effrayer

 

définitions

effrayer ​​​ verbe transitif

Frapper de frayeur, faire peur à. ➙ épouvanter, terrifier. —  pronominal Avoir peur. Il s'effraie pour rien. ➙ s'affoler.
Inquiéter. Le prix de ce voyage m'effraie un peu.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'effraie / j'effraye

tu effraies / tu effrayes

il effraie / il effraye / elle effraie / elle effraye

nous effrayons

vous effrayez

ils effraient / ils effrayent / elles effraient / elles effrayent

imparfait

j'effrayais

tu effrayais

il effrayait / elle effrayait

nous effrayions

vous effrayiez

ils effrayaient / elles effrayaient

passé simple

j'effrayai

tu effrayas

il effraya / elle effraya

nous effrayâmes

vous effrayâtes

ils effrayèrent / elles effrayèrent

futur simple

j'effraierai / j'effrayerai

tu effraieras / tu effrayeras

il effraiera / il effrayera / elle effraiera / elle effrayera

nous effraierons / nous effrayerons

vous effraierez / vous effrayerez

ils effraieront / ils effrayeront / elles effraieront / elles effrayeront

 

synonymes

effrayer verbe transitif

faire peur à, alarmer, angoisser, apeurer, affoler, effarer, effaroucher, épouvanter, horrifier, terrifier, terroriser, glacer d'effroi, glacer le sang de, faire dresser les cheveux sur la tête de, épeurer (Québec), faire flipper (familier), paniquer (familier)

tourmenter, inquiéter, causer du souci à

s'effrayer de verbe pronominal

avoir peur de, craindre, redouter

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il n'approcha pas du roi en serviteur effrayé qui sent son importance, et veut effrayer aussi ; d'ailleurs, ce n'était pas une nouvelle effrayante que celle qu'attendait le roi.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Ne vous étonnez pas de cet épanouissement rapide, qui, si je vous connais bien, doit vous surprendre et peut-être vous effrayer.Eugène Fromentin (1820-1876)
La petite résistance que nous lui jetons dans les jambes doit passablement l'effrayer, sois-en sûr.Albert Delpit (1849-1893)
On voulut effrayer le prince par les opinions supposées à ce général, qu'on essaya même de compromettre.Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont (1774-1852)
Nous ne devons pas nous effrayer de recourir à cette source de financement pour des applications destinées au maintien de la paix.Europarl
On ne doit jamais chercher à effrayer personne ; les imprudens qui s'en avisent peuvent en devenir eux-mêmes les victimes.Antoine Antoine de Saint-Gervais (1776-1836)
Au point de vue du travail, cela n'avait rien pour l'effrayer ; elle se sentait forte et vaillante.Hector Malot (1830-1907)
Indiquez-moi quelque lieu de salut où elle ait moins sujet de craindre et de s'effrayer, et je suis à vous.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Avez-vous des informations à nous communiquer ou s'agit-il simplement d'effrayer des salariés qui entendent mener une action syndicale ?Europarl
Il est facile, sans doute, de présenter une hypothèse particulière, capable d'effrayer l'imagination ; mais il faut voir la chose sous des rapports plus étendus.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Quoique je ne fusse pas homme à m'effrayer facilement, j'avoue que je ne pus me défendre d'un mouvement de crainte.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
On laissa les attelages en arrière, afin de ne point effrayer ces animaux, qu'il importait de surprendre sur le rivage.Jules Verne (1828-1905)
Il y avait de quoi s'effrayer... et se renseigner afin de se préparer à se défendre.Fortuné du Boisgobey (1821-1891)
Je ne la nomme pas, cette personne, parce que son rôle, bien sûr, n'est guère d'effrayer le monde....Émile Zola (1840-1902)
En y arrivant, il essaya d'effrayer les habitants en les avertissant du danger qu'ils allaient courir.Émile Vincens (1764-1850)
Le juge ne veut qu'une chose, il veut effrayer par votre supplice ceux qui seraient tentés d'imiter votre exemple.Claude Tillier (1801-1844)
On nous fit attendre une grande heure avant de m'interroger, et il n'y eut pas de moyen qu'on n'employât pour m'effrayer.Louise Élisabeth de Croÿ de Tourzel (1749-1832)
Nos adversaires veulent effrayer tout ce qui a quelque propriété ; ils veulent persuader que notre système de liberté et d'égalité est subversif de tout ordre, de toute sûreté.Adolphe Thiers (1797-1877)
Je paie mes dettes quand je le juge à propos et je n'entends pas qu'on essaie de m'effrayer.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
C'est là son calcul : tout a été préparé pour vous effrayer et vous amener au mariage par la peur.Hector Malot (1830-1907)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « EFFROYER » v. act.

Quelques-uns prononcent effrayer. Faire peur, donner de la crainte, de l'effroy. Un vray Philosophe ne s'effroye de quelque chose que ce soit. Il y en a qui s'effroyent, quand on les veut saigner. Ce sont les jugements de Dieu qui nous doivent effroyer. Les visions nocturnes effroyent les plus hardis. Ce mot vient du Latin efferare.
 
EFFROYER, se dit quelquefois en plaisantant. Presentez dix bouteilles de vin à cet yvrogne, cela ne l'effroyera point, il les boira. C'est un resolu qui ne s'effroye point pour le bruit. Quand on voit tant de survenans à un repas, cela est capable d'effroyer.
 
EFFROYÉ, ÉE. part. pass. & adj. En termes de Blason, on appelle un cheval effrayé, quand il est peint en action rampante. Du Cange derive ce mot de effractus, qu'on a dit en ce sens dans la basse Latinité.
Le dessous des mots Les surnoms donnés aux villes Les surnoms donnés aux villes

« Monaco-PSG : Paris s’impose rarement sur le Rocher » (Le Parisien, 15 janvier 2020).

La périphrase, figure de style qui remplace un mot précis par une expression, permet d’éviter les répétitions, souci stylistique bien français. Les grandes villes du monde, les pays possèdent des surnoms conventionnels. Ces formules figées, fréquemment employées par les journalistes pour désigner les lieux, restent parfois obscures quant à leur motivation.

Marie-Hélène Drivaud 10/06/2020