rival

définitions

rival ​​​ , rivale ​​​ , rivaux ​​​ nom et adjectif

nom
Personne qui dispute à autrui ce qu'un seul peut obtenir. ➙ adversaire, concurrent. Le rival de qqn. Il a évincé ses rivaux.
spécialement Personne qui dispute à une autre l'amour de qqn.
par extension Personne qui dispute le premier rang, qui est égale ou comparable. —  Sans rival, inégalable.
adjectif Qui est opposé (à qqn ou à qqch.) pour disputer un avantage (sans recourir à la violence). Équipes rivales.

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Sus ces mots, rapidement et fermement prononcés, sans qu'il y attachât peut-être toute la portée qu'y vit aussitôt son rival, il saisit son chapeau, ouvrit la porte et sortit.Daniel Lesueur (1854-1921)
Du reste, nulle jalousie ne l'animait contre ce rival ; et ils vivaient en bonne intelligence ; c'est le plus curieux ménage à trois que j'aie connu.André Beaunier (1869-1925)
Il n'avait pas compté qu'elle le rappellerait ; c'est pourquoi il avait été bien aise de se faire voir le plus longtemps possible pour prolonger la souffrance de son rival.George Sand (1804-1876)
Le nôtre, entraîné par ses idées, les suivait avec rapidité, sans se soucier des réponses de son rival.Denis Diderot (1713-1784)
J'aurais dû l'étudier comme un type : ma sottise fut de l'accepter comme un rival et un adversaire.Armand de Pontmartin (1811-1890)
Rajoelina devrait aussi laisser son rival se présenter à l'élection présidentielle qui doit avoir lieu en septembre prochain.Europarl
Ce rival n'est pas la tempête, vous la bravez ; ni l'eau douce, vous bâtissez à côté.Jules Michelet (1798-1874)
Il m'est plus doux de vous suivre dans le tombeau, que de vous voir dans les bras de mon rival.Restif de La Bretonne (1734-1806)
Sous les rapports physiques, relativement aux avantages extérieurs, il avait encore une plus grande supériorité sur son rival.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Si par bonheur, pensait-il, revenu tardivement, il eût laissé le temps à son formidable rival de disparaître... il ignorerait encore... il pourrait peut-être encore se trouver heureux...Edmond Lepelletier (1846-1913), Victorien Sardou (1831-1908) et Émile Moreau (1852-1922)
L'homme d'affaires n'avait pas compté sur un silence aussi long, et il commençait à craindre qu'un gros de bandits ne l'eût délivré de son rival.Louis Reybaud (1799-1879)
Une femme est son rival, ou plutôt il est la rivale d'une femme ; il a toutes les petitesses, tous les caprices, toutes les exigences, tous les ridicules d'une coquette.Albert le Roy (1856-1905)
Il sait que la place est prise et il s'est rallié de bonne grâce aux amis de son rival heureux.Fortuné du Boisgobey (1821-1891)
Ayant ainsi manifesté ses sentiments contre son rival, il reprit le cours de ses réflexions.Michel Zévaco (1860-1918)
Maintenant, le bien triomphait définitivement ; il était bien résolu à sauver son rival, et, cependant, on l'eût fort étonné en lui disant qu'il accomplissait un acte héroïque.Michel Zévaco (1860-1918)
Mais là où mon rival dispose de séductions que la fortune me dénie, je ne puis m'en prendre qu'à la destinée... et les personnes ne me paraissent plus coupables.George Sand (1804-1876)
Elle ne sait qu'une chose, c'est qu'il aime une belle et pure jeune fille et qu'on lui préfère un rival plus riche.Louis Ulbach (1822-1889)
C'était la revanche de son humanité, maintenant que son rival n'était plus là pour le voir.Émile Zola (1840-1902)
Mais il fallait qu'il se soumît, et cédât la place à son rival : ni soupirs, ni plaintes, ni gémissements, n'y pouvaient rien.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Seulement chacun d'eux, en apercevant l'autre, éprouva un mouvement de mauvaise humeur ; chacun devinait un rival dans l'homme qui avait éprouvé la même sensation que lui.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CORRIVAL » s. m.

Vieux mot relatif qui signifioit originairement celuy qui tiroit de l'eau d'une même source qu'un autre, qui la conduisoit par un même canal pour la faire venir sur ses terres, & pour cela avoit souvent contestation avec luy. Depuis on l'a dit de ceux qui avoient les mêmes pretentions soit de gloire, soit d'amour, qui couroient dans la même lice, qui aimoient une même femme. Aujourd'huy on dit seulement rival en la même signification.

Définition de « RIVAL, ALE » adj. & s. m. & f.

Terme relatif, qui se dit de deux personnes qui ont la même pretention : ce qui se dit plus particulierement en gloire, & en amour. Cesar & Pompée étoient d'illustres rivaux de gloire. Etheocle & Polinyce étoient deux rivaux qui pretendoient à la Royauté. Tous les Romans & les Comedies sont des histoires de rivaux qui ont disputé la même maistresse. Entre les rivaux la haine est naturelle. Corneille a dit avec raison dans l'Excuse à Ariste :
 
Je pense toutefois n'avoir point de rival,
 
A qui je fasse tort en le traittant d'égal.
 
Les Jurisconsultes disent que ce mot vient de rivalis, quod ab eodem rivo aquam hauriant.