avilir

 

définitions

avilir ​​​ verbe transitif

Rendre vil, méprisable. ➙ abaisser, dégrader, déshonorer, rabaisser. —  pronominal Il s'est avili dans l'alcool.
Abaisser la valeur de. ➙ déprécier.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'avilis

tu avilis

il avilit / elle avilit

nous avilissons

vous avilissez

ils avilissent / elles avilissent

imparfait

j'avilissais

tu avilissais

il avilissait / elle avilissait

nous avilissions

vous avilissiez

ils avilissaient / elles avilissaient

passé simple

j'avilis

tu avilis

il avilit / elle avilit

nous avilîmes

vous avilîtes

ils avilirent / elles avilirent

futur simple

j'avilirai

tu aviliras

il avilira / elle avilira

nous avilirons

vous avilirez

ils aviliront / elles aviliront

 

synonymes

s'avilir verbe pronominal

s'abaisser, se dégrader, déchoir, se ravaler

se déprécier, se dévaluer

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
J'aimais cet homme, j'avais subi longtemps son influence : je craignais, en le voyant se perdre et s'avilir, de me laisser entraîner par son exemple.George Sand (1804-1876)
La moquerie âpre, inlassable, de toutes parts se refermait sur lui pour l'étreindre, l'avilir et le châtier...Hector Bernier (1886-1947)
Côme fut distrait par le mélange de courage et de finesse dont il avait besoin pour avilir des cœurs brûlants encore pour la liberté.Stendhal (1783-1842)
On insulte, on tente d'avilir ; on exige des flatteries et des promesses de ceux qu'on élargit.George Sand (1804-1876)
Voyant que vous l'aimiez, et qu'elle ne réussirait pas à vous détacher d'elle par des paroles, elle a résolu de l'avilir à vos yeux.George Sand (1804-1876)
Je ne deviendrai pas amoureux de cette beauté dangereuse et décevante, à qui ses millions persuaderaient bientôt qu'elle a le droit de m'avilir.George Sand (1804-1876)
Il ne consiste pas à le décréditer, à l'avilir dans l'opinion, à le priver des forces dont il a besoin.Frédéric Bastiat (1801-1850)
L'assurance d'avilir été malgré lui traîné par la vague irritée de l'opinion, ne le délivrait, pas d'une souffrance qui l'oppressa lourdement : n'avait-il pas été faible et vil ?Hector Bernier (1886-1947)
Enfin dans un ressaut de vitalité, il reconquit un peu de logique et cessa de s'avilir : je souffre, donc j'aime !Remy de Gourmont (1858-1915)
Ce serait vous avilir à tous les yeux, et même aux vôtres, lorsque le voile grossier qui les couvre sera tombé.George Sand (1804-1876)
De pareilles expressions n'ont qu'un tort, celui d'avilir la royauté ; car du reste elles disent trop ou ne disent rien du tout.Henry Lytton Bulwer (1801-1872), traduction Georges Perrot (1832-1914)
Vous n'ignoriez pas que j'eusse trop souffert de m'avilir à mes propres yeux et de déchoir dans l'estime que j'ai de moi-même.Albert Delpit (1849-1893)
Il est plus puissant pour l'avilir ou pour la détruire : encore commande-t-il en vain à qui ne veut plus obéir.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Et c'est pour que personne ne pût s'avilir à exercer un métier qu'il voulait distribuer des terres à tout le monde.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Enfin, quoique dévoré d'ambition, il ignora toute sa vie l'art de composer avec sa conscience pour arriver à la fortune, et celui de s'avilir pour arriver au pouvoir.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
L'on voit pourtant le sentiment de cette injustice dont les effets ne subsistent plus, nous accabler encore, nous avilir, nous déchirer comme si elle devait avoir des résultats éternels.Étienne Pivert de Senancour (1770-1846)
Il leur aurait fort convenu de l'avilir, de l'énerver, de l'accabler du patronage de ceux qui le déshonoraient.Jules Michelet (1798-1874)
La cour prévôtale elle-même, qu'on peut ne pas renouveler, du moins en ce moment, mais qu'il ne faut pas avilir, conservera sa terrible considération.Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont (1774-1852)
Saisi de mépris et d'indignation, je m'attaquai à eux seuls et me portai à la défense des prisonniers si énergiquement, que l'on dut renoncer à m'avilir.George Sand (1804-1876)
Il était condamné à jouer devant la cour et devant le pays une comédie pénible, d'une durée incertaine, et qui pouvait à jamais gâter son cœur et avilir son caractère.Charles-Henry-Joseph de Batz-Trenquelléon (1835-1914)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « AVILIR » v. neut.

Devenir de bas prix. Les marchandises s'avilissent, quand elles ne sont plus à la mode, quand elles n'ont plus de debit.
 
AVILIR, se dit figurément en choses morales. Le courage des soldats s'avilit durant la paix. les dignités s'avilissent, quand elles ne sont pas remplies de bons sujets, quand elles sont sur la teste des gens qui font des bassesses. la Noblesse s'avilit par des alliances indignes.
 
AVILI, IE. part. pass. & adj.

Définition de « RAVILIR » v. act.

Abbaisser, rendre mesprisable. La pauvreté des Auteurs ravilit les Lettres, les beaux Arts. Il n'y a rien qui ravilisse tant un Gentilhomme que la lascheté & l'avarice. Les Courtisans se ravilissent en flattant les vices des Princes, en acceptant des emplois vils & serviles. Un Magistrat ravilit sa dignité, quand il ne sçait pas soûtenir son rang, exercer dignement sa charge. L'humilité Chrêtienne abbaisse les gens, mais elle ne les ravilit pas.
 
RAVILI, IE. part. pass. & adj. Les noms de Sophiste, de Pedant, étoient autrefois honorables, maintenant ils sont fort ravilis.
Le mot du jour Déconfinement Déconfinement

Retrouvez ici les mots récemment inclus à notre dictionnaire gratuit Dico en ligne Le Robert - et notamment, les mots de la crise sanitaire du coronavirus. 

10/06/2020