insulter

 

définitions

insulter ​​​ verbe transitif

Attaquer (qqn) par des propos ou des actes outrageants. ➙ injurier, offenser.
(choses) Son scepticisme nous insulte. ➙ outrager.REM. La tournure insulter de (+ nom) est incorrecte.
verbe transitif indirect littéraire Insulter à : constituer une atteinte, un défi à.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'insulte

tu insultes

il insulte / elle insulte

nous insultons

vous insultez

ils insultent / elles insultent

imparfait

j'insultais

tu insultais

il insultait / elle insultait

nous insultions

vous insultiez

ils insultaient / elles insultaient

passé simple

j'insultai

tu insultas

il insulta / elle insulta

nous insultâmes

vous insultâtes

ils insultèrent / elles insultèrent

futur simple

j'insulterai

tu insulteras

il insultera / elle insultera

nous insulterons

vous insulterez

ils insulteront / elles insulteront

 

synonymes

insulter verbe transitif

injurier, invectiver (littéraire), agonir (littéraire), donner des noms d'oiseau à (familier), pourrir (familier), traiter de tous les noms (familier), traiter (familier)

offenser, outrager

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le ciel en ce moment se plut à insulter le parti vainqueur et le parti vaincu.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Mais si d'austères principes peuvent insulter à ma puissance, est-ce donc qu'ils peuvent méconnaître les services réels que je rends, mon génie et même ma grandeur ?Maurice Joly (1829-1878)
Je sais que vous ne l'avez point maltraitée et que vous vous êtes contenté de l'insulter et de la menacer.George Sand (1804-1876)
Je n'ai pas envie d'insulter par mon instruction à ceux qui sont plus haut placés que moi ; je suis beaucoup trop humble pour cela...Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
La discrimination dans le sens de traiter des personnes comme des êtres inférieurs, de les insulter et de les léser est un mal qu'il faut combattre.Europarl
Le cavalier retint son cheval, et leur cria en langue turque qu'il ne pensait point à les insulter.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
Singulièrement brave, il imposait à l'opposition qui n'osait pas trop l'insulter à la tribune et dans les journaux.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Elle rapportait de chez ses bienfaiteurs le mépris et l'effroi de la richesse, un besoin d'insulter ceux qu'elle croyait être ses supérieurs.Jacques-Émile Blanche (1861-1942)
Je voulus me lever, aller à eux, les chasser, elle comme une drôlesse, l'insulter, lui, comme un drôle...Paul Bourget (1852-1935)
On ne pouvait surprendre le territoire français dans un moment plus favorable pour l'insulter impunément.Adolphe Thiers (1797-1877)
Et vous, sortez des rangs, jeunes gens qui vous sentez les dents aiguës pour insulter, pour exciter l'ennemi.Nikolaï Vassilievitch Gogol (1809-1852), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Vous avez tant souillé la pudeur, tant oublié l'amour, tant avili la femme, que vous êtes réduits à insulter la femme, la pudeur et l'amour.George Sand (1804-1876)
Que vous connaissiez ma douleur, que vous fussiez bien sûre que, loin d'insulter à la vôtre, je la ressentais plus profondément encore que vous-même, c'est tout ce que je voulais.George Sand (1804-1876)
Aucun sacrifice ne m'a coûté pour que nos fournisseurs au moins n'aient pas le droit de nous insulter !William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
C'était insulter à de braves bêtes comme la sienne que de donner leur nom à ces sacrés outils.Daniel Lesueur (1854-1921)
La paix qui l'environne semble insulter au tumulte de son âme ; l'uniformité des jours ne lui présente aucun changement même dans la peine.Madame de Staël (1766-1817)
Il l'envoyait se coucher sans feu, lui apprenait à boire de grands coups de rhum et à insulter les processions.Gustave Flaubert (1821-1880)
Il leur est expressément défendu de lier aucune conversation avec les gens de l'équipage et d'insulter personne, sous les peines portées par le précédent article.Louis Ange Pitou (1767-1846)
Il ne se mêlait pas des affaires publiques, même pour les railler, et n'affectait pas d'insulter les rois.Marcel Schwob (1867-1905)
La ville sombre, endormie, se déroulait à ses côtés : il lui semblait que même dans son sommeil elle allait l'insulter encore.Albert Delpit (1849-1893)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « INSULTER » v. act.

Quereller brusquement quelqu'un, luy faire insulte soit par parole, soit à coups de main. Cet yvrogne a insulté son hoste, & luy a chanté mille pouilles. les Archers ont insulté ce cavalier, & l'ont mené en prison.
 
INSULTER, signifie aussi, Affliger quelqu'un qui est desja affligé, luy reprocher sa misere, & s'en réjouir. C'est une grande cruauté d'insulter aux miserables, d'augmenter leurs maux, au lieu de les soûlager. un homme qui voit son ennemi en prison, en disgrace, luy insulte, & se resjouït de son infortune.
 
INSULTER, signifie aussi, enlever d'emblée quelque place, ou quelque poste, sans faire des approches. Les François ont insulté la contrescarpe de Dole, ils s'y sont logez en arrivant. on a insulté les dehors, & on les a enlevez.
 
INSULTÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots des politiques Top 10 des mots des politiques

Travailleur, dégagisme, abracadabrantesque... Choisis délibérément, employés à l'improviste ou totalement inventés, certains mots marquent durablement le discours des femmes et des hommes politiques français. Qu'ils soient surprenants, brutaux, décalés, peu connus ou utilisés mal à propos, ils ont tous pour point commun d'être largement repris dans les médias et commentés à l'infini. De la chienlit du général de Gaulle au perlimpinpin d'Emmanuel Macron, voici dix mots qui prouvent que le lexique des politiques n'en finit pas de nous étonner.

Édouard Trouillez 10/06/2020