sou

 

définitions

sou ​​​ nom masculin

anciennement Le vingtième du franc, cinq centimes. Une pièce de cent sous. —  moderne Machine à sous, appareil où l'on joue des pièces de monnaie. —  locution Amasser sou à sou, sou par sou. Dépenser jusqu'au dernier sou. N'avoir pas le sou; être sans le sou : ne pas avoir d'argent. Un bijou de quatre sous, sans valeur. Il n'est pas compliqué pour un sou (pas du tout). Elle n'a pas un sou de bon sens (➙ grain, gramme, once).
familier, au pluriel Argent. Être près de ses sous, avare. Une question de gros sous, d'intérêt.
 

synonymes

sou nom masculin

pièce, centime, kopeck (familier), liard (familier), radis (familier), rond (familier), penny (familier, vieilli), rotin (familier, vieilli), cent (Québec)

(gros) sous

argent, espèces sonnantes et trébuchantes (plaisant), blé (familier), cacahuètes (familier), flouze (familier), fric (familier), galette (familier), nerf de la guerre, oseille (familier), pépètes (familier), pèze (familier), pognon (familier), ronds (familier), thune (argot), picaillons (familier, vieilli), trèfle (familier, vieilli), grisbi (argot), braise (argot, vieilli), finance (vieux)

sans le sou

désargenté (familier), à sec (familier), fauché (comme les blés) (familier), sans un radis (familier), raide (familier), raide comme un passe-lacet (familier, vieilli), sans un denier (vieux)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Vous vous rappelez, on ne s'amusait guère chez ma tante ; et pas un sou de dot...Émile Zola (1840-1902)
Il ne lui donnait pas un sou, et même une fois elle lui prêta de l'argent, pour une dette de jeu.Émile Zola (1840-1902)
Madame, répondis-je précipitanment, avez-vous déjà oublié que, dans la misére où je suis, il me seroit impossible de vous payer le premier sou de ma pension ?Louis-Charles Fougeret de Monbron (1706-1761)
Il gagna un sou, et s'en alla, s'il est possible, encore plus troublé que la veille.Pauline Guizot (1773-1827)
Je n'ai encore reçu un sou pour aucun d'eux et j'espère ne jamais rien recevoir.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Là, une fois de plus, la grande reine embrassa sou amie et lui donna une robe belle connue le jour.Alfred Tennyson (1809-1892), traduction Francisque Michel (1809-1887)
Il faut douze deniers pour faire un sou tournois, vingt sous pour faire une livre...Paul Féval (1816-1887)
Je sais bien que la vie est dure, quand on est artiste et qu'on n'a pas le sou.Albert Delpit (1849-1893)
Cet argent me vint fort à propos, car je n'avais pas le sou et j'étais accablée de dettes.Catherine II de Russie (1729-1796)
J'ai dit plus haut que je n'avais pas un sou, et vous savez qu'on n'achète rien sans argent.Mayne Reid (1818-1883), traduction Henriette Loreau (1815-1883)
Voilà ce que j'ai fait pour ces trois coquines qui m'avaient accablé de belles promesses et dont je n'ai jamais pu tirer un sou.Eugène Chavette (1827-1902)
Et de toutes parts se croisent des appels étranges, des clameurs de sorcières, des disputes pour un sou.Hector France (1837-1908)
Juste quand je suis dans une situation impossible, criblée de dettes et sans le sou.Émile Gaboriau (1832-1873)
On ne sait pas tout ce que certains êtres faibles, qui ont vieilli dans le dénûment et l'honnêteté, savent tirer d'un sou.Victor Hugo (1802-1885)
Pour les surveillants, car tu seras guetté, ce sera un gros sou ; pour toi, ce sera une boîte.Victor Hugo (1802-1885)
Quand je n'aurai plus le sou, ce sera autre chose : vous me chanterez vos guenilles de complaintes, et je n'aurai plus rien à dire.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Les vélocipèdes végétaient ; les chevaux de bois étaient usés ; les bonnes fertes ne gagnaient plus leur pain ; les panoramas, les musées, les phénomènes ne faisaient plus le sou.Oscar Méténier (1859-1913)
Avec son argent personnel, sur la fortune d'un homme arrivé sans un sou en 1639.Jules Michelet (1798-1874)
Je propose moi, pour commencer et avoir tout de suite quelque chose, qu'on donne dès demain un sou par mois.Louis Pergaud (1882-1915)
Et puis, je ne saurais lui en vouloir : quand l'un d'entre nous est sans le sou et qu'il épouse une femme riche, n'est-ce pas à peu près la même chose ?Hermine Lecomte du Noüy (1854-1915)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SOU » subst. masc.

Piece de menuë monnoye valant 12. deniers tournois. Les sous parisis ou sous marquez, ou tapez, valent quinze deniers. Une livre vaut vingt sous, un escu soixante sous. On dit un pasté, un pain d'un sou. Il y avoit aussi autrefois des sous d'argent. Les sous de fer, autrement de la Rochelle, ont esté descriés. C'est un pauvre homme qui n'a ni sou ni double. Il n'a pas receu un sou de la dot de sa femme. Il est entré pour cinq sous dans cette Ferme, c'est à dire, il y est associé pour un quart. Il ne jouë qu'à tire sou, c'est à dire, petit jeu. La subvention est l'imposition du sou pour livre sur les marchandises. On prononçoit autrefois sol, & on le dit encore en cette phrase, Au sol la livre, pour dire, A proportion du principal. Ce mot vient de solidus, selon Menage.
 
Il y a eu aussi des sous d'or, dont le prix a été different suivant les temps. Du temps de la Loy Salique, le sou valoit quarente deniers ; ce qui dura jusqu'au temps du Roy Pepin, où il fut mis à douze deniers, ce qui fut confirmé par Charlemagne & Louïs le Debonnaire. Chez les Romains le sou valoit six mille deniers de cuivre. Du Cange. Voyez SOL.
 
On dit proverbialement, Il a fait de cent sous quatre livres, & de quatre livres rien, pour dire, Il a fait de méchants trocs, ou achats, sur lesquels il a toûjours perdu. On dit aussi, Il a fait comme le Roy devant Pavie, il a tiré jusqu'au dernier sou.
 
SOU, signifie aussi en plusieurs lieux le toit, l'étable des pourceaux, le lieu où on les enferme la nuit. Dans les bassecours il y doit avoir une sou, un toit separé pour les cochons. Ce mot vient du Latin sudis, qui signifie la même chose ; voyez Menage : ou de l'Alleman suten, qui signifie la même chose ; ou de sus, pourceau.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont marqué les années 2010 Top 10 des mots qui ont marqué les années 2010

Les mots qui apparaissent ou se répandent à une période donnée sont toujours le reflet de l’esprit de cette époque et des mutations de la société. Sans surprise, ceux de la décennie qui vient de s’achever concernent avant tout les technologies numériques, mais aussi la vie quotidienne, l’économie et la politique. Voici une rétrospective des années 2010 à travers le top des néologismes qui nous ont le plus marqués.

Édouard Trouillez 11/05/2020