sordide

 

définitions

sordide ​​​ adjectif

D'une saleté repoussante, qui dénote une misère extrême. Des taudis sordides.
Qui est bassement intéressé et mesquin. Avarice sordide. —  Une sordide affaire d'héritage.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
L'effronterie sordide de ces sénateurs qui, au milieu de l'invasion de leur patrie, ne se perdent pas de vue un moment, frappe même dans l'immensité des événements publics.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Je souris à l'hésitation de deux pieds nus, auxquels il faut une serviette pour oser se poser sur le tapis sordide des chambres d'hôtel.Octave Mirbeau (1848-1917)
Vous avez peut-être une dizaine d'années devant vous : au bout de ces dix ans... c'est la misère noire, sordide.Albert Delpit (1849-1893)
Il se plaignoit que l'intégrité des juges fût devenue suspecte, et qu'on ne vît dans leur conduite que les vues d'un intérêt sordide et d'une ambition criminelle.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Les deux chevaux, administrés avec une sordide économie, coûtaient l'un dans l'autre huit cents francs par an.Honoré de Balzac (1799-1850)
Au milieu de ce chaos d'admirables choses, certaines mesquineries inouïes dénotaient des instincts d'avarice sordide.Eugène Sue (1804-1857)
En voyant devant lui une espèce de mendiant sordide, il fronça les sourcils, mais il reconnut le personnage.Michel Zévaco (1860-1918)
Par le couloir sordide, elle gagna la cour, – ou plutôt le fond de puits, écrasé par l'immense mur aveugle de la maison neuve.Daniel Lesueur (1854-1921)
Tour à tour d'une prodigalité folle et d'une avarice sordide, ses dépenses n'ont qu'un mobile, l'orgueil ; qu'un but, l'ostentation.Eugène Sue (1804-1857)
À travers un vitrage fêlé, il vit une salle sordide, qui réveilla un souvenir confus dans son esprit.Victor Hugo (1802-1885)
Pauvre à cette époque, encore plus par le fait de l'avarice sordide de sa mère que par sa situation, il se destinait à être médecin.George Sand (1804-1876)
La jeune fille se hâta de quitter ce quartier sordide et gagna une large avenue qui descendait vers le fleuve.Judith Gautier (1845-1917)
Cette propreté rigide ne prend pas sa source dans l'amour véritable de la propreté, mais dans une excessive paresse, ou une économie sordide.George Sand (1804-1876)
Nous devons aussi nous rendre compte que de plus en plus d'hommes sont impliqués dans ce commerce sordide.Europarl
Dehors, il se jeta dans une vieille et sordide diligence qui attendait le long du trottoir.Gaston Leroux (1868-1927)
Quelle existence, mon ami, que cette économie sordide à l'abri de laquelle on végète là, sans honneur, sans jouissance et sans utilité !George Sand (1804-1876)
Là, du moins, ni l'air ni l'espace n'avaient été mesurés par un architecte complice de la sordide lésinerie du propriétaire.Émile Gaboriau (1832-1873)
Son imagination reconstruisit ce quartier sordide, fangeux, malsain, au milieu duquel il avait passé de si rudes années, et qui n'existait plus que dans sa mémoire.Lucien Biart (1828-1897)
Elle n'en fut pas moins basse, avare, débattant longuement dans sa froideur sordide combien elle aurait de son corps.Jules Michelet (1798-1874)
Des voix courageuses se sont élevées parmi nous pour flétrir cet infâme trafic, mais en vain : l'intérêt sordide fascine les yeux du plus grand nombre.Gustave de Beaumont (1802-1866)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SORDIDE » adj.

Vilain, avare, mesquin. Cet usurier est un homme fort sordide, qui se feroit foüetter pour cinq sols. Il y a des Grands Seigneurs qui ont une ame sordide, lasche, interessée, qui font une despense sordide, indigne de leur condition.
Le mot du jour Panacée Panacée

On la croit capable de tout résoudre, elle, la déesse Panakeia, herboriste et guérisseuse. La panacée, fidèle à son origine grecque, est remède (akos) universel (pan-) :  une plante imaginaire qui guérissait de tous les maux. Pour les druides, le gui était une panacée ! 

Aurore Vincenti 18/04/2020