père

définitions

père ​​​ nom masculin

Homme qui a engendré, donné naissance à un ou plusieurs enfants (➙ patr[i]-). Être, devenir père. Être (le) père de deux enfants. —  Père biologique*. Le père et la mère : les parents. —  Meurtre du père (➙ parricide). —  locution proverbiale Tel père, tel fils. —  appellatif ➙ papa. Oui, père !
Père de famille, qui a un ou plusieurs enfants qu'il élève. ➙ chef de famille. —  locution En bon père de famille : sagement, sans scandale.
Le parent mâle (d'un être vivant sexué). Le père de ce poulain est un pur-sang.
au pluriel, littéraire Les ancêtres, les aïeux. L'héritage de nos pères.
Dieu le Père, la première personne de la sainte Trinité.
au figuré Le père de qqch. ➙ créateur, fondateur, inventeur.
Celui qui se comporte comme un père, est considéré (en droit) comme un père. Père légal, adoptif. Il a été un père pour moi.
(titre de respect) Religieux. —  Le Saint-Père. ➙ pape. —  (appellatif) Mon Père.
familier, avant le nom de famille Désignant un homme mûr de condition modeste. « Le Père Goriot » (de Balzac). —  locution Le coup du père François, un coup mortel sur la nuque. —  Le père Noël. —  locution Un gros père : un gros homme placide. ➙ pépère. Un père tranquille : un homme paisible. En père peinard : tranquillement, en évitant les soucis.

synonymes

père nom masculin

papa, dab (argot), pater (familier), paternel (familier), vieux (familier), daron (familier), auteur des jours (littéraire), géniteur (littéraire)

ancêtre, ascendant, aïeul

créateur, auteur, fondateur, initiateur, instaurateur, instigateur, inventeur

abbé, moine, religieux

protecteur

père de famille

chef de famille, pater familias (plaisant)

père spirituel

[Religion] directeur de conscience

mentor, maître

père tranquille

pantouflard, pépère (familier)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je suis également un père, et en tant que tel, je vois un résultat positif qui peut difficilement être traduit en chiffres : la santé de la nouvelle génération.Europarl
J'ai pourtant encore une grâce à vous demander, et je vous supplie de me l'accorder, au nom de l'honneur de votre mère, au nom du courage de votre père !Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Stubbs se plaignit à mon père ; il dit qu'il ne pouvait plus régir la propriété, et qu'il allait résigner ses fonctions.Harriet Beecher Stowe (1811-1896), traduction Louis Énault (1824-1900)
Mon père, d'un ton rude et sévère, l'invita à parler avec plus de respect des choses saintes.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
En fait, c'est moi qui étais le père de substitution de ces rapports lors de la précédente législature.Europarl
J'aurai à traiter pour les affaires de mon père avec plusieurs personnes de ce pays sauvage, et je sens que votre expérience peut m'être d'un grand secours.Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Je voudrais conclure en déplorant le fait que le rapport passe complètement sous silence le rôle du père.Europarl
Imaginez quel pourra être l'épanouissement psychologique d'enfants qui auraient eu deux pères et pas de mère, ou deux mères et pas de père ?Europarl
Je ne sais comment le traduire mais, comme aurait dit feu mon père, « pull the other leg » (si ça ne prend pas, essaie autre chose !Europarl
J'ai entendu mon père dire que jamais le commerce n'alla aussi bien qu'en quarante-six, quand ils étaient par ici.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Moi, qui ne me suis jamais connu de père, je désire être un père pour tous ceux qui travaillent sous mes ordres.Charles Dickens (1812-1870) et Wilkie Collins (1824-1889), traduction Mme Judith (1827-1912)
L'enfant qui a perdu son père a du moins pour lui la protection de ses amis et de la loi.Harriet Beecher Stowe (1811-1896), traduction Louis Énault (1824-1900)
Et cependant elle éprouvait les angoisses d'une amère tendresse, quand elle songeait à tous ceux qu'elle allait laisser derrière elle, à son père surtout !Harriet Beecher Stowe (1811-1896), traduction Louis Énault (1824-1900)
Mais en tous cas vous pouvez être bien sûr que nous ne discuterions pas à l'heure qu'il est un acte du prince votre père.Henry Lytton Bulwer (1801-1872), traduction Georges Perrot (1832-1914)
Je lui saisis la main ; il poussa des cris perçants, me donna des coups de pied et courut à son père, à qui il dit que je le battais.Harriet Beecher Stowe (1811-1896), traduction Louis Énault (1824-1900)
Je vous déclare encore une fois que je ne puis supporter cela davantage : je vais tout dire à mon père....Madame Leprohon (1829-1879), traduction Joseph Auguste Genand (1839-1902)
Je crois qu'il fut un temps où mon père s'occupait encore de quelque chose ; mais si ce temps a jamais existé, il n'est plus.Charles Dickens (1812-1870), traduction Charles Bernard-Derosne (1825-1904)
On observe une augmentation constante du nombre des familles monoparentales, parfois avec changement de partenaire, qui assument ou n'assument pas le rôle du père ou de la mère.Europarl
Il s'agit du même article que celui qui avait été utilisé pour condamner son père.Europarl
Les prisonniers âgés entre 16 et 35 ans ne peuvent recevoir de visite et n'ont donc plus vu leurs frères, leurs sœurs, leurs père et mère depuis des années.Europarl
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PERE » s. m.

Terme relatif. Celuy qui a engendré un enfant masle ou femelle. Les peres qui avoient trois enfans à Rome avoient de beaux privileges. Il y a des devoirs reciproques du pere à l'égard du fils, & du fils à l'égard du pere. Pere & mere honoreras, est un des preceptes du Decalogue. Dans les loix de Romulus un pere avoit une puissance sans bornes sur ses enfans, & avoit droit de les vendre & de les tuer.
 
On appelle pere de famille, celuy qui est chef d'une maison, soit qu'il ait des enfans, ou non. Pere adoptif, celuy qui advouë pour siens les enfans d'autruy. Pere putatif, celuy qui est reputé pere. St. Joseph étoit pere putatif de Nostre Seigneur. Pere naturel est celuy qui a des enfans illegitimes. Un grand-pere, c'est un ayeul ; un beau-pere, celuy qui est marié à une femme qui a des enfans d'un autre lit. Un pere nourricier est le mary de la nourrice qui a donné à teter à un enfant.
 
PERE, se dit aussi en Theologie de la premiere personne de la Trinité. Dieu le Pere est vray Pere à l'égard de JESUS-CHRIST. A l'égard des hommes on l'appelle le Pere celeste, Nostre Pere qui est aux cieux.
 
PERE, se dit figurément en choses spirituelles & morales. Et premierement on le dit des Patriarches. Abraham a été nommé le Pere des Croyans. Adam est nôtre premier Pere. Dans l'Eglise on appelle Peres, les anciens Prelats & les Docteurs. Les Peres assemblez au Concile de Nicée. St. Chrysostome, St. Basile, ont été des Peres Grecs ; St. Augustin, St. Ambroise, des Peres Latins. La Bibliotheque des Peres est un Recueil en plusieurs Volumes des Escrits de plusieurs Peres. Ce Docteur sçait bien les Peres. Les Vies des Peres Hermites.
 
PERE, est aussi un titre d'honneur qu'on donne aux Prelats & aux personnes constituées en dignité dans l'Eglise, ou dans les Ordres Sacrez. Reverend Pere en Dieu Messire tel Evêque de &c. Le Confesseur est regardé comme un Pere spirituel.
 
PERE, se dit aussi des Superieurs des Couvents, de ceux qui sont Profez, & dans les Ordres, par opposition aux Novices. Le Pere General, le Pere Provincial, Exprovincial, qui a été Provincial. Les noms des Superieurs sont differents suivant les lieux & les Ordres. Pere Prieur, Pere Sous-Prieur. Les Peres Deffiniteurs & Assistans dans l'Ordre de St. Benoist ; le Pere Gardien en celuy de St. François ; le Pere Correcteur chez les Minimes ; le Pere Ministre chez les Mathurins ; le Pere Recteur, ou Prefect, dans les Colleges. Les Mendiants ont aussi un Pere temporel pour les necessitez de la Maison.
 
PERES, au pluriel, se dit de toutes les Congregations d'Ecclesiastiques regulieres, ou seculieres. Les Peres Capucins, Cordeliers, Augustins, Jacobins, &c. Les Peres Jesuïtes, de l'Oratoire, Barnabites, de la Doctrine Chrestienne, Theatins, de la Mission. On appelle à Paris les Augustins Deschaussez, les Petits Peres. Les Peres de la Mort sont ceux qui se devoüent au service des pestiferez.
 
On appelle ironiquement les Beaux Peres, Peres Beats, les Peres Douillets, des hypocrites qui font les devots, & qui ne laissent pas de vivre fort delicatement. Un cochon à la Pere douillette, c'est une espece de daube.
 
PERES, se dit aussi de ceux qui sont venerables par leur âge, par leur qualité, par les services rendus au public. Ainsi à Rome on appelloit les Peres Conscripts, les Senateurs. Auguste & plusieurs Empereurs ont été appellez les Peres de la Patrie. Le Roy Louïs XII. a été appellé le Pere du peuple. Un riche fort charitable est appellé le pere des pauvres. Quand on demande quelque courtoisie à un vieillard qu'on rencontre, on l'appelle mon pere. On dit aussi d'un bienfaiteur qui a donné l'education à quelqu'un, qu'il luy a servi de pere.
 
PERE, se dit aussi de ceux qui ont excellé en quelque science. Homere a été appellé le Pere de la Poësie ; Ciceron, le Pere de l'Eloquence ; Apollon, le Pere des Vers. On dit aussi du Soleil, que c'est le Pere du Jour. Et parmi les fausses Divinitez on appelle le bon Pere Bacchus, le Pere Denis. Les Afriquains appellent le Nil, le Pere des Eaux.
 
PERES, se dit aussi de nos majeurs, de nos predecesseurs. Les Peres Albains à Rome. On vivoit ainsi du temps de nos Peres. Il faut suivre l'exemple de nos Peres, deferer aux traditions de nos Peres.
 
PERE, se dit quelquefois moins proprement de quelques animaux & des arbres. Quand on prend les petits des oiseaux, on doit laisser le pere & la mere. On ne mange que les pigeonneaux, les peres, les vieux sont trop durs. Le maronnier du Temple est le pere de tous ceux qui sont aux Tuilleries.
 
PERE, se dit proverbialement en ces phrases. Je l'ay bien renvoyé chez son pere grand, pour dire, Je l'ay bien rabroüé. On dit d'un vieillard riche & avare, que c'est le pere aux écus. On dit par exaggeration, Quand ce seroit pour mon pere, mon propre pere, je ne le ferois pas. On dit aussi de ce qui est plus gros qu'à l'ordinaire, C'est le pere aux autres.