morgue

 

définitions

morgue ​​​ nom féminin

Contenance hautaine et méprisante. ➙ arrogance, hauteur, insolence.

morgue ​​​ nom féminin

Lieu où les cadavres non identifiés sont exposés pour les faire reconnaître. ➙ institut médicolégal. —  Salle où reposent momentanément les morts.
 

synonymes

morgue nom féminin

institut médico-légal

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ne sois pas timide avec moi, cousin ; tu vois bien que je n'ai pas de morgue.Paul Féval (1816-1887)
Il éprouvait un élan de sympathie démocratique envers ce fougueux petit employé, trop pauvre pour que sa morgue de gentilhomme eût à en redouter des familiarités blessantes.Fernand Vandérem (1864-1939)
On était las de ces dithyrambes ampoulés, de ces bulletins emphatiques, de la servilité des fonctionnaires et de la morgue mystérieuse des courtisans.George Sand (1804-1876)
Il oublia donc un peu sa morgue, dénoua le masque de sa froideur et cessa de se tenir sur le qui-vive d'une prudence soupçonneuse.Émile Gaboriau (1832-1873)
Sécheresse, raideur, morgue, s'effacent, à mesure qu'on descend dans la robe, chez les femmes de procureurs, de notaires.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Cette enveloppe glacée, cette morgue insociable, cette attitude rigide, couvrent souvent un être bon et tendre.Hippolyte Taine (1828-1893)
Personne n'a jamais eu moins que lui la morgue de son état et de sa naissance.Denis Diderot (1713-1784)
Elles avaient été fort belles toutes les deux, et fort vertueuses, disaient-elles, ce qui ajoutait à leur morgue et à leur raideur.George Sand (1804-1876)
Sous la morgue, la réserve hautaine, il devinait maintenant une réelle timidité, la méfiance inavouée d'une grande ignorance.Émile Zola (1840-1902)
En tout cette fameuse société est composée de personnes bien méchantes, et montée sur un ton de morgue et de médisance incroyable.Maurice Fleury (1856-1921)
La morgue silencieuse dans laquelle ils restaient toujours sans daigner répondre un mot, leur servait admirablement à cacher leur vide d'idées.Jules Michelet (1798-1874)
Les ouvriers lui reprochaient sa morgue dédaigneuse, les paysans son âpreté au gain, et les bourgeois ses opinions politiques.Émile Gaboriau (1832-1873)
J'admire l'énergie, l'intelligence, la volonté ; je déteste et je méprise la vanité, l'avarice, la morgue insolente, qu'à tort ou à raison l'on attribue aux parvenus.Léon Séché (1848-1914)
Celui-ci, administrateur vraiment capable, avait choqué, par son humeur et sa morgue, tous ceux qui traitaient avec lui.Adolphe Thiers (1797-1877)
Un observateur superficiel aurait pu l'attribuer à la stupide morgue anglo-saxonne qui, maintenant, par tous pays donne le ton du monde voyageur.Alphonse Daudet (1840-1897)
Malgré sa rustique enveloppe et ses mœurs triviales, ce lord, comme nous l'avons dit quelque part autrefois, entretenoit la morgue la plus fière et les plus hautes prétentions aristocratiques.Pétrus Borel (1809-1859)
Dans des maisons à pignons qui abritaient beaucoup d'activité, et où le luxe avait tant de morgue, il semble que ne vive plus personne...Octave Mirbeau (1848-1917)
Quant au point d'honneur, il se promettait d'en réparer l'échec par un surcroît de morgue.Arthur de Gobineau (1816-1882)
La plupart étaient des demoiselles nobles et riches comme elle, mais aussi pleines de morgue, aussi entichées de leur noblesse et de leur fortune qu'elle l'était peu elle-même.Marie d'Agoult (1805-1876)
Aussi apportent-ils autant de soin à se travestir sous des vêtements modestes que leurs prédécesseurs montraient de morgue à se parer de leurs titres.Francis Chevassu (1861-1918)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MORGUE » subst. fem.

Le second guichet où l'on tient quelque temps ceux qui entrent en prison, afin que les Guichetiers le regardent fixement, & s'impriment si bien l'idée de leur visage en leur imagination, qu'ils ne puissent manquer de les reconnoistre.
 
MORGUE, se dit figurément d'un regard fixe & severe par lequel il semble qu'on veuille braver quelqu'un, ou bien qui tesmoigne de l'orgueil, de la presomption. C'est un homme qui tient bien sa morgue, sa fierté, sa gravité. Il a creu que cet homme luy faisoit la morgue, parce qu'il l'a regardé long-tems fixement.
Le mot du jour Télétravail Télétravail

En ce 1er mai 2020 un peu particulier, la fête des travailleurs et des travailleuses accueille assez massivement une nouvelle forme d’acteurs confinés : les télétravailleurs·euses. L’occasion de se questionner sur l’origine de ce mot.

Aurore Vincenti 01/05/2020