mordant

 

définitions

mordant ​​​ , mordante ​​​ adjectif et nom masculin

adjectif
vieux Qui mord. —  au figuré Un froid mordant.
Qui attaque, avec une violence qui blesse. ➙ acerbe, acide, aigre, incisif, vif. Ironie mordante.
nom masculin
Technique Caractère de ce qui entame. Le mordant d'une scie.
Énergie dans l'attaque ; vivacité. Avoir du mordant.
Technique Substance utilisée en teinture pour fixer le colorant sur la fibre.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Liseux, peu bavard, était, m'a-t-on dit, lorsqu'il ouvrait la bouche, plein d'esprit et du plus mordant.Guillaume Apollinaire (1880-1918)
Ma mère s'occupait de son ménage ; mes frères étaient déjà sur le seuil de notre porte, mordant chacun dans un gros morceau de pain bis.Paul de Kock (1793-1871)
Il marcha de long on large pendant un quart d'heure, se mordant les lèvres, et réfléchissant.Oscar Wilde (1854-1900), traduction Albert Savine (1859-1927)
Elles ont le mordant, le brusque, l'inquiet, l'agité, le brûlé de ce temps, où il y eut une grande poussée de sensualisme et de vie à outrance.Anatole France (1844-1924)
La flamme sifflait en mordant les cordages, et courait dans le bâtiment comme une sédition populaire vole par les rues d'une ville.Honoré de Balzac (1799-1850)
Mais il se contenta de me la montrer sans rien dire, en mordant sa lèvre dédaigneuse.Pierre Loti (1850-1923)
Murette, insensible aux reproches, ne songeait qu'à la perte subie, et il se roula sur son lit, mordant de rage ses draps et son matelas, pleurant de désespoir.Amédée Delorme (1850-1936)
Tout ce que je te reprocherais, c'est de t'être montré dans le ton un peu sévère, un peu mordant !...Fernand Vandérem (1864-1939)
Je n'ai rien entendu de plus lugubre que ce tocsin interrompant de son timbre mordant et âpre l'auguste silence de la nuit.George Sand (1804-1876)
On a été obligé de l'attacher sur son lit, et c'est là que je l'ai vu, se consumant en efforts pour briser ses liens, mordant les sangles qui le contiennent.Émile Gaboriau (1832-1873)
Et mordant sa praline, se grattant le nez pour savoir de quoi il pouvait bien être question, il suivit le gendarme...Alexis Bouvier (1836-1892)
Ce jeune homme avait une assurance dans les manières, un mordant dans la voix, qui nous fit un peu frissonner.Octave Mirbeau (1848-1917)
L'ironie crispa de nouveau les lèvres du grand sceptique, et la phrase commencée s'acheva sur un ton mordant.Raymon Roussel (1877-1933)
Nous ne pouvons être sérieux en la matière si nous ne tentons pas d'ajouter du mordant sous forme morale, financière ou autre au concept d'objectif.Europarl
Car elle se jeta sur lui, le mordit, lui déchira la peau avec ses griffes, et le houspilla d'importance ; ses enfants s'en mêlèrent aussi en mordant et en égratignant.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Pendant quelques minutes le sac m'opposa une vive résistance ; les rats, mordant, criant et se débattant, se démenaient avec furie et vigueur.Mayne Reid (1818-1883), traduction Henriette Loreau (1815-1883)
Le chien ne parait pas satisfait de la part qu'il a prise à la lutte, car il poursuit les matelots en leur mordant les jarrets !Jean-Baptiste Caouette (1854-1922)
Il est vrai qu'il fut quelquefois ce que souvent on devient dans la solitude, capricieux, mordant et emporté.Johann Georg Zimmermann (1728-1795), traduction Xavier Marmier (1809-1892)
Gai, spirituel, prompt à la riposte et mordant à l'occasion, c'était au demeurant le meilleur des hommes.Arvède Barine (1840-1908)
Bussy se taisait, tout en mordant ses lèvres, et en examinant tout autour de lui quels seraient ses moyens de défense quand il faudrait en venir aux mains.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MORDANT, ANTE » adj.

Qui mord, qui donne des coups de dents. On appelle en termes de Venerie, les bestes mordantes, le sanglier, le blereau ou tesson, le Renard, l'ours, le loup, le loutre, &c. Et au figuré on dit ce Satyrique est mordant & reprenant.
 
MORDANT, en termes d'Imprimerie, est la petite piece qui arreste & tient la copie du visorion.
 
MORDANT, en termes de sellier, est un clou de cuivre doré à deux pointes, qu'on fiche dans les goutierres d'un carosse pour leur servir d'ornement. Du Cange derive ce mot de morsus, qui signifie agraffe ou fermail.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont marqué les années 2010 Top 10 des mots qui ont marqué les années 2010

Les mots qui apparaissent ou se répandent à une période donnée sont toujours le reflet de l’esprit de cette époque et des mutations de la société. Sans surprise, ceux de la décennie qui vient de s’achever concernent avant tout les technologies numériques, mais aussi la vie quotidienne, l’économie et la politique. Voici une rétrospective des années 2010 à travers le top des néologismes qui nous ont le plus marqués.

Édouard Trouillez 11/05/2020