langueur

 

définitions

langueur ​​​ nom féminin

vieilli État d'un malade dont les forces diminuent lentement. ➙ dépérissement ; languir. Maladie de langueur.
Mélancolie douce et rêveuse. Langueur amoureuse (➙ langoureux).
Manque d'activité ou d'énergie. ➙ apathie, indolence.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Les enfants paraissaient atteints d'une maladie de langueur, ne mangeaient plus, accusaient des douleurs de ventre, traînaient quelque temps, puis expiraient au milieu d'abominables souffrances.Guy de Maupassant (1850-1893)
Pendant un mois environ, elle fut en proie à une sorte de maladie de langueur, puis le calme vint réellement, et bientôt l'indifférence.Maurice Clouard (1857-1902)
Mais toi, tu t'arrêtes, tu rétrogrades, tu reste dans un état de suspension et de langueur.Étienne Pivert de Senancour (1770-1846)
Dès qu'elle le vit entrer, ses sourcils dépouillèrent leur éternel nuage, elle secoua sa langueur.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Il était à cette époque dans un tel état de langueur qu'il avait besoin de recourir aux plus fortes potions de laudanum pour obtenir un peu de sommeil.Johann Georg Zimmermann (1728-1795), traduction Xavier Marmier (1809-1892)
Rassasiée de toutes les jouissances que peuvent donner le luxe et l'orgueil, je me sentais atteinte d'une langueur que rien ne pouvait dissiper.Ida Saint-Elme (1776-1845)
En arrivant, pris, dans le jardin, de ma langueur ; je me suis mis à dormir au soleil, sur une chaise.Eugène Delacroix (1798-1863)
Peu de temps après, la prieure tomba dans une langueur que ni les soins ni les remèdes ne purent dissiper, et à laquelle elle succomba au bout de quelques mois.Émile Souvestre (1806-1854)
Au bout de quelques mois, ma mère tomba en langueur ; elle ne pouvait presque plus travailler... alors le pain manqua.Émile Souvestre (1806-1854)
Un sentiment de bien-être moral, d'une mollesse, d'une langueur indéfinissables, s'empare peu à peu de lui.Eugène Sue (1804-1857)
Respirer le parfum des myrtes et des orangers, c'était à ses moments de langueur le soupir de sa jeunesse.Marie d'Agoult (1805-1876)
Je le trouvai pâle, triste, accablé ; ses traits avaient une expression de langueur touchante que je ne lui avais jamais vue.Eugène Sue (1804-1857)
Elle-même ne comprenait rien à l'état de langueur qui lui rendait le travail pénible et lui ôtait toute envie de rire.Marguerite Audoux (1863-1937)
Peut-être se laisse-t-on trop aller à négliger des choses indifférentes par elles-mêmes, et que pourtant il faut désirer, ou du moins recevoir, pour que les heures soient occupées sans langueur.Étienne Pivert de Senancour (1770-1846)
Il atteignait à peine sa vingtième année, et, pour avoir usé trop tôt de la vie, il s'en allait mourant d'une maladie de langueur.Paul Féval (1816-1887)
Mais un trouble la saisissait, une sorte de langueur amoureuse ; des silences haletants coupaient le dialogue ; des soupirs lui gonflaient la poitrine ; l'aveu suprême leur échappait.Élémir Bourges (1852-1925)
Moi seule je ne me faisais craindre par rien ; j'étais diable avec les diables, bête avec les bêtes, le tout par laisser aller de caractère ou par langueur physique.George Sand (1804-1876)
Les grands yeux d'ombre, sous le front si blanc, avaient de longs rayons tristes, mais aucune langueur.Daniel Lesueur (1854-1921)
Puis de ce mouvement de colère il retombe, comme retombe la nature, dans une langueur de tristesse ; et il se rappelle les rêves de félicité qu'il faisait dans sa jeunesse.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Ces fièvres une fois établies chez un sujet à la fin d'octobre, ne le quittent plus de tout l'hiver, et le jettent dans une langueur et dans une faiblesse déplorable.Volney (1757-1820)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « LANGUEUR » subst. fem.

Diminution des forces, de santé, causée par une maladie lente, & souvent mortelle. Beaucoup d'enfans meurent en chartre, en langueur. Les fiévres ectiques & autres maladies qui viennent de consomption font mourir en langueur & lentement.
 
LANGUEUR, se dit aussi en Morale des tristesses, des afflictions, ou des passions violentes qui nous privent de joye, ou de santé. Cet homme est si affligé de la mort de sa femme, qu'il ne vit plus qu'en langueur. Les amants disent qu'ils sentent une mortelle langueur.
Le mot du jour Fenêtre Fenêtre

Une pièce aveugle est une chambre sans fenêtre. À en croire ces mots, une fenêtre serait donc un œil ouvert sur le monde.

Aurore Vincenti 21/04/2020