consoler

 

définitions

consoler ​​​ verbe transitif

Soulager (qqn) dans son chagrin, dans sa douleur. ➙ apaiser, soulager. Consoler un enfant qui pleure.
(choses) Apporter un réconfort, une compensation à. Ce n'est pas ça qui va le consoler.

se consoler ​​​ verbe pronominal

Trouver en soi une consolation. Il ne se console pas de la mort de sa femme. ➙ inconsolable.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je console

tu consoles

il console / elle console

nous consolons

vous consolez

ils consolent / elles consolent

imparfait

je consolais

tu consolais

il consolait / elle consolait

nous consolions

vous consoliez

ils consolaient / elles consolaient

passé simple

je consolai

tu consolas

il consola / elle consola

nous consolâmes

vous consolâtes

ils consolèrent / elles consolèrent

futur simple

je consolerai

tu consoleras

il consolera / elle consolera

nous consolerons

vous consolerez

ils consoleront / elles consoleront

 

synonymes

consoler verbe transitif

calmer, rasséréner, réconforter, sécher les larmes de, mettre du baume sur les plaies de, remonter (familier)

dédommager, compenser

adoucir, alléger, atténuer, diminuer, endormir

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Rebecca venait les consoler et leur rendre à tous deux du courage, ou plutôt elle le faisait tantôt pour l'un et tantôt pour l'autre.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Il faut s'en consoler en se disant qu'on liquide rarement en un jour des affaires compliquées.Marcel Proust (1871-1922)
Je causai un peu avec cet honnête garçon ; il me rassurait et cherchait à me consoler.Marie-Louise-Victoire de Donnissan La Rochejaquelein (1772-1857)
Il fallut s'en consoler en se disposant à passer une bonne nuit, afin de pouvoir marcher le jour suivant.Adrien Bourgogne (1785-1867)
Elinor tâchait de la consoler en lui disant ce qu'elle croyait elle-même, qu'elle serait bientôt rétablie.Jane Austen (1775-1817), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Le mot de devoir n'est pas fait pour lui ; les plaisirs qu'on goûte dans sa société sont faits pour consoler des devoirs et du temps qu'on met à les remplir.Joseph Bertrand (1822-1900)
Dans les premiers moments de douleur il était accouru pour le consoler et le soutenir, et, à partir de cette époque, jamais ils ne s'étaient séparés.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
La femme du major, d'un caractère plus ferme et plus énergique, essaya de son mieux à consoler sa jeune amie.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Après cet effort il retomba sur son siége, et ce fut sa femme qui s'empressa de le consoler.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Il a trouvé ici de quoi se consoler de l'absence de sa poule favorite, qu'il se rappelle aussi à ce qu'il prétend.George Sand (1804-1876)
Je cherchai à le consoler en lui faisant voir que ma position était encore plus triste que la sienne.Adrien Bourgogne (1785-1867)
Dis-leur que je les aime aussi comme s'ils étaient à moi, et que je leur recommande bien de te distraire et de te consoler.George Sand (1804-1876)
Je sais bien aussi qu'on doit vous plaindre, vous consoler, vous soulager, vous parler avec zèle, douceur et respect ; mais enfin il faut dire la vérité.François de Fénelon (1651-1715)
Bianca pleurait aussi, sans rien trouver pour la consoler, et moi, j'étais paralysé par l'épouvante et la douleur.George Sand (1804-1876)
Il savait que les femmes aiment à consoler, et que porter ses chagrins de cœur en écharpe est la meilleure façon de réussir auprès d'elles.Alphonse Daudet (1840-1897)
La lettre était joviale, trop joviale ; et il y avait aussi le souvenir d'usage, mais assez gros pour consoler le plus solide désespoir de veuve.Paul-Jean Toulet (1867-1920)
Ma génération passe, la vôtre vient d'arriver, une autre naît ; je vous vois placé entre deux pour consoler la première, honorer la seconde et former la troisième.François Guizot (1787-1874)
Il ne peut être question que l'on omette de donner une promotion aux plus compétents pour ensuite manquer d'esprits et se consoler avec des privilégiés.Europarl
La pauvre femme le caressait et l'embrassait en secret après le supplice et lui donnait de l'argent pour le consoler.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
On les a rappelés dans le monde pour y soutenir les faibles, ramener les égarés, consoler les malheureux !Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), traduction Aloïse Christine de Carlowitz (1797-1863)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CONSOLER » v. act.

Alleger le chagrin, la tristesse, l'affliction de quelqu'un, soit par le discours, soit par d'autres manieres. Le temps console de toutes douleurs. la Philosophie console ceux qui sont capables de reflexions. une femme qui herite de son mary, ou qui a une amourette, se console aisément de sa mort. Consoler les affligez est une des sept oeuvres de misericorde spirituelles. On dit, quand on nous menace de la perte d'une chose dont nous ne nous soucions pas beaucoup. Il s'en faudra consoler, j'en seray bientost consolé.
 
CONSOLÉ, ÉE. part. & adj.
Le mot du jour Infirmière, infirmier Infirmière, infirmier

Il faut la fermeté et la solidité des infirmières et des infirmiers pour soutenir la fragilité des infirmes.

Aurore Vincenti 12/05/2020