munir

définitions

munir ​​​ verbe transitif

Munir (qqn, qqch.) de : pourvoir, garnir de (ce qui est nécessaire, utile pour une fin déterminée). ➙ doter, équiper, nantir.

se munir (de) verbe pronominal

Prendre avec soi. Munissez-vous de vos papiers. au figuré Se munir de patience. ➙ s'armer.

conjugaison

actif

indicatif

présent

je munis

tu munis

il munit / elle munit

nous munissons

vous munissez

ils munissent / elles munissent

imparfait

je munissais

tu munissais

il munissait / elle munissait

nous munissions

vous munissiez

ils munissaient / elles munissaient

passé simple

je munis

tu munis

il munit / elle munit

nous munîmes

vous munîtes

ils munirent / elles munirent

futur simple

je munirai

tu muniras

il munira / elle munira

nous munirons

vous munirez

ils muniront / elles muniront

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
La jeune fille ne songea même pas à se munir des fleurs destinées à renouveler la parure quotidienne de la chapelle funèbre.Daniel Lesueur (1854-1921)
Voyant son ennui je sortis de ma poche une toute mignonne ménagère, dont j'ai l'habitude de me munir quand je vais en excursion.Louise d'Alq (1840-1910)
Je lui dis qu'elle était bien heureuse d'avoir pu emporter sa guitare, tandis qu'on m'avait à peine permis de me munir des choses les plus nécessaires.Louise Fusil (1771?-1848)
Il venait nous recommander par-dessus tout de ne pas oublier de nous munir d'un cuisinier.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il ordonna ensuite en cette qualité à chaque individu de se munir d'une faux, et de se tenir prêt à exécuter ce qu'il prescrirait.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Il importait, en effet, de se munir de provisions pour vingt-quatre heures, car la région à traverser manquait de bourgades et de villages.Jules Verne (1828-1905)
Bien lui en avait pris de se munir de clés, car il trouva la porte d'entrée intérieurement fermée.Eugène Chavette (1827-1902)
Il est bien plus sage de sourire aux rayons du soleil, pour se munir de feux contre les jours d'hiver.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Il rend à la marine une attention passionnée, s'occupe sans cesse de munir ses arsenaux et de recréer ses escadres.Albert Vandal (1853-1910)
Justement elle avait eu le bon esprit de se munir de son souper de prisonnière et elle lui passe le quignon de pain noir.Georges Eekhoud (1854-1927)
Il n'y avait que le temps bien juste de se munir : le tailleur ne put promettre la culotte que pour le jour même du départ.Judith Gautier (1845-1917)
Est-ce par ces lectures qu'ils pensaient le détourner de la poésie, ou le munir d'avance contre les passions ?Jules Lemaître (1853-1914)
Ellénore s'étonna de le voir se munir d'une somme aussi forte pour entreprendre un si petit voyage ; mais elle n'en fit point tout haut l'observation.Sophie Gay (1776-1852)
Enthousiaste, comme tous les artistes, il préconisait partout son appareil, et exhortait toutes ses connaissances à s'en munir.Nicolas Appert (1749-1841)
Il dit au jeune serviteur de se munir de vingt livres d'or et de le suivre en emportant le kin.Judith Gautier (1845-1917)
Delille accepte ; ravi, tout-à-fait résolu, il demande seulement une heure pour aller se munir de quelques effets.Élisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842)
Ils avaient poussé la précaution jusqu'à se munir de meutes pour chasser, et de nacelles de cuir pour pêcher en carême.Jules Michelet (1798-1874)
Les paysans hongrois, quand ils ont une nuit à passer dehors, ont soin, même en été, de se munir de bons vêtements contre le froid.Émile Bouant (1847-1926)
Mais il ne leur convenait pas de se munir d'un cilice et d'aller s'agenouiller des heures entières sur la dalle froide des nefs gothiques.Alexandre Privat d'Anglemont (1815-1859)
En attendant, vous avez fait une grande faute de ne pas vous munir des pierreries et des titres.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MUNIR » v. act.

En termes de guerre signifie, Fortifier une place, pourvoir à sa deffense, soit par des constructions, soit par des provisions. Cette place est bien munie, il y a de bons bastions, de bons dehors, qui la deffendent ; elle est munie de canon, d'hommes, de poudre, de vivres pour deux ans. On dit aussi Munir une armée navale, munir des vaisseaux de guerre, pour dire, Mettre dans chaque navire des armes pour sa deffense, des vivres pour nourrir les soldats & l'équipage, & des agreils, voiles ou pieces de rechange, dont on a besoin pour la navigation.
 
MUNIR, se dit aussi des choses dont on se pourvoit pour se deffendre contre les autres sortes d'attaques. Je me suis muny de bons titres, de beaucoup d'argent, de recommendations, avant que d'entreprendre ce procés. Il a pris des habits fourrez, il a fait mettre des chassis dans sa chambre, pour se munir contre le froid. Il s'est muny de bons arguments, de puissantes autoritez pour soûtenir cette proposition.
 
MUNIR, se dit figurément en choses morales. Un Chrestien se doit munir du signe de la croix contre les tentations de l'Esprit malin. Il faut se munir de constance contre les assauts de la fortune. Se munir de resolution dans les grandes entreprises.
 
MUNI, IE. part. pass. & adj.