Email catcher

obéir

Définition

Définition de obéir ​​​ verbe transitif indirect

Obéir à.
Se soumettre à (qqn) en se conformant à ce qu'il (elle) ordonne ou défend. Elle n'obéit qu'à sa mère. Se faire obéir de qqn. ➙ écouter. sans complément Il faut obéir.
Se conformer, se plier à (ce qui est exigé par autrui ou par soi-même). Obéir à un ordre. ➙ obtempérer. Obéir à une impulsion. ➙ céder à.
(choses) Être soumis à (une nécessité, une force, une loi naturelle). Les corps obéissent à la loi de la gravitation. Les freins n'obéissent plus. ➙ répondre.

Conjugaison

Conjugaison du verbe obéir

actif

indicatif
présent

j'obéis

tu obéis

il obéit / elle obéit

nous obéissons

vous obéissez

ils obéissent / elles obéissent

imparfait

j'obéissais

tu obéissais

il obéissait / elle obéissait

nous obéissions

vous obéissiez

ils obéissaient / elles obéissaient

passé simple

j'obéis

tu obéis

il obéit / elle obéit

nous obéîmes

vous obéîtes

ils obéirent / elles obéirent

futur simple

j'obéirai

tu obéiras

il obéira / elle obéira

nous obéirons

vous obéirez

ils obéiront / elles obéiront

Synonymes

Exemples

Phrases avec le mot obéir

D'un autre côté, il est lui-même un parti plus ou moins autoritaire comme l'a montré l'expulsion des candidats ayant refusé d'obéir à ces directives.La nouvelle question d'Orient, 2004, Helga Baumgarten (Cairn.info)
Non seulement je n'obéirai pas ; mais si vous faites un pas en avant, je donne l'ordre de tirer.Gustave Aimard (1818-1883)
Le simple fait de devoir obéir à des directives vous donne de l'urticaire ?Capital, 02/04/2013, « Au secours, je me trouve meilleur que mon boss ! »
Cependant, sur un dernier geste que lui fit celui-ci, il se décida à obéir.Gustave Aimard (1818-1883)
Attention, si votre patron persiste à vous refuser le télétravail, nous n'avez d'autre choix que de lui obéir.Capital, 16/03/2020, « Coronavirus : mon employeur peut-il me refuser le télétravail ? »
Pour accélérer sa carrière, il faut apprendre à moins obéir en entreprise.Capital, 14/09/2007, « Pour évoluer, désobéissez ! »
Il ne lui restait qu'à obéir à sa cousine.Albert Delpit (1849-1893)
Il fit un pas en arrière pour voir si l'on obéirait.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Dans quelle mesure selon vous, la tâche du sociologue doit, elle aussi, obéir à une forme de travail émotionnel ?Revue internationale de politique comparée, 2018, Martina Avanza (Cairn.info)
Chaque frère a une sœur attitrée, contrainte de lui obéir.Ouest-France, Pascale MONNIER, 14/02/2021
Mais pour cela, elle doit obéir à un certain nombre de critères.Ouest-France, 20/10/2016
Ce qui nous est demandé est beaucoup plus problématique que d'obéir au plus fort.Commentaire, 2014, Pierre Manent (Cairn.info)
J’ai dû le faire pour une raison simple : il faut obéir aux règles, même si cela ne me rend pas heureux d’agir ainsi.Europarl
Serait-ce la paresse qui incite les individus à obéir aux ordres ?Capital, 18/09/2017, « Pourquoi nous soumettons-nous si facilement à un chef ? »
Salvato fit signe qu'il était prêt à obéir.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Capable encore d'obéir à 50 ordres différents et de comprendre au moins 50 mots !Ouest-France, 29/11/2017
Au lieu d'obéir, le général cherchait à éloigner le fatal.Louis Reybaud (1799-1879)
Dans les pays démocratiques, l'aménagement du territoire est censé obéir au principe de la justice pour tous.Travail, genre et sociétés, 2015, Lidewij Tummers (Cairn.info)
Il donna à sa mère l'ordre de lui obéir...Octave Mirbeau (1848-1917)
Afficher toutRéduire
Ces exemples proviennent de sites partenaires externes. Ils sont sélectionnés automatiquement et ne font pas l’objet d’une relecture par les équipes du Robert. En savoir plus.

Dictionnaire universel de Furetière (1690)

Définition ancienne de OBEÏR verb. n.

Executer les ordres, le commandement, les volontez d'un autre. On obeït à Dieu, quand on suit ses commandements. Les Rois veulent estre obeïs. La Justice se fait bien obeïr de gré, ou de force. Il bien est doux d'obeïr à la beauté qu'on ayme.
 
OBEÏR, signifie aussi, estre dans la dependance, dans la sujettion de quelqu'un. Un Souverain est celuy qui n'obeït à personne. L'Egypte obeït au Grand Seigneur. Il y a plaisir d'obeïr à un Prince juste & victorieux.
 
OBEÏR, signifie encore, ceder à la force. Il faut obeïr à la necessité ; au plus fort. Ce Prince obeït au temps, il s'est retiré de la Cour, il a cedé la place à ses ennemis.
 
OBEÏR, se dit figurément des choses inanimées, & signifie, Plier, ne resister pas. Quand une balle trouve un rideau, une natte qui obeït, qui ne resiste pas, elle ne fait point de reflection, elle tombe. Le fer aigre n'obeït pas, il se casse, il ne vaut rien pour faire des ressorts. Il n'y a point de metail qui obeïsse plus sous le marteau que l'or, qui soit plus ductile.
 
OBEIR, en termes de Manege, se dit d'un cheval doux & dressé, & on dit qu'il obeït bien à la main, aux talons, qu'il obeït aux aydes, qu'il les connoist, qu'il y respond, qu'il obeït aux esperons, qu'il les craint, qu'il les fuit.
 
On dit proverbialement ; que pour sçavoir bien commander, il faut avoir obeï ; ce qui s'entend particulierement des commandements de la guerre, où il faut avoir esté soldat devant que d'estre Officier.
 
OBEÏ, ÏE, part. pass. & adj.
Ces définitions du XVIIe siècle, qui montrent l'évolution de la langue et de l'orthographe françaises au cours des siècles, doivent être replacées dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. Elles ne reflètent pas l’opinion du Robert ni de ses équipes. En savoir plus.
Style et écriture Trois secrets d'écriture de Franck Thilliez Trois secrets d'écriture de Franck Thilliez

Le maître du thriller français nous ouvre la boîte noire de son imaginaire : découvrez trois secrets d'écriture de Franck Thilliez pour composer un...

13/05/2022