sédition

 

définitions

sédition ​​​ nom féminin

littéraire Révolte concertée contre l'autorité établie. ➙ insurrection.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il conservait seulement l'influence qui lui appartient dans les gouvernements où l'état tout entier est dans une seule ville, et où une sédition peut faire raison des abus du pouvoir.Pierre Daru (1767-1829)
Si quelque métier prend part à une sédition, il perdra ses franchises et le droit d'exister comme métier.Joseph Kervyn de Lettenhove (1817-1891)
La flamme sifflait en mordant les cordages, et courait dans le bâtiment comme une sédition populaire vole par les rues d'une ville.Honoré de Balzac (1799-1850)
Je crains surtout que nos malades ne soient victimes d'une sédition populaire, et un mouvement vers la capitale me paraît indispensable.Adolphe Thiers (1797-1877)
Le roi des bourdons, qui n'avait pas l'habitude de regarder en l'air, et qui voyait toujours à ras de terre, ne s'inquiéta pas d'abord de la sédition.George Sand (1804-1876)
La législation est alors nécessaire selon chaque chose ; c'est-à-dire une déclaration spéciale suivant les circonstances ; comment sans cela sauver une sédition ?Hugo Grotius (1583-1645)
Fabrice doubla le pas, les femmes le suivirent en criant, et beaucoup de pauvres mâles, accourant par toutes les rues, firent comme une sorte de petite sédition.Stendhal (1783-1842)
Toutes les mesures furent prises, tous les ordres donnés, toutes les troupes prêtes, pour que le lendemain la sédition, si elle s'aggravait, fût promptement et fortement réprimée.François Guizot (1787-1874)
Il put penser que la salle des assemblées, ouverte comme un théâtre, ne devoit pas être un foyer de sédition.Jean-François Marmontel (1723-1799)
Le feu de la sédition fut attisé par nous-mêmes et, comme personne ne l'ignore, il fut attisé aussi d'un autre côté.Claude de La Poëpe (1814-1886)
Il souffrit que dans une sédition militaire on le proclamât empereur et qu'on l'élevât sur un bouclier, suivant la coutume des barbares.Joseph Kervyn de Lettenhove (1817-1891)
Lorsqu'un pacha commet des abus d'autorité, ils sont toujours les premiers à lever l'étendard de la sédition.Volney (1757-1820)
Les ateliers nationaux, loyalement influencés par le gouvernement, offrirent au contraire leur secours, le 24 juin, pour combattre la sédition naissante, et se séparèrent presque à l'unanimité des séditieux.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Dans cette nouvelle disposition des esprits, il falloit peu de chose pour rallumer le feu de la sédition.Jacques Bins de Saint-Victor (1772-1858)
Il dit, en mourant, que c'étoient les fermiers du papier timbré qui luy avaient donné 25 écus pour commencer la sédition, et jamais on n'a pu en tirer autre chose.Pierre Clément (1809-1870)
Quand la sédition, satisfaite de sa victoire, se retire de la place publique, le ministère ne reprend pas courage et ne se relève pas de sa posture abaissée.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Pendant ce temps la garnison était insurgée, et le premier acte de la sédition fut de courir aux magasins d'eaux-de-vie, de les enfoncer et d'en boire outre mesure.Napoléon Bonaparte (1769-1821)
Deux ou trois heures avaient suffi pour réprimer cette sédition, et on n'entendait plus, après la prise de l'arsenal, que quelques coups de feu isolés.Adolphe Thiers (1797-1877)
Quand la sédition éclata, on se plaisait à penser que des mesures rigoureuses ne seraient point indispensables pour la combattre ; elle n'atteignait que des gens de couleur.Gustave de Beaumont (1802-1866)
Les cris redoublèrent ; et l'on touchait au moment d'une sédition, lorsqu'un bijoutier, homme industrieux, se présenta à l'académie.Denis Diderot (1713-1784)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SEDITION » s. f.

Emotion populaire, revolte contre l'autorité du Roy, ou du Magistrat. On a puni les auteurs, les boutefeux de la sedition. On n'a point veu de sedition qui n'ait esté funeste à ses auteurs. Les guerres civiles commencent par une sedition.
Le français des régions Oh peuchère ! Oh peuchère !

Peuchère est emblématique d'une aire méridionale qui va des Hautes-Alpes à l'Hérault, en englobant les départements de l'Ardèche et de la Lozère.

27/10/2020