louange

définitions

louange ​​​ nom féminin

littéraire Action de louer (1) (qqn ou qqch.) ; fait d'être loué. ➙ éloge. Il faut dire à sa louange que…
au pluriel Témoignage verbal ou écrit d'admiration ou de grande estime. ➙ compliment, félicitation. —  locution Chanter les louanges de qqch., ses mérites.

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
La haute louange d'avoir poursuivi un but juste ou noble ne peut lui être accordée sans beaucoup de réserves, et peut même, avec assez d'apparence, lui être refusée.Hippolyte Taine (1828-1893)
Sa vie a été longuement et pompeusement écrite : ses contemporains ne tarissent point sur sa louange.Pierre-Louis Ginguené (1748-1816)
Il lui arrivait sûrement de blâmer quelquefois, mais c'était rare, et il ne s'y appliquait pas comme à la louange.Dorothée de Dino (1793-1862)
Je voudrais faire connaître partout la bonté et la puissance de ma céleste bienfaitrice et répéter sans cesse des paroles à sa louange.Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897)
Leurs genoux sont toujours prosternés et leurs mains se joignent à la louange de la vertu, mais leur cœur ne sait rien de cela.Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
Vous pouvez penser ce que c'est qu'une telle louange à quelqu'un qu'on ne savait pas qui en fût le capitaine.Madame de Sévigné (1626-1696)
Au reste, il y a à la fois de l'esprit et de la poésie à supposer que le nectar, si vanté par les poètes, n'est autre chose que la louange.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Pendant le repas, des musiciens et des musiciennes chantent des chansons à la louange du monarque.Gaston Maugras (1850-1927)
Il faut dire à sa louange qu'elle s'accommodait des privations avec la plus surprenante facilité et qu'elle montrait dans sa misère relative une philosophie tout à fait méritoire.Gaston Maugras (1850-1927)
Il faut dire cela à la louange des anciennes lois françaises : elles ont stipulé avec les gens d'affaires avec la méfiance que l'on garde à des ennemis.Montesquieu (1689-1755)
C'est d'abord sa bonne grâce... son bon goût de politesse, de bonne compagnie, et puis la finesse la plus adroite dans la louange.Laure Junot d'Abrantès (1784-1838)
Néanmoins, ce mouvement de sympathie, qui nous emporte à la louange d'une action généreuse, s'arrêta.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Toute disposition de haute intelligence nécessite des éloges explicites, et une louange délicate est obligée partout où s'annonce l'envie de plaire.Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826)
Lorsque la critique s'applique à des talents aussi éminents, à des œuvres aussi distinguées, cette critique présuppose toujours une grande louange et une haute estime.Antoine-Joseph Pons (1829-1884)
Je n'aurais certainement pas eu assez de courage moral pour lui en refuser, et je ne doute pas, soit dit à sa louange, qu'il le sût aussi bien que moi.Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
Le fait, il est vrai (et ceci n'est pas à la louange du jeune homme), se produisait assez rarement pour qu'on le remarquât.Daniel Lesueur (1854-1921)
Je trouve que vous avez envisagé la question de la louange sous bien plus de faces que je n'ai fait.Denis Diderot (1713-1784)
Il n'a donc pu donner ni à la louange ni au blâme le temps d'avoir prise sur lui ni de modifier en quoi que ce fût son travail.Émile Verhaeren (1855-1916)
La louange, l'honneur et la gloire ne se donnent pas aux hommes pour une vertu commune, mais pour une vertu rare et excellente.Saint François de Sales (1567-1622)
Nous devons dire à la louange du chevalier qu'il eut un louable retour de modestie malheureusement aussi rapide que sincère.Eugène Sue (1804-1857)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « LOÜANGE » s. f.

Tesmoignage d'estime qu'on donne à la vertu, au merite. Les Anges chantent sans cesse les loüanges de Dieu. La clemence de ce Prince est digne d'une éternelle loüange. Un bon Orateur ne prodigue pas ses loüanges. Les Panegyriques, les Oraisons funebres sont des discours, des Ecrits faits à la loüange des Saints, des grands hommes, où l'on s'estend sur leurs loüanges. Des Sophistes en ont fait à la loüange de Neron, de la mouche, de la fievre quarte.
 
LOÜANGE, signifie quelquefois, Remerciment, benediction. Les graces commencent par ces mots, loüange à Dieu, paix aux vivants, & repos aux morts. L'Ecriture dit aussi, Je te Sacrifieray des hosties de loüanges, Ps : 50.
 
LOÜANGE, se dit proverbialement en ces phrases. Vos mespris vous servent de loüanges : ce qu'on appelle un compliment de la place Maubert, qu'on mesprise, parce qu'il est trop commun. On dit à un homme à qui on montre quelque libelle fait contre luy, ou quelque exploit par lequel on luy demande de l'argent. Voilà des vers à vostre loüange. On dit aussi, la loüange de soy-même est une couronne de merde, ce qui est un proverbe Italien : Laude dise se stesso corona di merda.