stoïque

 

définitions

stoïque ​​​ adjectif

Qui fait preuve de stoïcisme (2). ➙ courageux, impassible.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
On vous croit stoïque parce que vous êtes patient, vous êtes tout simplement lassé de souffrir des petites choses.George Sand (1804-1876)
Je voudrais exprimer mon inquiétude et ma vive sympathie à l'égard du peuple japonais, qui a beaucoup souffert et qui gère à présent ces événements de manière calme et stoïque.Europarl
A la perfection sensible ajoutons la perfection intellectuelle ; au bonheur, la science et l'intelligence : c'est l'élément socratique et stoïque.Alfred Fouillée (1838-1912)
Il en ressentit un soulagement, une joie stoïque, puis un besoin d'actions violentes ; et il s'en alla au hasard par les rues.Gustave Flaubert (1821-1880)
Cette philosophie moyenne, qui n'est ni stoïque, ni épicurienne, répond à l'état de son âme.Émile Gebhart (1839-1908)
Je voudrais que tu aimasses le devoir avec un calme inébranlable, et te le voir pratiquer avec le silence stoïque de la vraie conviction.George Sand (1804-1876)
Elle est en harmonie avec le tempérament hardi et aventureux, mais peu résistant et rarement stoïque de ses habitants.George Sand (1804-1876)
Tels sont les hauts, les bas, par lesquels passe la jeunesse, un jour tendre, et un jour stoïque.Jules Michelet (1798-1874)
J'avoue que lorsqu'il s'agit des masses, je n'ai pas ce dédain stoïque pour la richesse.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Les efforts à faire pour rester calme, et la froide détresse qui détruit notre contentement stoïque ?George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Parisis fut stoïque, se disant qu'on est plus près de l'amour avec une seule femme qu'avec toutes les femmes.Arsène Houssaye (1815-1896)
Je craignais que cette fermeté stoïque ne cachât quelque projet désespéré, d'autant plus qu'il faisait son possible pour m'éloigner.George Sand (1804-1876)
À ce moment, une douleur amère et soudaine se refléta sur les traits du vieux gentilhomme qui, jusqu'alors, avait gardé l'apparence d'un calme stoïque.Paul Féval (1816-1887)
Il demeurera stoïque dans les contretemps ; et le calme de son attitude saura donner le change, s'il le faut, sur les émotions de son âme.Pierre Duchaussois (1878-1940)
Quiconque a traversé, dans son existence intellectuelle, l'une de ces phases d'incrédulité stoïque et d'épicuréisme élevé, sait à quoi s'en tenir sur ces monstres que de loin on s'en figure.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Cette constance, vraiment stoïque, il la conserva jusqu'au dernier moment, et on le lui fit long-temps attendre.Antoine-Vincent Arnault (1766-1834)
Le prince, quoiqu'il souffrît plus que personne de l'angoisse d'une mauvaise nuit, prenait ordinairement ces sortes de contrariétés avec une insouciance stoïque.George Sand (1804-1876)
Cela n'était point conforme à ses habitudes de volonté stoïque et de vigueur à toute épreuve.George Sand (1804-1876)
Ma fermeté stoïque bravait le malheur comme les passions ; et je me tenais assuré d'être le plus heureux des hommes, si j'en étais le plus vertueux.Étienne Pivert de Senancour (1770-1846)
Tu me pardonneras aussi si je n'ai pas toujours été stoïque, si souvent je t'ai fait partager mon extrême douleur, à toi qui souffrais déjà tant.Alfred Dreyfus (1859-1935)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « STOÏQUE, ou STOÏCIEN » s. m.

Philosophe de l'Antiquité Sectateur de Zenon, qui faisoit profession d'une vertu & austerité toute particuliere. Il est venu en usage dans la Langue, parce qu'on dit une constance Stoïque, pour dire, une fermeté inébranslable. Celle des Martyrs l'a emporté sur celle des Stoïques.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots des politiques Top 10 des mots des politiques

Travailleur, dégagisme, abracadabrantesque... Choisis délibérément, employés à l'improviste ou totalement inventés, certains mots marquent durablement le discours des femmes et des hommes politiques français. Qu'ils soient surprenants, brutaux, décalés, peu connus ou utilisés mal à propos, ils ont tous pour point commun d'être largement repris dans les médias et commentés à l'infini. De la chienlit du général de Gaulle au perlimpinpin d'Emmanuel Macron, voici dix mots qui prouvent que le lexique des politiques n'en finit pas de nous étonner.

Édouard Trouillez 10/06/2020