brûler

 

définitions

brûler ​​​ verbe

verbe transitif
Détruire par le feu. ➙ consumer, embraser, incendier. Brûler des mauvaises herbes. Brûler un cadavre. ➙ incinérer ; crémation.
Brûler (vif) qqn (supplice) (➙ bûcher).
(pour un résultat utile) Brûler du bois pour se chauffer. —  locution, au figuré Brûler ses dernières cartouches*.
Consommer (de l'énergie) pour éclairer, chauffer. Brûler de l'électricité. —  Brûler des calories. ➙ dépenser.
Altérer par l'action du feu, de la chaleur, d'un caustique. Brûler un gâteau. —  Brûler une verrue. ➙ cautériser.
Produire les mêmes effets qu'une brûlure. —  locution, au figuré L'argent lui brûle les doigts, il ne peut le conserver.
Passer sans s'arrêter à (un point d'arrêt prévu). L'autobus a brûlé la station. Brûler un feu rouge. —  locution Brûler les étapes*.
(passif) Être brûlé, avoir une activité clandestine désormais connue de l'adversaire. Notre agent est brûlé. ➙ démasqué.
Qui a perdu tout crédit.
verbe intransitif
Se consumer par le feu. Matière incombustible qui ne brûle pas. —  Être calciné, cuire à feu trop vif. Le rôti brûle.
Flamber. La maison brûle.
Se consumer en éclairant ; être allumé.
Ressentir une sensation de brûlure, de fièvre. —  au figuré Brûler d'impatience. —  Brûler de (+ infinitif) : être impatient de. Il brûle de lui parler. —  vieux Brûler pour qqn, en être amoureux.
Jeux ou devinettes Être tout près du but. Tu brûles !
var. ro bruler ​​​ .

se brûler ​​​ verbe pronominal

S'immoler par le feu.
Subir une brûlure partielle. Se brûler à la main.
var. ro se bruler ​​​ .
 

conjugaison

pronominal

indicatif

présent

je me brule

tu te brules

il se brule / elle se brule

nous nous brulons

vous vous brulez

ils se brulent / elles se brulent

imparfait

je me brulais

tu te brulais

il se brulait / elle se brulait

nous nous brulions

vous vous bruliez

ils se brulaient / elles se brulaient

passé simple

je me brulai

tu te brulas

il se brula / elle se brula

nous nous brulâmes

vous vous brulâtes

ils se brulèrent / elles se brulèrent

futur simple

je me brulerai

tu te bruleras

il se brulera / elle se brulera

nous nous brulerons

vous vous brulerez

ils se bruleront / elles se bruleront

actif

indicatif

présent

je brule

tu brules

il brule / elle brule

nous brulons

vous brulez

ils brulent / elles brulent

imparfait

je brulais

tu brulais

il brulait / elle brulait

nous brulions

vous bruliez

ils brulaient / elles brulaient

passé simple

je brulai

tu brulas

il brula / elle brula

nous brulâmes

vous brulâtes

ils brulèrent / elles brulèrent

futur simple

je brulerai

tu bruleras

il brulera / elle brulera

nous brulerons

vous brulerez

ils bruleront / elles bruleront

actif

indicatif

présent

je brûle

tu brûles

il brûle / elle brûle

nous brûlons

vous brûlez

ils brûlent / elles brûlent

imparfait

je brûlais

tu brûlais

il brûlait / elle brûlait

nous brûlions

vous brûliez

ils brûlaient / elles brûlaient

passé simple

je brûlai

tu brûlas

il brûla / elle brûla

nous brûlâmes

vous brûlâtes

ils brûlèrent / elles brûlèrent

futur simple

je brûlerai

tu brûleras

il brûlera / elle brûlera

nous brûlerons

vous brûlerez

ils brûleront / elles brûleront

 

synonymes

brûler

verbe transitif

calciner, carboniser, consumer, embraser, griller, incendier, incinérer, réduire en cendres, cramer (familier), passer au feu (région.)

roussir, brouir (vieilli ou région.)

torréfier, griller

irriter, piquer

verbe intransitif

se consumer, s'embraser, flamber, passer au feu (Québec), cramer (familier), ardre (vieux)

se brûler verbe pronominal

s'ébouillanter, s'échauder

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
J'ai encore assez de pouvoir pour te faire déchirer par les dogues, couper en morceaux et brûler vif ; je n'ai qu'un mot à dire !Harriet Beecher Stowe (1811-1896), traduction Louis Énault (1824-1900)
Les chaouchs, au lieu d'avoir le revolver au côté, l'ont maintenant à la main et parlent, cinquante fois par séance, de vous brûler la cervelle.Georges Darien (1862-1921)
Avez-vous l'intention de nous faire fusiller tous et de faire brûler la ville, dites donc ?Georges Darien (1862-1921)
Une foule s'amassait peu à peu pour voir saisir et peut-être pendre ou brûler les individus recherchés.Michel Zévaco (1860-1918)
La hausse du cours du pétrole fait qu'il devient moins onéreux de brûler les céréales que de faire du pain ou de nourrir les vaches laitières.Europarl
L'homme aux lèvres de soufre apprit la faiblesse de son alliée ; c'est pourquoi, il commanda au fou couronné de brûler la poutre et de la réduire en cendres.Comte de Lautréamont (1846-1870)
Les feux continuaient à brûler, et les loups, galopant à travers les cendres, soulevaient des nuages jaunes.Mayne Reid (1818-1883), traduction Allyre Bureau (1810-1859)
Il est tout aussi écologique de brûler des matières plastiques usagées que de brûler de l'essence neuve en vue de récupérer de l'énergie.Europarl
Nous soutenons ces mesures également, mais permettez-moi d'ajouter ceci : nous ne pouvons pas reconstruire la maison qui vient de brûler exactement telle qu'elle était avant.Europarl
Nous venions de brûler une gare, quand je vis une chose qui fit se dresser mes cheveux : le disque était fermé.Maurice Level (1875-1926)
On a plus tôt fait de brûler une ville et de massacrer une population que de trouver une explication congruente de ces exploits.Jean Massart (1865-1925)
Dès qu'il les vit, il ne cessa de les regarder à son tour et parut brûler d'envie de leur adresser la parole.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Le vrai est un flambeau immense qui nous éblouit, et la crainte de nous brûler fait que nous cherchons à passer le plus vite possible et en clignant des yeux.Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), traduction Aloïse Christine de Carlowitz (1797-1863)
Les artificiers ennemis chargés de brûler le pont, l'essayèrent plusieurs fois, mais ne purent y réussir.Napoléon Bonaparte (1769-1821)
Dès les premiers momens où elle a été investie, le gouverneur prussien avait fait brûler ses trois faubourgs.Napoléon Bonaparte (1769-1821)
Comment entamer son prestige, détacher de lui ces brutes égarées et aveuglées, les insurger contre leur idole, leur faire brûler ce qu'elles adorent !Georges Eekhoud (1854-1927)
Le soleil commençait à brûler les visages ; la poussière emplissait les yeux continuellement, et, des deux côtés de la route, se développait une campagne interminablement nue, sale et puante.Guy de Maupassant (1850-1893)
Maintenant, continua mon frère avec une poignante expression de souffrance répandue sur tous ses traits, faisons du feu pour brûler le corps de cette pauvre femme.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Je crois que cette politique est de loin préférable à celle qui consiste à « ne pas vacciner et à brûler ».Europarl
Jusqu'ici nous n'avions pû enflammer que des vapeurs chaudes, mais à présent nous pouvons brûler de la colophone séche.Benjamin Franklin (1706-1790), traduction Thomas-François d'Alibard (1703-1799)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BRUSLANT, ANTE » adj.

Qui brusle, ou qui est fort chaud. Un Palais bruslant. une ville bruslante. ce potage, ce pasté est tout bruslant, les climats bruslants sont les pays fort eschauffez du Soleil. ce malade est tout bruslant, il a une forte fievre.
 
On le dit figurément de ce qui est échauffé de quelque passion. On peint les Cherubins avec un visage enluminé, pour nous apprendre qu'ils font tout bruslants de l'amour divin. le coeur de l'homme est bruslant d'ambition, de desirs, &c.

Définition de « BRUSLER » v. act.

Reduire en cendre. La plus-part des Payens brusloient les corps morts, au lieu que les Chrêtiens les enterrent. de temps immemorial les Indiennes se bruslent toutes vives dans le bucher de leurs maris. les damnez brusleront éternellement dans l'Enfer, mais ils ne seront point consumez. Ce mot, selon Menage & Guyet, vient de brusulare ; selon d'autres, de praeustulare ; selon Du Cange, de bruscare, mot de la basse Latinité ; ou de l'Italien brusciare.
 
BRUSLER, se dit aussi en parlant de ce qui se consume pour chauffer, ou pour s'éclairer. On brusle tant de bois en cette maison. les pauvres gens ne bruslent que des tourbes. chez le Roy on ne brusle que de la cire. le bois verd ne brusle pas si bien que le sec, mais il fait un feu bien plus ardent.
 
BRUSLER, signifie aussi, Estre penetré du feu, ou en sentir l'action par l'attouchement. Le fer chaud brusle plus dangereusement que le bois, quand on le touche. prenez garde de vous brusler. Regnier a dit agreablement,
 
Quand on se brusle au feu que soy-même on attise,
 
Ce n'est point accident, mais c'est une sottise.
 
BRUSLER, se dit aussi hyperboliquement pour signifier, Eschauffer beaucoup, ou être eschauffé. Le Soleil brusle les campagnes d'Afrique. la chair brusle dans le pot. on brusle dans cette chambre, c'est une estuve. il a une forte fievre, les mains luy bruslent.
 
BRUSLER, se dit quelquefois en contre-sens, de l'action de plusieurs choses qui paroissent froides, & ne point contenir de feu. Quand la vigne est en bourgeon, il vient une gelée, un vent froid qui la brusle. il y a certain brouillard ou rouille qui brusle les bleds. la neige brusle les souliers, à cause d'un certain acide ou salpestre qui y est contenu. l'eau forte brusle le drap & la peau. la chaux brusle les toiles. On dit ironiquement à un homme dont le manteau trempe dans l'eau, que son manteau brusle. On dit aussi, qu'un miroir ardent brusle par les rayons qu'il ramasse ou qu'il refleschit dans son foyer.
 
BRUSLER, figurément signifie, Estre agité d'une violente passion d'amour, d'ambition, de desir, d'impatience. On peut brusler d'une chaste amour. St. Paul dit qu'il vaut mieux se marier, que brusler. on a dit du Baron de Feneste, qu'il brusloit d'ambition. il brusle du desir de faire telle chose. cette femme attend impatiemment celuy qui la doit mener au bal, les pieds luy bruslent.
 
On dit aussi, Brusler les yeux à quelqu'un, pour dire, Faire une chose en sa presence qu'on sçait bien luy devoir être desagreable, comme de cageoller sa femme. Cette metaphore est tirée de la coustume des Princes Orientaux qui aveuglent leurs cadets en leur mettant un fer chaud auprés des yeux.
 
On dit encore, Brusler de l'encens devant quelqu'un, pour dire, l'idolastrer, l'adorer, le flatter demesurément. Plusieurs Saints ont été martyrisez, parce qu'ils n'ont pas voulu brusler de l'encens devant les faux Dieux.
 
On dit adverbialement, Tirer un homme à brusle pourpoint, pour dire, le tirer de si prés qu'on ne le puisse manquer.
 
On dit aussi dans un sens figuré, qu'un argument est à brusle pourpoint, quand il est si convaincant, qu'on n'y peut répondre.
 
BRUSLER, se dit proverbialement en plusieurs phrases. Graissez les bottes d'un vilain, il dira qu'on les luy brusle, pour dire, qu'il y a des gens qui ne connoissent pas les bons offices qu'on leur rend. On dit aussi, qu'un homme brusle sa chandelle par les deux bouts, pour dire, qu'il fait des despences de plusieurs sortes qui le ruineront bientost. On dit aussi, qu'il s'est venu brusler à la chandelle, quand il est sorti d'un lieu où il étoit en seureté, pour se venir faire prendre en un autre. On dit, que la chandelle se brusle, quand on advertit un homme de doubler le pas pour arriver de jour au giste. On dit aussi, que le rost se brusle, pour advertir quelqu'un d'achever vistement une affaire, pour songer à une autre plus importante qui cependant deperit. On dit aussi entre joüeurs, que le tapis brusle, pour exciter quelqu'un à mettre au jeu. On dit, Je viendray à bout de cette affaire, ou j'y brusleray mes livres, pour dire, Je la veux poursuivre avec la derniere opiniastreté. On dit, qu'un homme brusle à petit feu, quand il languit aprés quelque chose importante qu'on luy a fait esperer, & qui ne vient point.
 
BRUSLÉ, ÉE. part. & adj. On dit de l'eau de vie bruslée, du vin bruslé, quand on y a mis le feu avec un papier allumé. du pain bruslé, de la viande bruslée, quand ils sont trop cuits.
 
On dit aussi au subst. qu'on sent le bruslé, quand on sent l'odeur de quelque chose qui brusle.
Vidéos La redingote La redingote

Découvrez une mini-série exclusive pour Le Robert, par l'humoriste Karim Duval.

05/03/2020