mordre

 

définitions

mordre ​​​ verbe

verbe transitif
Saisir et serrer avec les dents de manière à blesser, à entamer, à retenir. ➙ morsure. Mon chien l'a mordu. ➙ régional niaquer. Elle s'est fait mordre.
Avoir l'habitude d'attaquer, de blesser avec les dents. Chien qui mord.
Blesser au moyen d'un bec, d'un crochet, d'un suçoir. Se faire mordre, être mordu par un serpent. ➙ piquer.
Entamer. La lime, l'acide mord le métal.
verbe transitif indirect Mordre à : saisir avec les dents. Poisson qui mord à l'appât et, sans complément, qui mord, qui se laisse prendre. —  au figuré Mordre à l'hameçon*.
verbe intransitif Mordre dans : enfoncer les dents. Mordre à belles dents dans une pomme.
Mordre sur (une chose, une personne) : agir, avoir prise sur elle, l'attaquer. —  Empiéter sur.

se mordre ​​​ verbe pronominal réfléchi

Se blesser soi-même avec les dents. Elle s'est mordue en mangeant. —  faux pronominal Je me suis mordu la langue.
 

conjugaison

pronominal

indicatif

présent

je me mords

tu te mords

il se mord / elle se mord

nous nous mordons

vous vous mordez

ils se mordent / elles se mordent

imparfait

je me mordais

tu te mordais

il se mordait / elle se mordait

nous nous mordions

vous vous mordiez

ils se mordaient / elles se mordaient

passé simple

je me mordis

tu te mordis

il se mordit / elle se mordit

nous nous mordîmes

vous vous mordîtes

ils se mordirent / elles se mordirent

futur simple

je me mordrai

tu te mordras

il se mordra / elle se mordra

nous nous mordrons

vous vous mordrez

ils se mordront / elles se mordront

actif

indicatif

présent

je mords

tu mords

il mord / elle mord

nous mordons

vous mordez

ils mordent / elles mordent

imparfait

je mordais

tu mordais

il mordait / elle mordait

nous mordions

vous mordiez

ils mordaient / elles mordaient

passé simple

je mordis

tu mordis

il mordit / elle mordit

nous mordîmes

vous mordîtes

ils mordirent / elles mordirent

futur simple

je mordrai

tu mordras

il mordra / elle mordra

nous mordrons

vous mordrez

ils mordront / elles mordront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
L'oubli que j'appelais de toutes mes forces me fuyait et me laissait mordre par le souvenir.Céleste de Chabrillan (1824-1909)
Son père eût préféré le voir mordre à la chicane, s'adonner à la fabrication de thèses ronflantes et suivre des cours de déclamation.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Un autre jour, je poursuivis le petit de trois ans comme si j'avais voulu le mordre ; il criait et courait avec une terreur qui me réjouissait.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Et, dans ce désir de la possession, dans la joie qu'il éprouvait de mordre enfin à la terre, grandissaient l'amertume, la sourde rage de ne pas tout garder.Émile Zola (1840-1902)
Nous pouvons utiliser ce traité pour menacer et aboyer, mais il n’est pas question pour nous de pouvoir mordre quiconque ne le respectant pas.Europarl
Il regardait la famille nombreuse de ses charrues mordre le sol, tracer leurs sillons, en face, à gauche, à droite.Émile Zola (1840-1902)
Vous n'avez donc plus de dents pour mordre les mains des sacrificateurs maudits qui viennent vous les voler ?...Georges Darien (1862-1921)
Mais il eût été la dernière personne du monde à nommer cela des morsures, car il savait, lui, ce que mordre veut dire.Rudyard Kipling (1865-1936), traduction Louis Fabulet (1862-1933) et Robert d'Humières (1868-1915)
Alors les onagres, tous à la fois, font un pas et frottent leur museau contre lui, en essayant de mordre son vêtement.Gustave Flaubert (1821-1880)
A travers ces buissons revêches et hargneux, la ronce, ce serpent de la végétation, s'allonge et se glisse et vient vous mordre les pieds.Victor Hugo (1802-1885)
Au reste, il était frénétique, faisait tout ce qu'il pouvait pour mordre ses gardiens, et poussait des cris de possédé.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Pas une dent ne manque à mordre sa rainure, et tout stimule le mouvement ascensionnel de l'argent.Honoré de Balzac (1799-1850)
Les poissons se décideraient-ils à mordre, parmi ceux que l'on voyait apparaître à la surface du rio ?...Jules Verne (1828-1905)
Il n'a pas le choix : il doit mordre, pour première bouchée, en pleine poitrine, au point même où la mère a fixé l'œuf.Jean-Henri Fabre (1823-1915)
Nous, nous sentons qu'c'est une armature de bouche et des lèvres qu'ont besoin de vous embrasser, de vous mordre d'amour et d' gratitude et qui osent pas...Ernest La Jeunesse (1874-1917)
Comme un chien qu'on a battu et qui craint de l'être encore, elle était capable de tout, même de mordre et de déchirer.Jules Michelet (1798-1874)
Il réfléchissait si profondément qu'il ne pensait pas à mordre dans une tartine de pain et de lait caillé que sa mère lui avait donnée pour son déjeuner.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Elle ne s'apercevait pas que le froid entrait en sifflant sous la porte et qu'il cherchait à nous mordre aux jambes.Marguerite Audoux (1863-1937)
C'est le troupeau dont chaque membre fait le même geste de fuir, de mordre ou de rugir.Remy de Gourmont (1858-1915)
Elle renversa la tête et montra une double rangée de dents lumineuses, – des dents à mordre les plus durs métaux humains.Léon Bloy (1846-1917)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MORDRE » verb. act.

Happer, saisir avec les dents. La deffense des chiens & de la plus-part des animaux consiste à mordre. C'est un grand vice à un cheval de mordre. Quand on est mordu d'une beste enragée, il faut aller à la mer.
 
MORDRE, se dit aussi de ce qu'on met sous les dents pour manger, ou pour le mascher, Dieu avoit deffendu à Adam de mordre dans la pomme. Les Limosins ne couppent point leur fromage, ils mordent à même.
 
MORDRE, se dit aussi de la vermine qui picque & perce la peau. Les pous, les puces, les fourmis mordent, & sont incommodes.
 
MORDRE, se dit encore de plusieurs choses inanimées, corrosives & perçantes. La lime ne mord point sur le diamant, sur l'acier bien trempé. L'eau forte commune ne mord point sur l'or, mais mord sur le cuivre. Cet homme est gras & replet, la fievre trouvera bien à mordre sur luy.
 
MORDRE, en termes d'Imprimerie, se dit lorsque la frisquette couvre ce qui doit paroistre.
 
MORDRE, se dit figurément en Morale, pour dire, Attaquer, deschirer la reputation d'autruy. Un Satyrique trouve à mordre sur qui que ce soit ; il mord il pince tout en riant. Un plaideur recherche tout ce qu'il y a à mordre sur sa partie.
 
MORDRE, signifie aussi, aspirer, parvenir à quelque chose. Il voudroit bien avoir cette charge, mais elle est trop chere pour luy, il n'y sçauroit mordre. L'Algebre est une science si eslevée, que peu de gens y peuvent mordre.
 
MORDRE la poussiere, se dit en Poësie, pour dire, estre tué dans un combat. On dit aussi, Mordre, ses ongles pour dire ; se tourmenter à chercher une rime, à faire des vers, pendant lequel temps de depit on mord ses ongles.
 
MORDRE, signifie aussi, ficher plus avant. On dit en coûture, qu'il faut mordre bien avant dans l'estoffe, afin qu'elle ne se decouse pas. On dit en Maçonnerie, Cette piece de bois ne mord pas assez avant dans le mur, n'y advance pas assez pour y tenir ferme. Cette rouë ne mord pas assez avant dans ce pignon, pour le faire tourner.
 
MORDRE, se dit proverbialement en ces phrases. Il vaut autant estre mordu d'un chien, comme d'une chienne, pour dire, il n'importe pas qui fasse le mal. On dit aussi, quand des gens sont fort esloignez, qu'ils ne se morderont pas. On dit aussi en excitant quelqu'un à se battre s'il t'égratigne mords-le. On dit aussi d'une chose indifferente, qu'elle ne mord ni ne ruë. On dit quand on fait ou quand on entend quelque chose qui donne de la satisfaction, qu'on mord à la grappe. On dit aussi de celuy qui gouste une affaire qu'on luy propose, qu'il mord à l'hameçon. On dit aussi à celuy qui a fait une faute dont il aura lieu de se repentir, qu'il s'en mordra les pouces. On dit aussi en mesprisant les menaces d'un fanfaron, Tous les chiens qui aboyent ne mordent pas. On dit encore d'un homme qui ne fait rien de ce que sa profession le devroit obligér de faire, que ce seroit un beau mastin, s'il vouloit mordre. On dit aussi la mort n'y mord. On dit encore d'une chose claire & visible, qu'un aveugle y mordroit.
 
MORDU, UË. part. & adj. & quelquefois substantif. Les enfans se tesmoignent de l'amitié en mangeant reciproquement de leur mordu.
Drôles d'expressions Être bien, mal luné Être bien, mal luné

Être bien, mal luné : être de bonne, de mauvaise humeur. 

Alain Rey 23/04/2020