pardonner

 

définitions

pardonner ​​​ verbe transitif

Tenir (une offense, une faute) pour nulle, renoncer à punir, à se venger. ➙ oublier. Pardonner les péchés. ➙ remettre. —  proverbe Faute avouée est à moitié pardonnée. —  Pardonner qqch. à qqn; pardonner à qqn. Elle cherche à se faire pardonner. ➙ absoudre.
Juger avec indulgence, en minimisant la faute de. ➙ excuser. Pardonnez(-moi) mon indiscrétion. —  (formule de politesse) Pardonnez-moi, mais je ne suis pas d'accord.
➙ épargner. C'est une maladie qui ne pardonne pas, mortelle. —  Une erreur qui ne pardonne pas, irréparable.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je pardonne

tu pardonnes

il pardonne / elle pardonne

nous pardonnons

vous pardonnez

ils pardonnent / elles pardonnent

imparfait

je pardonnais

tu pardonnais

il pardonnait / elle pardonnait

nous pardonnions

vous pardonniez

ils pardonnaient / elles pardonnaient

passé simple

je pardonnai

tu pardonnas

il pardonna / elle pardonna

nous pardonnâmes

vous pardonnâtes

ils pardonnèrent / elles pardonnèrent

futur simple

je pardonnerai

tu pardonneras

il pardonnera / elle pardonnera

nous pardonnerons

vous pardonnerez

ils pardonneront / elles pardonneront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Pour la première fois, elle pressentit qu'elle pourrait lui pardonner, à lui, tandis qu'à elle-même, elle ne se pardonnerait jamais.Daniel Lesueur (1854-1921)
Dites-le, mon cher, nous sommes d'assez bonne compagnie pour vous le pardonner et pour écouter votre histoire, toute fabuleuse qu'elle promet d'être.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il faut pardonner à une pauvre et simple fille de n'avoir pas su si bien distinguer.Jules Michelet (1798-1874)
Il est vrai, je le hais ; il prétend à vous, et je ne puis le lui pardonner.Claire de Duras (1777-1828)
Le contact doit avoir été établi maintenant et c'est pourquoi vous devez me pardonner et me laisser partir.Europarl
Mes enfants le liront aussi ; ils apprendront de toi à me pardonner : mais ils verront à quels excès peuvent entraîner les passion non réprimées.Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Sa mère n'avait jamais pu lui pardonner d'être venue au monde alors qu'elle se croyait de par son âge à l'abri de toute maternité.Marguerite Audoux (1863-1937)
Si vous-même, vous surtout avec qui j'ai tant de torts, et qui ne pourrez jamais me pardonner, si vous saviez seulement ce que je souffre !Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
Tu vois en nous les deux seules personnes qui t'aimeront toujours assez pour te pardonner tout.Honoré de Balzac (1799-1850)
Je vous ai tendrement aimé, et, si vous voulez me pardonner, nous pourrons encore être très heureux.Henry Gréville (1842-1902)
Relisez-la ; et rappelez-vous bien que la seule chose que je ne pourrais jamais vous pardonner serait de me tromper et de me sacrifier votre bonheur.Isabelle de Montolieu (1751-1832)
S'il en résulte d'abord plus de sécheresse, moins d'agrément et de variété, on voudra bien me pardonner, pourvu qu'avec d'autres moyens je ne sois pas moins utile.Pierre-Louis Ginguené (1748-1816)
Mais j'étais trop heureux pour ne pas pardonner à chacun ses défauts, ses laideurs, et j'allai à elle en souriant d'un air affectueux.Marcel Proust (1871-1922)
Il faut pardonner quelques travers aux grands princes, et puis, vois-tu, c'est un défaut qui tient de famille... car les filles de l'empereur...Eugène Sue (1804-1857)
Dans toute affection où j'ai eu quelques torts, si légers qu'ils puissent paraître à mon amour-propre, ils me suffisent pour comprendre et pardonner ceux qu'on a eus envers moi.George Sand (1804-1876)
Je remerciai mon père de la bonté qu'il avait de me pardonner, et je lui promis de prendre une conduite plus soumise et plus réglée.Abbé Prévost (1697-1763)
Tu me fis pardonner à tant de méprises et de déceptions et grâce à toi, je crois, j'espère, j'aime encore.Georges Eekhoud (1854-1927)
Pendant quelques jours je vais être courtisée, on va vouloir se faire pardonner le tort que l'on s'est donné.Honoré de Balzac (1799-1850)
Les gens du peuple se mirent à genoux, et, les mains jointes, ils supplièrent le roi de pardonner.André Le Glay (1785-1863)
J'ai eu tort de venir, il faut me le pardonner... c'est une puissance plus forte que ma volonté qui m'a conduite !...Céleste de Chabrillan (1824-1909)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PARDONNER » v. act.

Faire grace, oublier une offense, une injure, la remettre, n'en point demander de reparation. Il est plus beau de pardonner, que de punir. Les pechez contre le St. Esprit ne se pardonnent ni en ce monde, ni en l'autre. Nous devons pardonner les injures pour l'amour de Dieu. Dieu veut qu'on pardonne à son frere non seulement sept fois, mais 77. fois. On dit aussi, qu'on pardonne sa mort à son ennemi, lors qu'on ne veut pas qu'on le poursuive, qu'on reconnoist qu'on a eu tort de l'attaquer.
 
PARDONNER, signifie simplement, Excuser. On dit souvent, Dieu me pardonne, si je ments, Dieu me veuille bien pardonner. Pardonnez moy ma hardiesse, si j'ose vous contredire. Pardonnez moy cette expression un peu forte. On ne peut pas pardonner à cet Auteur une faute si grossiere, une si crasse ignorance. On pardonne dans un grand Poëme quelques licences, quelques méchants vers.
 
On dit en ce sens, qu'un homme ne se pardonne rien, pour dire, qu'il est un severe censeur à luy-même, tant pour ses moeurs, que pour ses ouvrages.
 
PARDONNÉ, ÉE. part. pass. & adj.
 
On dit proverbialement, Le peché que l'on cache est demi pardonné. On dit aussi, S'il m'attrape, je luy pardonne, pour dire, Je suis plus fin que luy. Ce mot vient du Latin perdonare.
Le mot du jour Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète

L’emploi des mots de la famille de sauvage pour décrire des problèmes de sécurité fait aujourd’hui polémique. Si le rôle des linguistes et des lexicographes n’est pas de se prononcer ni de porter un jugement, l’analyse des choix lexicaux des personnalités publiques peut être révélatrice des préoccupations de notre époque.

Édouard Trouillez 17/09/2020