Email catcher

coterie

Définition

Définition de coterie ​​​ nom féminin

littéraire, péjoratif Réunion de personnes soutenant ensemble leurs intérêts. ➙ caste, chapelle.

Synonymes

Synonymes de coterie nom féminin

association, bande, caste, cercle, chapelle, clan, clique, école, église, famille, parti, secte, tribu

Exemples

Phrases avec le mot coterie

Mais veissi q'asteure, les gros-là s'pouillent entère yeues pour en saigner d'aotes de lou coterie.Ouest-France, Daniel GIRAUDON, 06/08/2017
Beaucoup ont nié l'ingérence de la coterie dans les affaires de l'émigration parce qu'ignorées étaient ses négociations.Maurice Fleury (1856-1921)
Elle est fractionnée en états-majors, services, unités, clans et coteries.Inflexions, 2012, Samy Cohen (Cairn.info)
Si une aide à domicile reçoit une proposition à laquelle elle ne souhaite pas répondre favorablement, elle la transmet aux membres de sa coterie.Gérontologie et société, 2020, Olivier Crasset (Cairn.info)
Y a hardi d'monde car la coterie (voisinage) est v'nue donner la main à battre.Ouest-France, 27/07/2013
Il ne m'avait pas échappé que dans certaines coteries on le propageait avec complaisance et qu'on y ajoutait l'enflure et l'hyperbole.Joseph Fouché (1759-1820)
Enfin, on a d'la coterie aotour de sé, est tourjou éla.Ouest-France, 16/08/2015
L'esthétisme est le dernier mot à la mode, brandi par une coterie agissante qui ne différencie pas les arts plastiques du théâtre.Les temps modernes, 2006, Micheline B. Servin (Cairn.info)
Toute coterie est petite et fausse ; le monde seul est vrai, parce qu'il est grand.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
C'est un de ces démocrates dont on ne saurait nier l'esprit avancé, sans toutefois pouvoir le ranger dans aucun groupe ou coterie politique.Outre-Mers revue d'histoire, 2021, Pierre-Éric Fageol (Cairn.info)
Le bonnet est tyrannique, injuste et égoïste comme toute coterie : il tend à disparaître.Paul Sébillot (1843-1918)
L’approche adoptée par le rapporteur est celle de la coterie féministe radicale, qui semble avoir détourné la commission d’où provient ce rapport.Europarl
Ainsi le fait qu'il repousse les pratiques d'écriture fondées sur la compilation lui permet d'égratigner au passage la coterie jésuite.Littératures classiques, 2008, Bernard Teyssandier (Cairn.info)
Mais comme le maréchal avait été plusieurs fois chez moi dans ma petite coterie furtive, il désira que celle-ci vint chez lui.Catherine II de Russie (1729-1796)
Se manifeste en revanche un front de solidarité ironique contre coteries et camaraderies, accusées de narcissisme, d'aristocratisme à l'ancienne et d'anachronisme.Revue d'histoire littéraire de la France, 2010, José-Luis Diaz (Cairn.info)
Il n'y eut plus de coteries, plus de camps séparés entre les diables, les sages et les bêtes.George Sand (1804-1876)
En revanche l'examen des grands décideurs et de leurs coteries (terme beaucoup utilisé dans le livre) se révèle très éclairant.Politique étrangère, 2005 (Cairn.info)
Le monde politique et littéraire était alors divisé en partis, en écoles, en salons, en coteries.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
La coterie atonale privée de dauphin véritable, ses épigones paraissent condamnés à s'entre-déchirer.Commentaire, 2008, Karol Beffa (Cairn.info)
Montherlant lui-même ne se présente-t-il pas volontiers comme faisant cavalier seul, indifférent aux modes et aux coteries ?L'information Littéraire, 2005 (Cairn.info)
Afficher toutRéduire
Ces exemples proviennent de sites partenaires externes. Ils sont sélectionnés automatiquement et ne font pas l’objet d’une relecture par les équipes du Robert. En savoir plus.

Dictionnaire universel de Furetière (1690)

Définition ancienne de COTTERIE s. f.

C'est un mot qui se trouve dans plusieurs Coustumes, qui se dit des compagnies & societés de villageois demeurants ensemble, pour tenir d'un Seigneur quelques heritages qu'on appelle tenus en cotterie ; ce qui arrive particulierement parmy les gens de mainmorte.
 
On appelle aussi Cotterie, un heritage chargé d'une redevance roturiere, qui est une terre vile, & une possession de main ferme ; ce qui est opposé au lieu noble tenu à fief & à cens : & on dit une terre cottiere, un lieu cottier, ou tenu cottierement ; homme cottier, ou tenancier cottier, par opposition aux hommes de fief, ou Censiers.
 
COTTERIE, se dit aussi parmy les Artisans, d'un Juré, ou d'un Maistre de Confrairie à l'égard de celuy qui est en même charge. Un Juré ne peut aller en visite tout seul, il faut qu'il attende sa cotterie. Ils se sont servis de ce mot pour ne pas abuser de celuy de Collegue, qui est plus honorable.
 
COTTERIE, signifie aussi, Trouppe ou societé de quelques bourgeois qui se hantent familierement. Ces Procureurs qui vont joüer ensemble à la boule sont d'une même cotterie.
Ces définitions du XVIIe siècle, qui montrent l'évolution de la langue et de l'orthographe françaises au cours des siècles, doivent être replacées dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. Elles ne reflètent pas l’opinion du Robert ni de ses équipes. En savoir plus.