ébranler

 

définitions

ébranler ​​​ verbe transitif

Faire trembler, vibrer par un choc. ➙ secouer. La détonation a ébranlé les vitres.
au figuré Mettre en danger de crise ou de ruine. ➙ compromettre, déstabiliser. Les évènements ont ébranlé le régime.
Rendre peu ferme, incertain (la santé, la volonté, les opinions, le moral de qqn). —  (complément : personne) Troubler, faire chanceler dans ses convictions.

s'ébranler ​​​ verbe pronominal

Se mettre en branle, en marche. Le cortège s'ébranla.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'ébranle

tu ébranles

il ébranle / elle ébranle

nous ébranlons

vous ébranlez

ils ébranlent / elles ébranlent

imparfait

j'ébranlais

tu ébranlais

il ébranlait / elle ébranlait

nous ébranlions

vous ébranliez

ils ébranlaient / elles ébranlaient

passé simple

j'ébranlai

tu ébranlas

il ébranla / elle ébranla

nous ébranlâmes

vous ébranlâtes

ils ébranlèrent / elles ébranlèrent

futur simple

j'ébranlerai

tu ébranleras

il ébranlera / elle ébranlera

nous ébranlerons

vous ébranlerez

ils ébranleront / elles ébranleront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
J'en avais jeté les pierres au hasard ; elles s'étaient amoncelées comme elles me tombaient des mains, et je les avais senties s'ébranler au moment où j'y avait mis les pieds.Mayne Reid (1818-1883), traduction Henriette Loreau (1815-1883)
Une demi-heure se passa de la sorte, une demi-heure pendant laquelle le plus léger doute ne vint pas même ébranler sa confiance.Pierre Zaccone (1818-1895)
Et pourtant le digne prêtre échoue aussi dans ses tentatives quoiqu'il ait trouvé, pour ébranler la monomanie de cette malheureuse, de ces accents évangéliques qui illuminent et régénèrent les consciences.Georges Eekhoud (1854-1927)
Un ordre encore, le dernier, et cette masse immobile allait s'ébranler, se ruer d'un train de tempête.Émile Zola (1840-1902)
Il nous faut nous préparer à ces difficultés et notre détermination ne doit en rien s'ébranler afin d'éviter que ces obstacles n'entravent la bonne voie des opérations.Europarl
Rien ne lui semblait plus facile que d'ébranler jusque dans ses fondements cette vieille société décrépite qui ne lui avait pas fait une place selon son gré.Marie d'Agoult (1805-1876)
Sa fortune s'arrondissait de jour en jour, et il se sentait si sûr de lui que rien désormais ne pouvait ébranler sa confiance.Oscar Méténier (1859-1913)
Normalement, ce thème est aussi bon pour les émotions et on s'en sert partout pour ébranler les consommateurs de denrées alimentaires.Europarl
Eh bien, ces raisons ne doivent pas ébranler les droits et les habitudes qui font partie intégrante de l'histoire de notre continent.Europarl
Cependant il se laissa ébranler par la crainte de faire une démarche peut-être irréparable, en prenant immédiatement ses passe-ports.Adolphe Thiers (1797-1877)
A cette question, abandonnée par le gouvernement, en succéda une autre, qui, en touchant à la manière dont le clergé possédait ses biens, pouvait conduire à ébranler la possession elle-même.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Cette persistance de sa part finit par ébranler leur incrédulité, ou plutôt par leur faire chercher une cause naturelle à cet événement surhumain en apparence.Eugène Sue (1804-1857)
Elle sentait cela si profondément, que rien ne put l'ébranler, et que la persistance du prince l'affligea beaucoup.George Sand (1804-1876)
Les vérités immuables et nécessaires, qui font la gloire des nations, et que le doute s'efforce envahi d'ébranler, ont commencé depuis les âges.Comte de Lautréamont (1846-1870)
Rodolphe, frappé de cette aveugle et bienheureuse confiance dans l'avenir, se reprocha d'avoir risqué de l'ébranler...Eugène Sue (1804-1857)
L'idée de l'abandon où je la laisserais en cas de malheur me navrait le cœur, sans ébranler le moins du monde mes immuables principes.Octave Feuillet (1821-1890)
Mais il vit bientôt aussi qu'il échouerait devant un seul obstacle, pour lui incompréhensible, devant la simple notion du devoir, que tous ses paradoxes ne parvenaient point à ébranler.Marie d'Agoult (1805-1876)
Il n'en résistera pas moins à ses insinuations, comme à ses attaques, et ne laissera point ébranler son courage.Napoléon Bonaparte (1769-1821)
Je vis la porte s'ébranler, et je fis instinctivement un mouvement pour tenir le loquet à l'extérieur, afin de gagner un moment de répit.Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
Quelquefois je me demande comment ma raison a pu supporter des chocs si violents sans s'ébranler.Eugène Sue (1804-1857)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESBRANLER » v. act.

Mettre en bransle. Il faut dix hommes pour esbranler cette cloche, pour la mettre en bransle. Il faut bien des coups de canon pour esbranler ce bastion.
 
ESBRANLER, se dit figurément en Morale. Le Juge a été esbranlé par les raisons de la partie adverse. Un Philosophe Stoïque ne se pouvoit esbranler par les tourments, ni par les caresses. L'aisle gauche s'esbranla & se mit en fuite.
 
ESBRANLÉ, ÉE. part. & adj.
Le dessous des mots La tonnelle sous le canal La tonnelle sous le canal

Les anglicismes sont l’objet de fréquentes critiques, en raison de leur nombre jugé excessif et de leur origine.

Marie-Hélène Drivaud 06/05/2020