peiner

 

définitions

peiner ​​​ verbe

verbe intransitif Se donner de la peine, du mal. Elle a peiné toute sa vie pour élever ses enfants. Il peinait pour s'exprimer. —  La voiture peine dans les montées. ➙ faiblir.
verbe transitif Donner de la peine à (qqn). ➙ affliger, attrister, fâcher. Cette nouvelle nous a beaucoup peinés. —  au participe passé Nous en sommes très peinés.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je peine

tu peines

il peine / elle peine

nous peinons

vous peinez

ils peinent / elles peinent

imparfait

je peinais

tu peinais

il peinait / elle peinait

nous peinions

vous peiniez

ils peinaient / elles peinaient

passé simple

je peinai

tu peinas

il peina / elle peina

nous peinâmes

vous peinâtes

ils peinèrent / elles peinèrent

futur simple

je peinerai

tu peineras

il peinera / elle peinera

nous peinerons

vous peinerez

ils peineront / elles peineront

 

synonymes

verbe intransitif

avoir du mal, (se) fatiguer, se démener, s'évertuer, en baver (familier), galérer (familier), ramer (familier), suer (familier), trimer (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
J'ai toujours reculé, pour ne point te peiner en parlant de notre séparation ; mais maintenant ce scrupule n'est plus à observer.Hector Malot (1830-1907)
Il vit peiner chétifs, dont il eut grand'pitié.Jules Michelet (1798-1874)
Il tâchait de se persuader que le servage des créatures hâves et squalides qu'il voyait peiner sur l'aire était pour lui plein d'intérêt.Camille Lemonnier (1844-1913)
Et pourquoi faut-il donc que tu m'écartes, pourquoi te peiner, de mon sourire ?Maurice Barrès (1862-1923)
Elles ont mieux à faire que de peiner avec nous aux mêmes besognes et dans les mêmes sillons.Charles Turgeon (1855-1934)
Jamais elle n'y aurait manqué si elle n'avait craint, en s'obstinant, de peiner son père.Victor Margueritte (1866-1942)
Elle avait tous les caprices ; et lui ne savait jamais dire non ; même, de peur de la peiner, il lui cacha jusqu'au bout le triste secret de sa fortune.Alphonse Daudet (1840-1897)
Si c'est là que l'humanité doit en venir, elle n'aura rien gagné du tout à peiner durant des milliers et des milliers d'années.Jules Lemaître (1853-1914)
Je ne voudrais pas vous peiner, mon ami, mais enfin, il faut bien le dire, puisque vous l'avez oublié : je suis mariée.Hector Malot (1830-1907)
Et pardonne-moi : je ne veux plus te peiner par mes plaintes.Madame Henri de la Ville de Mirmont (1860-1933)
Charlot resta seul à peiner avec le vieux père pour nourrir la mère et deux autres sœurs cadettes qu'il avait.Guy de Maupassant (1850-1893)
Mais tu sais bien que je t'aime, que je suis incapable de vouloir te peiner...Fernand Vandérem (1864-1939)
Mais, mon ami, peut-être ma vraie raison est-elle la crainte de peiner cette chère mère....M. Maryan (1847-1927)
Au risque de te peiner, mon enfant, ne dois-je pas t'apprendre à connaître le monde et te mettre en garde contre des inimitiés imméritées !Honoré de Balzac (1799-1850)
Nous ne pouvons plus aller trequegner sur les mottées, et le pauvre homme doit peiner pour deux ?Émile Souvestre (1806-1854)
Vois-tu, il n'avait pas l'intention de te peiner, non, pas du tout, c'est moi qui te l'assure.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Aussi les femelles, à qui ces fonctions incombent, sont-elles fort diversifiées entre elles, portant chacune les attributs de leur métier, d'ailleurs robustes, car elles ont souvent à peiner beaucoup.Jean Pérez (1833-1914)
La terre est si rouge que les gens, à force d'y peiner, en ont pris la couleur....Paul Adam (1862-1920)
Un domestique doit être si peiné d'avoir à peiner qu'il négligera nécessairement ceci ou cela.Ernest La Jeunesse (1874-1917)
Et puis, au moment de partir, après avoir passé un quart d'heure à peiner sur ses gants, qui ne voulaient pas entrer, et comme il brossait son chapeau neuf, patatras !Paul Féval (1816-1887)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PEINER » v. n.

Les chevaux peinent beaucoup à tirer des bateaux en remontant. On peine beaucoup en voyageant dans les montagnes & les marescages.
 
On le dit aussi avec le pronom personnel. Il se peine beaucoup pour bien apprendre ses exercices. Cet Ouvrier ne s'espargne point, il se peine extremement.
Drôles d'expressions Faire l'école buissonnière Faire l'école buissonnière

Faire l'école buissonnière : jouer, se promener au lieu d’aller en classe.

Alain Rey 18/02/2020