couver

 

définitions

couver ​​​ verbe

verbe transitif
(oiseaux) Se tenir pendant un certain temps sur des œufs pour les faire éclore. La poule couve ses œufs (➙ couvée, couveuse).
Couver qqn, l'entourer de soins attentifs. Mère qui couve ses enfants. ➙ protéger. —  Couver des yeux : regarder (qqn, qqch.) avec convoitise ou admiration.
Entretenir, nourrir, préparer mystérieusement. Couver des projets de vengeance. ➙ tramer.
Couver une maladie, porter en soi les germes (➙ incubation).
verbe intransitif Être entretenu sourdement jusqu'au moment de se découvrir, de paraître. Le feu couve sous la cendre. —  au figuré La révolte couvait depuis longtemps. ➙ se préparer.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je couve

tu couves

il couve / elle couve

nous couvons

vous couvez

ils couvent / elles couvent

imparfait

je couvais

tu couvais

il couvait / elle couvait

nous couvions

vous couviez

ils couvaient / elles couvaient

passé simple

je couvai

tu couvas

il couva / elle couva

nous couvâmes

vous couvâtes

ils couvèrent / elles couvèrent

futur simple

je couverai

tu couveras

il couvera / elle couvera

nous couverons

vous couverez

ils couveront / elles couveront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il lui conseilla de faire couver tous ses œufs, puisqu'il ne voulait pas les manger, – mais de laisser ses sujets, comme auparavant, libres de ne pas être heureux.Marcel Schwob (1867-1905)
Une mer inerte, sous la lourdeur d'un ciel incolore qui semblait couver de la fatigue et de la fièvre.Pierre Loti (1850-1923)
Je m'efforçais de trouver tout ce qui pouvait lui plaire, et de plus je ne me sentais pas assez égoïste pour la laisser couver toute seule.Henri de La Blanchère (1821-1880)
Hélène courut porter ses œufs à la ferme, mais elle fut désappointée en apprenant par la fermière que dans le moment il n'y avait pas une poule qui voulût couver.Comtesse de Ségur (1799-1874)
L'hiver, il faut le laisser dans un endroit chaud, où il puisse couver ses petits.Émile Blémont (1839-1927)
La crise dite des caricatures a également démontré combien il est dangereux de laisser couver les préjugés, la désinformation et les malentendus.Europarl
Quelquefois le sentiment le plus pur est un inceste de cœur, qu'il ne faut pas couver par ignorance.George Sand (1804-1876)
Une sorte de température bienfaisante s'est répandue sur elles pour les couver et les faire éclore.Hippolyte Taine (1828-1893)
Il ne faut pas lâcher l'homme ; on ne sait quelles convoitises et quelles fureurs peuvent couver sous une apparence unie.Hippolyte Taine (1828-1893)
Vous distinguerez les ailes et la tête de cet oiseau, qui est dans la position de couver ses œufs...Daniel Lesueur (1854-1921)
Les pauvres bêtes y habitaient depuis si longtemps, qu'une des perdrix était occupée à couver cinq œufs, dont l'un était en train d'éclore lorsque l'on ouvrit le poisson.Rudolph Erich Raspe (1736-1794) et Gottfried August Bürger (1747-1794), traduction Théophile Gautier (1836-1904)
Trop longuement préparés, ils laissent le temps à la destinée de changer les œufs dans le nid, et ce sont des chagrins qu'il nous faudra couver.Georges Rodenbach (1855-1898)
Justement ma poule demande depuis ce matin à couver, et je n'ai pas d'œufs à lui donner.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Donato a imaginé d'ouvrir une boutique où il fait couver des pigeons ; il court de tous côtés et semble un imbécile.Jules Michelet (1798-1874)
La noire terreur habite dans cette forêt, où les rochers affectent des formes monstrueuses, où chaque arbre, avec ses racines, semble couver à ses pieds un nid de dragons engourdis.Théophile Gautier (1811-1872)
Il dut couver, il dut renoncer aux parties de domino, renoncer à tout mouvement, car la vieille le privait de nourriture avec férocité chaque fois qu'il cassait un œuf.Guy de Maupassant (1850-1893)
La révolution était venue ; le souvenir de cet être dont il avait fait un homme avait continué de couver en lui, caché, mais non éteint, par l'immensité des choses publiques.Victor Hugo (1802-1885)
Pisqu'on fait ben couver d's œufs dans une boîte chaude, on peut ben en mett' couver dans un lit.Guy de Maupassant (1850-1893)
Comme, dans ce tems, ils étoient occupés à couver, et que jamais le nid n'étoit vaquant, je me voyois sûr de les retrouver chaque jour dans les mêmes lieux.François Levaillant (1753-1824)
Quand une de nos poules sera sur le point de couver, nous amènerons ici notre singe ; son instinct le guidera sans doute vers quelque nid de gelinottes.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COUVER » v. act.

qui ne se dit que des femelles des oiseaux qui se tiennent sur leurs oeufs pour les échauffer, jusqu'à ce qu'elles en voyent esclorre les petits. Les pigeons couvent plusieurs fois l'année. C'est une erreur populaire de croire que les tortuës couvent des yeux ; elles couvrent seulement leurs oeufs de sable, & le Soleil par sa chaleur les fait esclorre. Ce mot vient de cubare. Nicod. Du Cange dit aussi qu'il vient de cubare ova.
 
On dit par comparaison, Couver des yeux, quand on regarde attentivement une personne pour qui on a de la tendresse, ou de la jalousie, lors qu'on ne leve pas les yeux de dessus elle. C'est une femme qui aime tellement son mary, sa fille, qu'elle le couve des yeux.
 
COUVER, se dit aussi des femmes du menu peuple qui étant assises en un lieu froid, mettent un chauderon de feu sous leurs cottes, pour se tenir plus chaudement.
 
COUVER, se dit encore des choses qui sont cachées quelque temps, & qui sortent aprés avec éclat. Le feu a long-temps couvé sous la cendre, & puis l'incendie a recommencé. Cet homme a des lassitudes, des degousts, il couve quelque grande maladie. La petite verolle couve assez long-temps, avant que de paroistre.
 
COUVER, en ce sens, se dit figurément des choses morales & spirituelles. On croyoit son amour esteint, il a long-temps couvé dans son coeur sans paroistre. Les manieres dont ces Princes agissent font croire qu'ils couvent quelque grande guerre dans leur ame. Cette ligue, cette conspiration a couvé long-temps avant que d'éclater.
Le mot du jour Infirmière, infirmier Infirmière, infirmier

Il faut la fermeté et la solidité des infirmières et des infirmiers pour soutenir la fragilité des infirmes.

Aurore Vincenti 12/05/2020