muscle

définitions

muscle ​​​ nom masculin

Anatomie Structure organique formée de fibres contractiles assurant le mouvement (➙ my(o)-). Muscles striés, volontaires. Muscles lisses, viscéraux.
courant Muscle apparent sous la peau. Contracter un muscle. —  Être tout en muscles, sans graisse.

musclé ​​​ , musclée ​​​ adjectif

Qui est pourvu de muscles bien visibles et puissants. ➙ fort.
au figuré Énergique, puissant. Du rock musclé. —  Une déclaration musclée.
au figuré, familier Qui utilise la force, la contrainte. Une arrestation musclée.

synonymes

muscle nom masculin

force, puissance, vigueur

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « muscle »

A mes efforts pour me lever, pas un muscle ne répondit ; je sentais mes bras étendus près de moi, complètement inertes... mes jambes allongées, immobiles ; ma tête s'agitait en vain !Erckmann-Chatrian (1822-1899, 1826-1890)
Aidez-nous à présent à exercer ce muscle, afin de nous permettre de redécouvrir la base d'une coexistence décente dans nos sociétés à l'avenir également.Europarl
Il a mieux connu que personne la position de chaque muscle, mais il ne leur a pas donné leur forme véritable.Stendhal (1783-1842)
Nous fîmes une incision au-dessus de la région de l'os sesamoideum pollicis pedis, et nous arrivâmes ainsi à la naissance du muscle abductor.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Chaque muscle de mes membres, chaque veine de mon corps souffraient, et ma respiration était courte, quelques fois même douloureuse.Madame Leprohon (1829-1879), traduction Joseph Auguste Genand (1839-1902)
Les vorticelles se caractérisent par un muscle pétiolé contractile et beaucoup d'hypotriques, par un « muscle obturateur de l'orifice cellulaire ».Ernest Haeckel (1834-1919), traduction Camille Bos (1868-1907)
Détendue et dégingandée, l'aile humaine manquait spécialement du muscle tout-puissant qui lie l'épaule à la poitrine (l'humérus au sternum), et donne le violent coup d'aile au vol foudroyant du faucon.Jules Michelet (1798-1874)
Celui-ci est personnel et n'aboutit qu'à des variations insignifiantes, par exemple, à développer un muscle ; celui-là, au contraire, est au-dessus de l'individu et produit l'évolution des espèces.Albert Farges (1848-1926)
Pas un muscle de son visage n'avait bougé, pas un éclair n'avait échappé à ses yeux.Paul Bourget (1852-1935)
Je m'arrachai un muscle entier dans le bras gauche, car je ne savais plus ce que je faisais, tant je me trouvais ému devant cette quadruple infortune.Comte de Lautréamont (1846-1870)
Il débitait sa vie dune voix sèche, sans quun muscle animât son masque, raide comme le col empesé qui le tenait si droit.Alphonse Daudet (1840-1897)
Son sourire habituel errait sur ses lèvres fines, et aucun muscle de son visage ne trahissait les terribles émotions à travers lesquelles il venait de passer.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Son visage, d'une pâleur marmoréenne, s'était fait masque : pas une fibre, pas un muscle ne bougeait.Jules Lermina (1839-1915)
Là, sous l'épaisseur de quelques millimètres de peau, d'os et de muscle, dans les poumons de cet être, était cachée la clé du mystère qui me hantait.Maurice Level (1875-1926)
Avec cela je ressentais dans toutes mes jointures la douloureuse lassitude du muscle trop travaillé.Paul Bourget (1852-1935)
Il suffit qu'il soit l'homme pour que nous admirions son cerveau, comme autrefois l'aïeule des premiers jours s'agenouillait sous la brutalité du muscle.Charles Turgeon (1855-1934)
Il aimerait peu la jeune fille anglaise ou américaine, qui a du muscle, qui voyage seule, qui veut, qui décide, qui ose.Jules Lemaître (1853-1914)
Paul porta, comme instinctivement, la main à son chapeau ; pas un muscle de son visage ne tressaillit.Oscar Méténier (1859-1913)
Un éclair traversa le regard du baron, mais pas un muscle de sa figure ne tressaillit.Erckmann-Chatrian (1822-1899, 1826-1890)
Aux anciens âges, la force brutale gouvernait le monde, et la femme, corporellement plus faible que l'homme, ne pouvait guère lui disputer la prééminence du muscle.Charles Turgeon (1855-1934)
Afficher toutRéduire

Exemples de « musclé »

Quelle compassion l'emportait, lui pourtant l'homme raisonnable et fort, l'inventeur audacieux, le grand garçon rudement musclé, vers ce pauvre petit cœur muet !Daniel Lesueur (1854-1921)
Mettons-la au rebut, et commençons à tenir un discours musclé aux autorités iraniennes.Europarl
Le gnome hideux et musclé, court sur jambes, se ramassait dans un effort rageur qui réduisait la résistance du mécanisme.Paul Adam (1862-1920)
Sous la draperie improvisée, le corps du jeune homme se devinait, maigre et musclé.Aimery de Comminges (1862-1925)
Le fiancé, assis d'une manière correcte, solide gars musclé, emplissant bien son smoking, applaudissait où il fallait le faire, et ne disait rien, absolument rien, remarquablement rien.René Boylesve (1867-1926)
Le portier, qui est un homme superbe, musclé et râblé comme un athlète, sourit.Octave Mirbeau (1848-1917)
Il rêve toujours, mais il n'est plus que le brigand musclé qui blasphème et se damne dans des accès de fureur impuissante.Eugène Sue (1804-1857)
J'étais bien fait, bien musclé, bien pris dans ma petite taille ; mais enfin j'étais petit, plus petit qu'on ne l'est à mon âge.Mayne Reid (1818-1883), traduction Henriette Loreau (1815-1883)
Le flottement de ses cheveux, au long de son dos svelte et musclé, emmêlait ses bleuâtres ombres, sur le tissu d'or de sa robe, aux bandelettes de son diadème.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Il aurait ce nouveau petit triomphe auprès de ses paroissiens, lui, qu'on respectait surtout, parce qu'il était peut-être, malgré son âge, l'homme le mieux musclé du pays.Guy de Maupassant (1850-1893)

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MUSCLE » subst. m.

Terme d'Anatomie. C'est une partie du corps des animaux qui est l'instrument du mouvement volontaire. Galien le definit, un tissu de chair simple & de menus filamens, ou un corps nerveux meslé de chairs. Les Medecins modernes estendent cette definition en disant, que c'est une partie organique & dissimilaire, composée de nerfs, de chairs, de fibres, de veines, d'arteres, & d'une tunique propre. La membrane couvre le muscle, & luy donne le sentiment du toucher. Ses ligamens & tendons rendent son action plus forte & de durée. Le muscle a trois parties, la teste, le ventre, & la queuë. La teste est le plus souvent nerveuse, & faite des ligaments qui naissent des os, & est couverte d'une membrane particuliere. Le ventre est le milieu du muscle, qui est presque tout charnus. La queuë ou tendon s'appelle ordinairement aponeurose, c'est à dire, nervaison. On appelle le mouvement tonique du muscle, lors que les fibres s'estendent & demeurent tenduës, tellement que la partie semble immobile, tandis qu'elle se meut vrayement. On se contentera de dire icy les noms & le nombre des muscles, parcequ'il seroit trop long d'en decrire la nature, l'origine & l'usage. Il y a des muscles qui sont presque tout charnus, comme ceux de la langue ; d'autres qui sont presque tout nerveux & membraneux, comme celuy de la jambe, qu'on appelle fascia lata. Il y a des muscles qui ont deux ou trois testes, qu'on appelle biceps & triceps, comme ceux de la mâchoire, & ceux qui font mouvoir le coude, & un qui fait mouvoir la jambe. Il y en a d'autres qu'on nomme digastriques, par ce qu'ils ont deux ventres, comme celuy de l'os hyoide. Ils sont d'abord charnus, puis nerveux, & derechef charnus : d'autres congeneres ou alliés, parce qu'ils sont de même force. Chaque muscle est presque toûjours accompagné d'un autre, qui fait faire un mouvement contraire ; comme le fleschisseur est accompagné d'un estendeur. On appelle Sphincteres, ou fermeurs le muscle qui est au col de la vessie, & les deux qui sont à l'anus, qui font le même effet que les tirans d'une bourse pour fermer ces parties. Ils sont accompagnés de deux releveurs. On appelle esleveurs ceux qui eslevent les parties, comme celuy de la paupiere superieure, & ceux de la mâchoire inferieure : abaisseurs, ceux qui les font mouvoir en bas ; flechisseurs, ceux qui les font flechir & plier ; estendeurs, ceux qui les font estendre ; macheurs ; ceux qui servent à mascher ; adducteurs, ceux qui font mouvoir les parties en dedans ; celuy des yeux qui fait cette fonction s'appelle le beuveur ; Abducteurs, ceux qui font mouvoir la partie en dehors ; dans l'oeil on le nomme le superbe, ou l'orgueilleux ; rotateurs, ou tournoyeurs, ceux qui font mouvoir la partie en rond ; dans l'oeil ils s'appellent amoureux. Le Buccinateur ou trompette, est un muscle des levres qui sert à emboucher la trompette. Les muscles mascheliers, ou mascheurs, sont ceux qui servent à relever la mâchoire, ils semblent avoir deux testes. Le muscle & temporal ou crotaphite, qui surpasse tous les autres en dignité & excellence, est celuy qui fait mouvoir la mandibule inferieure, qui naist des temples par un principe large & charnus & demi-rond, & s'insere dans l'apophyse de la maschoire. Les muscles bronchiques servent au mouvement du larinx, & sont ainsi nommés, parcequ'ils s'estendent par les costés de la trachée artere qu'on nomme bronchos. Le muscle mastoide, ou mamillaire, qui sert pour baisser la teste. Le muscle pectoral, est un muscle tres-fort qui remuë les bras en devant, qu'on nomme aussi pentagone, à cause de sa figure. Le muscle brachial est un des muscles qui fait mouvoir le bras ; comme on nomme crural, celuy qui fait mouvoir la cuisse. Le muscle deltoïde, ainsi nommé, parcequ'il ressemble à un delta, est celuy qui fait mouvoir le bras en haut, on l'appelle epomis ou humeral. Le muscle surespineux est celuy qui vient du dessus de l'espine de l'omoplate. Le muscle rhomboïde, ainsi nommé, parce qu'il a la figure d'un turbot, est celuy qui fait mouvoir l'espaule en arriere. Celuy qui la fait mouvoir en dedans s'appelle le petit dentelé. Le muscle trapeze sert aussi au mouvement de l'espaule. On l'appelle autrement capuchon, par ce qu'il ressemble à un froc de Moine. Les muscles scalenes sont deux muscles qui servent au mouvement du col, qui a la figure d'un triangle, dont les costés sont inégaux. Les muscles qui font mouvoir le bras en bas s'appellent le tres-large & le grand rond, qu'on nomme autrement le grattecul, ou le grand dossier. Des quatre muscles qui font le mouvement du rayon, ou de l'avant-bras, il y en a deux qu'on nomme pronateurs & deux spinateurs, dont l'un se nomme le rond, & l'autre le quarré. Des trois muscles qui plient les quatre doigts, il y en a un qu'on nomme le palmaire, un autre le sublime, & un autre le profond. Des muscles qui amenent les doigts vers le poulce, il y en a quatre qui se nomment lombricaux ou vermiformes & six interosseux. Des muscles du thorax, le premier s'appelle sousclavier, le second le grand dentelée. Il y en a onze qui s'appellent intercostaux. Le treiziéme s'appelle sacrolombaire, parce qu'il naist de l'ossacré, ou des espines des lombes. Il y a deux petits muscles triangulaires qui naissent de la partie anterieure de l'os pubis, qu'on appelle succenturiers ou substituts, parce qu'ils aident aux autres. Les muscles suspensoires, ou cremasteres, sont deux muscles qui tiennent les testicules suspendus. Quelques-uns en reconnoissent aussi à la matrice, qui sont les membranes du peritoine parsemées de fibres charnuës, qui attachent & suspendent ces parties. Dans les cuisses il y a quatre muscles, qu'on appelle gemeaux, c'est à dire tout-à-fait semblables, qui font partie des six abducteurs. Les deux autres se nomment obturateurs ou boucheurs, parce qu'ils bouchent le trou qui est entre l'os pubis, & celuy de la tranche. Entre les muscles de la jambe, il y en a qu'on nomme demi-nerveux, un autre qu'on nomme le gresle ; & entre ceux qui l'estendent, il y en a un qu'on nomme droit, l'autre crural, & deux qu'on nomme vastes, à cause de leur grandeur. Entre les adducteurs il y en a un qu'on nomme le long, parce qu'il est le plus long de tous les muscles ; & un autre poplitaire, qui est quarré. Le muscle Abducteur de la jambe s'appelle membraneux, ou fascia lata, qui couvre presque tous les muscles de la cuisse. Les flechisseurs & estendeurs de la jambe s'appellent le tibial & l'esperonnier. Il y a aussi deux muscles qu'on appelle gemeaux, d'autres le solaire, & le plantere, qui correspondent au palmaire de la main. Le pied a quatre muscles lombricaux, & huit interosseux.
 
Les muscles ont aussi differens noms à cause de leur figure Il y en a qui ressemblent a une souris, d'autres à un lezard, d'autres à une raye, ou turbot. Il y a des muscles triangulaires, d'autres quarrez, d'autres pentagones, d'autres pyramidaux & orbiculaires, &c. qui leur donnent les noms de deltoide, rhomboide, scalene, trapeze, &c.
 
En general il y a dans le corps de l'homme 405. muscles, deux au front, six aux paupieres, aux yeux douze, aux oreilles six, aux narines quatre, aux levres neuf, à la mâchoire dix, autant à la langue, à l'os hyoïde neuf, au destroit de la gorge huit, au larinx quatorze, à la teste pareil nombre ; le col en a huit, les espaules huit, chaque bras huit, les coudes huit, l'os du rayon huit, le poignet huit, les mains cinquante-quatre ; c'est à dire 27. en chaque main, le poulce en a neuf. Il y en a 65. servans à la respiration ; il y en a 32. pour l'inspiration, & 32. pour l'expiration avec le diaphragme ; le bas ventre en a dix, le dos pareil nombre, le siege en a quatre, les testicules deux, la verge quatre, les cuisses en ont vingt-huit ; les jambes en ont vingt-deux ; le pied en a douze, les doigts du pied vingt-&-un. Les Medecins modernes reconnoissent jusqu'à 89. muscles qui servent à la respiration. Ce nom vient du grec mous, ou du Latin mus qui signifie une souris, par ce qu'il ressemble à une souris escorchée, ou à un poisson qu'on appelle mouscle ou mousle. Les Latins l'appellent aussi lacertus, & disent lacertosus, pour dire musculeux. Toute la chair, du corps est composée de muscles. Nicolas Stenon a fait un Traité des muscles & des glandules, dans lequel il pretend que le coeur doit estre mis au rang des muscles, parce que sa composition & son action ne different en rien de celle des autres muscles.
Podcasts Parler comme jamais, épisode 1 : le "parler jeune" Parler comme jamais, épisode 1 : le "parler jeune"

Les Éditions Le Robert ont le plaisir de s’associer à Binge Audio pour la deuxième saison du podcast Parler comme jamais, un podcast créé par la linguiste, autrice et enseignante-chercheuse Laélia Véron et réalisé avec la collaboration scientifique de la sociolinguiste Maria Candea.

Laélia Véron 26/11/2020