offenser

 

définitions

offenser ​​​ verbe transitif

Blesser (qqn) dans sa dignité ou dans son honneur. ➙ froisser, humilier, injurier, outrager, vexer. Soit dit sans vous offenser.
littéraire Manquer gravement à (une règle, une vertu). ➙ braver. Sa conduite offense le bon sens.

s'offenser ​​​ verbe pronominal

Réagir par un sentiment d'amour-propre, d'honneur blessé (à une offense). ➙ se fâcher, se formaliser, se froisser, se vexer.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'offense

tu offenses

il offense / elle offense

nous offensons

vous offensez

ils offensent / elles offensent

imparfait

j'offensais

tu offensais

il offensait / elle offensait

nous offensions

vous offensiez

ils offensaient / elles offensaient

passé simple

j'offensai

tu offensas

il offensa / elle offensa

nous offensâmes

vous offensâtes

ils offensèrent / elles offensèrent

futur simple

j'offenserai

tu offenseras

il offensera / elle offensera

nous offenserons

vous offenserez

ils offenseront / elles offenseront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je suis prêt de lui répéter, que tout ce que j'ai dit n'a pu ni dû l'offenser.Robert Estienne (1723-1794)
Pour ne pas s'en offenser, il avait besoin de se rappeler combien elle lui avait montré d'amour.Adélaïde-Gillette Dufrénoy (1765-1825)
L'ennemi qui l'observe pourrait s'offenser du moindre geste et s'imaginer que le roi de la création le brave et le provoque.Jules Girardin (1832-1888)
Mon intention n'est point de faire tort aux gens de guerre, ni d'offenser aucune femme, surtout celles qui sont de qualité.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Mais en aucun cas je ne voulais offenser l'honorable députée, dont les antécédents parlent d'eux-mêmes.Europarl
Ardents à s'offenser, nos héros mettent une opiniâtreté admirable à ne jamais avouer leurs torts.Louis Maigron (1866-1954)
Ses colères m'affligeaient sans trop m'offenser ; je voyais en elle un enfant terrible qui se dévorait lui-même, et je souffrais trop du mal qu'elle croyait me faire.George Sand (1804-1876)
Je ne me rappelle pas avoir rien dit de vous qui pût vous offenser, – et certainement je n'en ai pas eu l'intention.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Bessières, qu'il avait fort maltraité la veille, serre sa main défaillante, en détournant toutefois la tête de peur de l'offenser par sa présence.Adolphe Thiers (1797-1877)
J'espère que ce monsieur, qui est jeune, voudra bien profiter de cet avertissement, monsieur, et ne pas s'offenser de la liberté que je prends ; c'est pour son bien.Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
Ainsi, bien qu'ils soient, par droit naturel, obligés de se défendre, ils ne le sont jamais d'offenser personne.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Je l'aimais, je regrettais de ne pas avoir eu le temps et l'inspiration de l'offenser, de lui faire mal, et de la forcer à se souvenir de moi.Marcel Proust (1871-1922)
Etourdis par tout ce qui se passait sous leurs yeux, ils se voyaient écrasés par les deux grandes nations belligérantes sans oser les offenser.François-Xavier Garneau (1809-1866)
Cette façon sommaire de le renvoyer était trop dans les usages américains pour que celui-ci songeât à s'en offenser.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Elle était comme le terme moyen entre sa mère et sa grand'mère ; elle savait se faire respecter sans offenser jamais.George Sand (1804-1876)
Mais il ne se sentit pas la force d'offenser celle qu'il aimait quand elle invoquait l'amitié, une amitié qu'il croyait à peine reconquise !George Sand (1804-1876)
Je n'y vois pas le moindre mal, et je n'ai pas le plus petit droit de m'en offenser.George Sand (1804-1876)
Elle ne peut pas s'offenser de la liberté que je prends avec elle en révélant que je l'aimais ; si je la retrouve jamais, je le lui dirais encore.Stendhal (1783-1842)
Il était impossible que le vote qui allait intervenir pût donner satisfaction à l'un des deux rivaux sans offenser l'autre.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Parfois, à une plaisanterie trop osée, elle se récriait, elle feignait de s'offenser, de réclamer le respect.Fernand Vandérem (1864-1939)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « OFFENSER » v, act.

Choquer quelqu'un, luy nuire en sa personne, en ses biens, en sa reputation. Un homme se tient offensé, quand on luy enleve son bien de haute lutte, quand on luy suborne sa femme, quand on l'outrage en sa personne. Il y a des gens, hargneux qui s'offensent de tout. Excusez moy, je n'ay pas creu vous offenser, Je n'ay pas dit cela pour vous offenser.
 
OFFENSER, signifie aussi, blesser, incommoder. Ce discours est scandaleux, est impie, il offense tous les gens de bien, il offense tout l'Estat, il offense les chastes oreilles. La trop grande lumiere offense la veuë. Le musc tout pur est si fort, qu'il offense le cerveau. Quand les nerfs, les membranes, sont offensés, on sent de grandes douleurs.
 
OFFENSER, en termes de Theologie signifie, Transgresser les commandements de Dieu ou de l'Eglise. Offenser Dieu, mortellement, veniellement. La penitence est necessaire à ceux qui ont offensé Dieu.
 
On dit proverbialement, qu'il n'y a que la verité, qui offense, pour dire, qu'il n'y a point d'injure plus sensible, que quand nous nous sentons coupables des choses qu'on nous reproche.
Vidéos Gargouille, par Alain Rey Gargouille, par Alain Rey

Le –gouille du mot gargouille est une variante du terme goule, qui signifie « gueule ». Découvrez l’histoire du mot gargouille avec Alain Rey.

Alain Rey 15/09/2020