gâter

 

définitions

gâter ​​​ verbe transitif

(surtout passif) Détériorer en pourrissant. ➙ corrompre ; avarié. L'humidité a gâté ces fruits. —  au participe passé Une dent gâtée, cariée.
Priver de sa beauté, de ses qualités naturelles. ➙ déparer, enlaidir. Cet immeuble gâte la vue.
Enrayer la bonne marche, les possibilités de succès de (qqch.). ➙ compromettre. —  locution Ça ne gâte rien : c'est un avantage de plus.
Diminuer, détruire en supprimant l'effet agréable de (qqch.). Ce fâcheux incident a gâté nos vacances, nous les a gâtées. ➙ empoisonner, gâcher.
Combler (qqn) d'attentions, de cadeaux (➙ gâteau). Sa grand-mère l'a gâté pour Noël. —  au participe passé Enfant gâté*.

se gâter ​​​ verbe pronominal

S'abîmer, pourrir.
Se détériorer. Le temps se gâte. Ça se gâte : la situation se dégrade.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je gâte

tu gâtes

il gâte / elle gâte

nous gâtons

vous gâtez

ils gâtent / elles gâtent

imparfait

je gâtais

tu gâtais

il gâtait / elle gâtait

nous gâtions

vous gâtiez

ils gâtaient / elles gâtaient

passé simple

je gâtai

tu gâtas

il gâta / elle gâta

nous gâtâmes

vous gâtâtes

ils gâtèrent / elles gâtèrent

futur simple

je gâterai

tu gâteras

il gâtera / elle gâtera

nous gâterons

vous gâterez

ils gâteront / elles gâteront

 

synonymes

gâté, gâtée adjectif

détérioré, pourri, [dent] carié, malade

choyé, dorloté

capricieux

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Marie entra, marchant avec une grande précaution, de peur de gâter quelque chose en passant.Pauline Guizot (1773-1827)
C'était un professeur à grandes prétentions et capable de gâter la meilleure main avec ses systèmes.George Sand (1804-1876)
Il permit que mon père, contre son habitude de me gâter en toutes circonstances, éprouvât cette fois de l'ennui.Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897)
Et même il a un avantage, c'est que, voyant bien moins l'enfant, à ses heures de repos où il joue avec lui, il peut le gâter à son aise.Jules Michelet (1798-1874)
Vous mangez si peu, que ce pâté vous durera bien huit jours ; et, par la gelée, il ne risquera point de se gâter.Honoré de Balzac (1799-1850)
Il fut répondu à ce seigneur de ne plus gâter son papier à de telles malices.Anatole France (1844-1924)
D'ailleurs, à quelle vie humaine peuvent-ils toucher, puisqu'aucune n'est exempte de faute et qu'une faute aux yeux de ces purs suffit à gâter une vie ?Auguste Angellier (1848-1911)
Mais, si je vous avais ici, je serais trop bien et la destinée n'a pas coutume de me gâter de la sorte.George Sand (1804-1876)
Et même quand ils ne vous blessent pas par aventure, il s'en trouve toujours pour gâter votre vie et vous donner du tourment...Louis Hémon (1880-1913)
Depuis quelques jours, le temps était variable, avec des alternatives de soleil et de pluie, avec une tendance à se gâter définitivement.Albert Vandal (1853-1910)
Mais pour n'être pas absolument moralisatrice, une bonne culture intellectuelle ne saurait tout de même gâter la femme plus que l'homme.Charles Turgeon (1855-1934)
De nouveaux télégrammes arrivaient, les choses devaient se gâter, des ombres d'estafettes galopaient, affolées et indistinctes.Émile Zola (1840-1902)
Elle ne tarda pas à le savoir et faillit, dans sa joie inopinée, gâter sa délicieuse quiétude par une parole imprudente.Pamphile Le May (1837-1918)
Ce peu d'esperance l'obligea à user d'un moyen qui pensa tout gâter, qui fut de lui donner de la jalousie.Paul Scarron (1610-1660)
J'ai vu les cheveux roux honnis d'abord, puis ensuite adorés au point de faire gâter les plus belles chevelures noires, brunes ou blondes par des teintures vénéneuses.Alphonse Karr (1808-1890)
On m'apporte tes deux lettres, c'est un soulagement pour moi, merci de me gâter ainsi, je reconnais là ton bon cœur.Alfred Dreyfus (1859-1935)
Cette terre-là est peu de chose en général, et il faut aussi fort peu de chose pour en gâter les meilleurs recoins.Étienne Pivert de Senancour (1770-1846)
Il était difficile de rapetisser davantage une plus grande matière et de gâter plus complètement un plus merveilleux sujet.Louis Maigron (1866-1954)
Tu aimes ma sœur adoptive, elle t'aime, et vous allez vous marier ; car rien ne s'y oppose et personne n'interviendra pour gâter votre bonheur.Jules-Paul Tardivel (1851-1905)
Mais elle a été bientôt ravie d'avoir une belle petite-fille à habiller, à gâter, à faire aimer.Louis Ulbach (1822-1889)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « GASTER » v. act.

Ruiner, destruire. Les soldats ont gasté & ruiné tout le pays. la gresle gaste les bleds. Ce mot vient du Latin vastare en changeant v en g.
 
GASTER, signifie aussi, Travailler mal à quelque besogne, qu'il faut refaire. On a gasté ce bastiment pour y vouloir faire quelque espargne, pour y avoir voulu conserver quelque vieille construction. ce Tailleur m'a gasté mon habit, il l'a mal taillé. ce Procureur a gasté mon procés par sa mauvaise procedure. un meschant mot gaste toute une piece.
 
GASTER, signifie aussi, Salir. Vous avez tout gasté mon habit en renversant dessus cette salade.
 
GASTER, signifie encore, Despenser, perdre, dissiper. Il a bien gasté du bien depuis un an. il a bien gasté du temps à faire ce tableau. Il est bas en ce sens.
 
GASTER, signifie aussi, Se corrompre. La viande se gaste dans la chaleur. ce vin se gaste, il s'évente.
 
On dit figurément, Gaster un enfant, gaster un valet, lors qu'on a pour luy trop d'indulgence, ou qu'on le carresse trop. On dit aussi, qu'un homme se gaste en la compagnie d'un autre, quand il y contracte des mauvaises habitudes. Dom Quichote s'estoit gasté l'esprit par la lecture des Romans. On dit à un homme qui survient en une compagnie, Entrez, vous ne gastez rien. son arrivée gasta tout le mystere, pour dire, le descouvrit. On a dit aussi agreablement
 
Une once de vanité
 
Gaste un quintal de merite.
 
GASTER le mestier, Faire trop bon marché de sa peine, ou de sa marchandise, ensorte que cela fasse tort aux autres du même mestier.
 
GASTÉ, ÉE. part. & adj. On dit, Il n'y a rien de gasté. enfant gasté. esprit gasté.
Drôles d'expressions Être gêné aux entournures Être gêné aux entournures

Être gêné aux entournures : être mal à l’aise, se sentir gauche ; être incommodé dans son activité.

Alain Rey 12/05/2020