épouvanter

 

définitions

épouvanter ​​​ verbe transitif

Remplir d'épouvante. ➙ effrayer, terrifier. La puissance des armes modernes épouvante le monde.
Causer de vives appréhensions à. ➙ effrayer, inquiéter. L'idée de partir à l'étranger l'épouvante.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'épouvante

tu épouvantes

il épouvante / elle épouvante

nous épouvantons

vous épouvantez

ils épouvantent / elles épouvantent

imparfait

j'épouvantais

tu épouvantais

il épouvantait / elle épouvantait

nous épouvantions

vous épouvantiez

ils épouvantaient / elles épouvantaient

passé simple

j'épouvantai

tu épouvantas

il épouvanta / elle épouvanta

nous épouvantâmes

vous épouvantâtes

ils épouvantèrent / elles épouvantèrent

futur simple

j'épouvanterai

tu épouvanteras

il épouvantera / elle épouvantera

nous épouvanterons

vous épouvanterez

ils épouvanteront / elles épouvanteront

 

synonymes

épouvanter verbe transitif

faire peur à, affoler, angoisser, effrayer, faire fuir, horrifier, terrifier, terroriser

abasourdir, ahurir, atterrer, catastropher, effarer, stupéfier

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Déjà il en était à s'épouvanter de son audace et à se reprocher d'avoir cédé aux inspirations de sa colère.Émile Gaboriau (1832-1873)
Un peu sur notre droite, l'on voyait arriver, d'une vitesse à nous épouvanter, des nuages noirs.Adrien Bourgogne (1785-1867)
Le peuple ainsi averti que le chef de la garde nationale n'était pas homme à se laisser épouvanter par des clameurs, ne s'opposa plus à l'exécution.Marquise de La Tour du Pin Gouvernet (1770-1853)
Et cette perspective, qu'il suffit de faire entrevoir à une jeune fille de nos jours pour l'épouvanter, cette perspective la ravissait.Pierre Sales (1854-1914)
Se doit-il laisser pour jamais épouvanter par les hurlemens de ces loups du nord, toujours cherchant leur proie dans l'obscurité ?George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Mais comme il lui recommandait l'énergie, il résolut d'en faire preuve, afin d'épouvanter ses adversaires en montrant qu'il n'était pas déchu encore, et qu'il pouvait frapper de grands coups.Octave Féré (1815-1875)
Je montai en fiacre, et je passai la nuit à me tourmenter du sommeil de mon petit garçon, à écouter son souffle, à m'épouvanter de ses jolies couleurs vives.George Sand (1804-1876)
Privé de son chapeau, qui était son plus bel ornement, l'épouvantail ne peut plus épouvanter personne.Jules Girardin (1832-1888)
Dis-moi donc comment tu as fait (sûrement c'est par quelque maléfice) pour épouvanter les vautours ?Comte de Lautréamont (1846-1870)
Donc, ma jolie dame, il n'y a pas à s'épouvanter ; je suis un ami, et si je vous cherchais, c'était pour vous rendre service...Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Nous aurions tort, conséquemment, de nous épouvanter d'une évolution lente, mais continue, qui tend à introduire plus d'équité dans les relations civiles et politiques des hommes et des femmes.Charles Turgeon (1855-1934)
Ce jour-là ou cette nuit-là, où tout se passait, pour ainsi dire, devant témoins, comme le contrat de mariage, avait de quoi épouvanter les nouveaux mariés.Paul Lacroix (1806-1884)
J'ai voulu plaisanter un moment, voilà tout ; vous avez eu peur, j'ai continué afin de vous épouvanter davantage ; il paraît que j'ai réussi au delà de mes espérances.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
Fosseuse continuait à s'épouvanter d'être ainsi à la merci de deux impassibilités, celle de la science, celle de la jalousie.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il parut s'en effrayer prodigieusement pour en épouvanter son père, mais au fond il considérait la menace comme puérile.Émile Gaboriau (1832-1873)
Vous devez savoir que cette loi agraire dont vous avez tant parlé, n'est qu'un fantôme créé par les fripons pour épouvanter les imbéciles.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Se laisserait-il épouvanter par le poids effrayant d'une dette qui ferait courber le dos à bien des générations futures ?Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Ils commencent à m'épouvanter, les progrès de cette civilisation industrielle dont nous goûtons les bienfaits ingénieux.Jules Lemaître (1853-1914)
Les gens qui m'éprouvent sont à deux pas d'ici, et à la suite de mon évocation je dois m'attendre à quelques tentatives de leur part pour m'épouvanter.Jacques Cazotte (1719-1792)
Leurs pensionnaires, enfants de la ville, et peut-être aussi de jeunes nonnes, avaient trouvé plaisant d'épouvanter les autres en jouant aux revenants, aux fantômes, aux apparitions.Jules Michelet (1798-1874)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESPOUVANTER » v. act.

Estonner, faire peur. Le peuple est sujet à s'espouvanter pour peu de chose. Il n'y a personne de si hardi que le tonnerre n'espouvante. La menace d'un Prince irrité est capable d'espouvanter.
 
ESPOUVANTÉ, ÉE. part. pass. & adj.
 
Tous ces mots viennent du Latin expavescere.
Le mot du jour Reprise Reprise

En français, le préfixe re-, ré-, r- est issu du latin re-, red- qui marque un retour à un état antérieur, une répétition ou un mouvement en sens contraire qui déconstruit tout ce qui a été établi.

Aurore Vincenti 11/05/2020