaient de la grosseur d'un pois.Charles Alfred de Janzé (1822-1892)
Que je devienne ladre vert ou mézeau, si je ne vous le fais gratis, foi d'honnête barbier.Théophile Gautier (1811-1872)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « LADRE » adj. & subst. masc. & fem.

Malade atteint, infecté de lepre. On separe les ladres des hommes sains. Ce qui a donné de la haine aux Orientaux pour les cochons, c'est parce qu'ils sont sujets à estre ladres. On a créé des Officiers langueyeurs de cochons, pour visiter ceux qui sont ladres ou sursemez, qui ont des grains à la langue & à la gorge. On appelle par corruption St. Lazare, St. Ladre ; la ruë grenier, St. Ladre, c'est à dire, du grenier St. Lazare : de là vient qu'on appelle ladres, les lepreux. On appelle ladres blancs, les ladres ou lepreux qui ont encore la face belle, & le cuir poli & lissé, ne donnant aucun signe par dehors de la lepre dont ils sont atteints au dedans ; & ladres verds, des ladres confirmez, qui ont plusieurs boutons qui poussent au dehors, qui sont fort durs, & dont la base est verde, & la pointe blanche. Ambroise Paré dit qu'il y avoit en Guyenne & en Bretagne plusieurs de ces ladres blancs, qu'on appelloit cacots, cagots, capots & gabets, d'où plusieurs pretendent qu'est venu le mot de cagot, qu'on a appliqué odieusement & par derision à ceux qui menoient une vie retirée & solitaire, comme font les ladres ; car on les obligeoit à vivre à part, & à porter des cliquettes, & des barils, afin qu'ils fussent connus & évitez du peuple. Quelques-uns derivent ce mot du Grec laidros, qui signifie turpitude & difformité. Les Grecs ont appellé cette maladie elephantiasis, à cause que les ladres ne sentent rien, & ressemblent à l'élephant, qui est presque insensible à cause de la dureté de sa peau. Borel le dérive de lasre, vieux mot François qui est derivé de Lazare, à cause que le Lazare estoit chargé d'ulceres.
 
LADRE, signifie figurément en Morale, Avare, vilain & malpropre. Ce vieux Pedant est un ladre qui n'a jamais donné à manger à personne, qui se plaint une paire de souliers.
 
LADRE, se dit aussi de ceux qui sont insensibles. J'ay bien ressenti ce coup, je ne suis pas ladre. Il faut que cet homme soit ladre, de souffrir tant de brocards sans en tesmoigner du ressentiment.
 
LADRE, se dit aussi d'un cheval qui a des marques blanches autour de l'oeuil & au bout du nez ; ce qui n'empêche pas pourtant qu'il ne soit bon & sensible à l'esperon.
Le mot du jour Ennui Ennui

Contrairement aux apparences, l’ennui prend deux sens, deux directions : un sens fort, dans la langue classique, et un sens atténué qui domine aujourd’hui.

Aurore Vincenti 30/04/2020