nana

 

définitions

nana ​​​ nom féminin

familier Jeune fille, jeune femme. Les mecs et les nanas. C'est sa nana, son amie, sa compagne.
 

synonymes

nana nom féminin

fille

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Nana devait tenir son chapeau à deux mains pour qu'il ne fût pas enlevé, tandis que ses jupes flottaient avec des claquements de drapeau.Émile Zola (1840-1902)
Nana, que fâchait le manque d'entrain de ses convives, s'était mise à parler très haut.Émile Zola (1840-1902)
Nana, qui ne comprenait rien aux paroles chuchotées par le comte, n'osa pourtant demander de nouvelles explications.Émile Zola (1840-1902)
Nana s'était renversée de nouveau, allumant encore une cigarette, pendant que les autres pinçaient les lèvres par discrétion, pleines de philosophie.Émile Zola (1840-1902)
Nana tolérait tout, tremblante, caressante, avec la seule peur de ne plus le voir revenir, si elle lui adressait un reproche.Émile Zola (1840-1902)
Nana, qui se déshabillait, demanda à sa mère si la robe de la demoiselle du second, qu'on avait mariée le mois dernier, était en mousseline comme la sienne.Émile Zola (1840-1902)
Nana eut encore là une grosse déception, elle qui se figurait quelque chose de très vaste, une machine monumentale pour peser les chevaux.Émile Zola (1840-1902)
Nana, dominée, effarée, se hâta de prendre dans le secrétaire l'argent qui leur restait, et de l'apporter devant lui.Émile Zola (1840-1902)
Nana s'indignait, la consolait, jurait de la tirer de là, quand elle devrait elle-même aller trouver le ministre.Émile Zola (1840-1902)
Nana dormait sur le ventre, serrant entre ses bras nus son oreiller, où elle enfonçait son visage tout blanc de sommeil.Émile Zola (1840-1902)
Nana, quand son père l'avait giflée, demandait furieusement pourquoi cette rosse n'était pas restée à l'hôpital.Émile Zola (1840-1902)
Nana, qui commençait à se fâcher, disait de son grand air que ce n'était guère convenable.Émile Zola (1840-1902)
Nana le regardait fixement de ses yeux clairs, le menton dans la main, un pli ironique aux lèvres.Émile Zola (1840-1902)
Nana, qui justement lui avait acheté ce chapeau pour ne plus rougir d'elle, lorsqu'elle l'emmenait, faillit se fâcher.Émile Zola (1840-1902)
Nana, furieuse, continuait : elle ne voulait pas qu'on lui parlât sur ce ton, elle avait l'habitude d'être respectée.Émile Zola (1840-1902)
Nana passait, pareille à une invasion, à une de ces nuées de sauterelles dont le vol de flamme rase une province.Émile Zola (1840-1902)
Nana contemplait avec ravissement la plaine immense sous le ciel gris, où de gros nuages s'amoncelaient.Émile Zola (1840-1902)
Nana se traînait, empochait toujours des tatouilles de son père, s'empoignait avec sa mère matin et soir, des querelles où les deux femmes se jetaient à la tête des abominations.Émile Zola (1840-1902)
Nana le trouva si drôle, la bouche ouverte, le nez remuant à chaque ronflement, qu'elle fut secouée d'un fou rire.Émile Zola (1840-1902)
Nana dut relever sa robe en passant devant une borne-fontaine, dont le robinet mal fermé inondait les dalles.Émile Zola (1840-1902)
Afficher toutRéduire
Déjouez les pièges ! « Combien d'entretiens as-tu passé » ou « passés » ? « Combien d'entretiens as-tu passé » ou « passés » ?

Maîtrisez l'accord du participe passé avec un adverbe de quantité.

12/03/2020