insulte

 

définitions

insulte ​​​ nom féminin

Acte ou parole qui vise à outrager ou constitue un outrage. ➙ affront, injure. Adresser des insultes à qqn.
Atteinte, offense. C'est une insulte à notre chagrin. —  au figuré Un tel raisonnement est une insulte au bon sens. ➙ défi.

insulté ​​​ , insultée ​​​ adjectif et nom

Qui a reçu une insulte. ➙ offensé. —  nom L'insulté veut se venger.
 

synonymes

insulte nom féminin

affront, attaque, atteinte, injure, offense, outrage, [au pluriel] bêtises (Québec)

invective, grossièreté, insolence

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « insulte »

Je trouve que c'est une insulte à mon égard, et je voudrais qu'il la retire.Europarl
Nous pouvions nous promener à toute heure sur les chemins, ma mère et moi, comme en temps ordinaire, sans craindre la moindre insulte.George Sand (1804-1876)
Les paroles qu'il voulait faire ironiques tombaient de sa bouche pesantes et brutales comme l'insulte que gronde un laquais pris de vin.Paul Féval (1816-1887)
Essayez de la remuer, cette masse occupée à regarder une révolution qui passe au milieu de l'insulte et des malédictions !Jules Janin (1804-1874)
De telles démarches constituent une insulte à notre intelligence et elles devraient également être poursuivies par les tribunaux pour diffamation.Europarl
Elle fait insulte à toutes les sérénités de l'ombre quand elle travaille hors de son laboratoire, le tombeau.Victor Hugo (1802-1885)
Ils sont une insulte à la dignité humaine et compromettent la sauvegarde de droits humains importants, au rang desquels la vie privée et la libre circulation.Europarl
Il fait insulte à tous ceux qui s'efforcent d'améliorer une situation donnée et, partant, il est choquant pour beaucoup.Europarl
Et c'est faire insulte aux syndicats que de penser que leur seule utilité, c'est de paralyser.Europarl
Elle se montrait très peu empressée à peupler les corps de garde ; mais cette insulte gratuite réveilla son zèle.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Il est donc du devoir des tribunaux de se protéger contre l'insulte, et c'est alors la société tout entière qu'ils protègent.François Guizot (1787-1874)
Il pensait que la saisie des avoirs du personnel militaire était une insulte à la profession militaire.Europarl
C'est une insulte encore plus grave que ce qui est arrivé dans ces camps de concentration, parce que nous savons que cela se produit.Europarl
Certains pensent que si nous établissons les zones, se serait presque une insulte au marché interne.Europarl
En ce qui concerne l'élargissement, je pense que nous faisons une insulte dont nous n'avons pas conscience à un certain nombre de pays.Europarl
On injurie, on insulte, on calomnie le critique ; et, en pareil cas, qui peut répondre de soi ?Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Je ne la connois pas ; & je ne puis juger de l'insulte qu'en voyant la chanson.Robert Estienne (1723-1794)
Je reconnais là les méthodes classiques dont lui et son parti sont coutumiers et qui, dans le fond, ne visent qu'à manier l'insulte.Europarl
Ne pas le faire serait rajouter l'indifférence à l'insulte déjà proférée en refusant d'offrir, d'entrée de jeu, un financement adéquat.Europarl
C’est là une insulte à la dignité des personnes, des femmes et des mères.Europarl
Afficher toutRéduire

Exemples de « insulté »

Elle est restreinte cette société, car personne en littérature n'a été attaqué, insulté, injurié comme moi, – et si peu soutenu par ma société.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
De plus, ce prince m'a manqué de parole, m'a blessé dans mon honneur, m'a insulté dans ma dignité.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Puis, après chacune de ses colères, il y avait en lui une rechute de passion, comme une terreur sacrée d'avoir insulté son idole.Émile Zola (1840-1902)
Un chevalier se plaignait d'avoir été insulté par trois gentilshommes : le châtiment suivit de près la poursuite de l'outrage.Richard de Bury (1730?-1794?)
Plus important encore, ces gens ont insulté mon pays et ils oppriment leur propre peuple.Europarl
D'ailleurs, quand un homme m'a insulté une fois, je monterais avec lui jusqu'au ciel, ou je descendrais avec lui jusqu'en enfer, quelque chemin qu'il prît pour y arriver.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
A chaque passant qu'on rencontrait il adressait des injures et des menaces ; il jurait d'une voix chevrotante qu'il ferait un mauvais coup parce qu'un vaurien l'avait insulté à l'auberge.Augustine Fouillée (1833-1923)
Dans sa retraite, il fut insulté par les cris et les sifflets du peuple dont la fureur le poursuivit même jusqu'à son quartier.Paul Gaffarel (1843-1920)
Celui-là pensait donc à la cruelle journée, à l'arrivée des ennemis, à leur entrée dans la maison, aux préparatifs du dîner, à son père frappé, à l'empereur insulté.Paul Bourget (1852-1935)
L'insulté ne répondit pas, mais il coula sur son chef un regard vindicatif plus éloquent qu'une menace verbale.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Je suis l'insulté, j'ai le droit de réclamer une réparation à ma fantaisie, telle qu'elle me satisfasse ou qu'elle m'amuse.Jules Vallès (1832-1885)
Le jeune homme si bien né qu'il avait devant lui n'offrait aucun point de ressemblance avec le grossier personnage, qui la veille, l'avait insulté.Stendhal (1783-1842)
Son illusion avait insulté la vertu de la femme de son roi ; il avait porté le soupçon autour du trône ; il avait compromis la royauté.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Les injures dont j'étais l'objet n'arrêtaient pas ; j'étais insulté dans les pamphlets, décrié dans les journaux ; tout cela m'indiquait sur quel pied j'étais au château, et n'avais garde d'y paraître.Anne-Jean-Marie-René Savary (1774-1833)
Bouleversé par cette idée, il lui écrit une lettre pleine de colère et de fiel ; il se croit insulté par elle, et il le lui dit.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Le prisonnier, toujours couché sur la table, insulté et frappé par les lazzaroni, n'avait pas fait un seul mouvement et semblait plongé dans une immobilité complète.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Et sans cela, n'ont-ils pas assez insulté à tout ce qu'il y a de saint.Nikolaï Vassilievitch Gogol (1809-1852), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Ô saint orgueil des chastetés délicates, tu ne fus pas insulté un moment dans le cœur de cette noble femme.Marie d'Agoult (1805-1876)
Ambitieux d'un jour, vous avez brisé le trône, insulté l'autel, flatté la force, anéanti le droit, renié la justice, invoqué le parricide et défié la tempête... eh bien !Jules Janin (1804-1874)
Je me repentis d'avoir eu ce doute, je craignais de t'avoir insulté, je n'osai même pas te rappeler que tu ne m'avais pas répondu !...Hector Bernier (1886-1947)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « INSULTE » s. f.

Querelle ou attaque qu'on fait à quelqu'un par surprise, & le plus souvent sans sujet. On est sujet à Paris aux insultes des filous & des bretteurs. ce bon bourgeois ne disoit mot à personne, il est venu des insolents qui luy ont fait insulte de gayeté de coeur. des vagabonds ont fait insulte à cette femme, & luy ont jetté tous ses meubles par la fenestre.
 
INSULTE, se dit aussi d'un assaut qu'on donne à une place brusquement & à découvert sans l'assieger par les formes. On prend les chasteaux & les petites places d'insulte. Valenciennes a esté prise d'insulte. cette citadelle n'est pas encore achevée, mais elle est hors d'insulte, en estat de se deffendre.
Les mots du bitume Daron Daron

n. m. : père. Dérivé : n. f. daronne

Aurore Vincenti 15/04/2020