abréger

définitions

abréger ​​​ verbe transitif

Diminuer la durée de. Abréger un voyage. ➙ écourter.
Diminuer la matière de (un discours, un écrit). ➙ raccourcir, résumer, tronquer. Abréger un texte. —  Abrégeons ! au fait !
Abréger un mot, supprimer une partie des lettres. —  au participe passé Mot abrégé. ➙ abréviation.

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'abrège

tu abrèges

il abrège / elle abrège

nous abrégeons

vous abrégez

ils abrègent / elles abrègent

imparfait

j'abrégeais

tu abrégeais

il abrégeait / elle abrégeait

nous abrégions

vous abrégiez

ils abrégeaient / elles abrégeaient

passé simple

j'abrégeai

tu abrégeas

il abrégea / elle abrégea

nous abrégeâmes

vous abrégeâtes

ils abrégèrent / elles abrégèrent

futur simple

j'abrégerai / ro j'abrègerai

tu abrégeras / ro tu abrègeras

il abrégera / ro il abrègera / elle abrégera / ro elle abrègera

nous abrégerons / ro nous abrègerons

vous abrégerez / ro vous abrègerez

ils abrégeront / ro ils abrègeront / elles abrégeront / ro elles abrègeront

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il s'agissait seulement d'abréger le mal, c'est-à-dire la confusion, et de rétablir l'ordre dans les valeurs, seule justice que doive l'état à tout le monde.Adolphe Thiers (1797-1877)
Néanmoins, la crainte d'entendre crier à la profanation a empêché quelques éditeurs d'abréger aussi souvent qu'il aurait fallu.Charles Dejob (1847-1916)
En dépit de tous nos efforts, nous ne les embrassons pas ; nous ne pouvons les dominer, les réduire, les abréger.Anatole France (1844-1924)
Décidé quelquefois à abréger encore le temps de son sommeil, il ne fermait les yeux qu'après s'être attaché au pied une sonnette dont le moindre mouvement l'éveillait.Antoine Dumesnil (1805-1891)
Permettez-moi donc d'abréger mon analyse politique car j'ai peu de choses à ajouter aux propos du président.Europarl
Devine, mon bien-aimé, à quoi s'amusaient ces femmes pour abréger les longues nuits sans sommeil ?Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Le chevalier s'était arrangé de son mieux sur la paille et paraissait bien décidé à ne point abréger sa visite.Paul Féval (1816-1887)
Peut-être pourrais-je abréger quelque peu, parce que bon nombre de remarques qui ont été formulées ont trait au domaine de compétence de ministres techniciens.Europarl
Étant que l'élargissement fera l'objet d'une déclaration spécifiquement prévue pour cette après-midi, je crois donc que nous pouvons abréger le débat et laisser ce sujet pour après.Europarl
Même en négligeant toutes les épreuves de second ordre pour considérer seulement, – afin d'abréger, – les principaux bonds de l'aviation, il faut presque chaque mois enregistrer des progrès surprenants.Louis Gastine (1858-1935)
Ils seront bien courts, j'en suis sûr, car vous aimez à abréger et le laconisme est en grande faveur chez vous.Dorothée de Dino (1793-1862)
Que ne donnerais-je point pour qu'elles vissent d'aussi près que je le vois de quels plaisirs nous cherchons à abréger le songe de la vie !Imbert de Saint-Amand (1834-1900)
La génération qui a actuellement son tour de passage sur la terre n'est pas forcée de l'abréger pour les générations, ses égales après tout, qui auront leur tour plus tard.Victor Hugo (1802-1885)
Pour abréger la route, elle s'enfonça dans la forêt, qui se composait de grands arbres sous lesquels on passait facilement.Comtesse de Ségur (1799-1874)
On nous vantait naguère encore sa modération relative, on supputait le nombre des existences qu'il eût pu détruire et qu'il a consenti à ne point abréger.Rodolphe Reuss (1841-1924)
Ils s'étonnèrent de prolonger sans peine des soirées que leur unique soin était autrefois d'abréger le plus possible.Octave Feuillet (1821-1890)
Ceci est de rigueur, à moins de payer la police pour abréger les délais, mais il faut que l'insertion ait eu lieu au moins une ou deux fois.Astolphe de Custine (1790-1857)
Cette connaissance de ma part ne pouvait que lui donner du dépit, ce qui me fit abréger, autant que je pus, la visite.Albert le Roy (1856-1905)
Mon apprentissage me devint si insupportable que je soupirois sans cesse après l'occasion de l'abréger.Benjamin Franklin (1706-1790), traduction Jean Henri Castéra (1749-1838)
Tu aurais bien dû, dit-il, ne pas abréger ma vie ; tu aurais eu plus de temps pour apprendre à mourir en homme.Gustave de Beaumont (1802-1866)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ABREGER » v. act.

Reduire en moindre discours ou espace, raccourcir. Abreger son discours, dire succinctement. On a abregé le temps de son exil. cette traverse abrege le chemin. les jours de l'homme ont été abregez & réduits à 120. ans depuis le Deluge. on abrege sa vie par les excés. Ce mot vient de abbreviare. Nicod.
 
Pour abreger. Façon de parler adverbiale, pour dire, Enfin, pour conclusion. On dit aussi, Abregez, quand un superieur est ennuyé d'un discours trop prolixe qu'on luy fait. On le dit aussi en un calcul de jettons, quand il y a trop de jettons sur une même ligne.
Le mot du jour Soin Soin

Le soin que l’on a, que l’on prend et que l’on confie ; celui que l’on donne et que l’on reçoit.

Aurore Vincenti 23/04/2020