sublime

 

définitions

sublime ​​​ adjectif et nom masculin

littéraire
adjectif
Qui est très haut, dans la hiérarchie des valeurs (morales, esthétiques). ➙ admirable, divin. Une musique sublime. Un dévouement sublime. —  La Sublime Porte.
(personnes) Qui fait preuve de génie ou d'une vertu exceptionnelle. Un homme sublime de dévouement.
nom masculin
Ce qu'il y a de plus élevé, dans l'ordre moral, esthétique… ➙ grandeur.
Histoire littéraire (dans l'esthétique classique) Style, ton propre aux sujets élevés.

sublimé ​​​ nom masculin

Chimie Produit d'une sublimation (I). —  spécialement Composé du mercure obtenu par sublimation.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « sublime »

Aucun des soucis de la terre n'atteignait à ce front sublime, plein des fiertés féminines les mieux situées.Honoré de Balzac (1799-1850)
Sois tranquille, je saurai souffrir ; car, à présent, je vois un but sublime à ma souffrance.George Sand (1804-1876)
Cet entretien tendre et sublime a lieu sur les ruines du monde, sur le tombeau du genre humain.Jules Michelet (1798-1874)
La foule prend ce cri pour un récit tout entier, et elle a raison de s'en contenter, et plus raison encore de le trouver sublime quand il est vrai.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il se peut que cette fin sublime soit en réalité de temps en temps atteinte ici-bas.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Félix Rabbe (1834-1900)
C'est une chose sublime et douce que l'espérance dans un enfant qui n'a jamais connu que le désespoir.Victor Hugo (1802-1885)
Nous demandons que vous concouriez avec nous à diriger le mouvement sublime du peuple, en nommant des commissaires qui nous seconderont dans ces grandes mesures.Georges Jacques Danton (1759-1794)
Ils se racontaient leur histoire commune, avec la confiance touchante et sublime des êtres bons.Albert Delpit (1849-1893)
Une résolution subite et généreuse, une victoire sur soi-même, un mot sublime, devient aussi un coup de théâtre.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Ce beau jour, approchant de sa fin, éclairait de ses dernières splendeurs une scène vaste, bizarre et sublime, que je n'oublierai jamais.Octave Feuillet (1821-1890)
Tout genre d'écrire reçoit-il le sublime, ou s'il n'y a que les grands sujets qui en soient capables ?Jean de La Bruyère (1645-1696)
Vous n'êtes ni céleste, ni sublime : je vous connais, je vous ai rencontrée un jour chez mes parents.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Une sublime nature ne rend-elle pas plus susceptible de passion, et la passion ne fait-elle pas mieux comprendre une nature sublime ?François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Tout ce qui nous est revenu de leurs paroles en 1848 est purement et simplement sublime.Jules Michelet (1798-1874)
C'est ici le poëme populaire de la conscience, et, depuis les jours des apôtres, les hommes ne l'ont point conçu plus sublime et plus complet.Hippolyte Taine (1828-1893)
L'intelligence qui n'arrive point à l'amour, à la volonté, manque de puissance pour le développement de la vérité, elle n'en atteint point la vaste et sublime profondeur.Ossip Lourié (1868-1955)
Et s'il est le plus grand des poètes, n'est-ce pas parce qu'il a célébré la plus grande chose et la plus sublime qui soit sous le ciel : l'amour !Erckmann-Chatrian (1822-1899, 1826-1890)
Plus sublime est la force qui sait construire le corps vivant de l'homme et de la femme.Camille Flammarion (1842-1925)
Ce dernier reparut, repoussa son frère et lui pardonna ; trait sublime à cause des temps.Jean-Baptiste-Joseph Champagnac (1798-1858)
Les bons citoyens qui souffrent pour la liberté doivent se consoler par ce grand et sublime motif.Georges Jacques Danton (1759-1794)
Afficher toutRéduire

Exemples de « sublimé »

Cette idée n'était pas absolument sans fondement, et l'on trouva souvent entre leurs mains du sublimé corrosif.François-Maximilien Bibaud (1823-1887)
Ce fut avec du sublimé qu'elle mit dans ses œufs comme du sel.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Voici de la quintessence, le suc essentiel, un sublimé d'art, et, dans un flacon d'or pur, très peu d'essence – assez pour parfumer un siècle !Georges Rodenbach (1855-1898)
La différence est du mercure au sublimé corrosif.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
La quatrième, d'odeur de cumin austère et amère, a rendu laiteuse la solution du sublimé.Joseph Bertrand (1822-1900)
Je me contentai donc de faire l'injection avec du sublimé corrosif.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
On polit la plaque avec du sublimé et du tripoli d'abord, et ensuite avec du rouge, jusqu'à ce qu'on arrive à un beau noir.Louis Daguerre (1787-1851)
Des bains qui renfermaient une dissolution de sublimé avaient produit cette teinte verdâtre qu'on attribuait au poison.Adolphe Thiers (1797-1877)
Toute plaie, si petite soit-elle, doit être nettoyée de toute souillure avec de l'eau phéniquée, ou avec une solution de sublimé, d'acide boriqué ou simplement avec de l'eau bouillie.Félix Chapuis (1853-?)
Solution aqueuse de bichlorure de mercure (sublimé corrosif).Louis Daguerre (1787-1851)
La cinquième partie fort acide et mêlée de sulfuré, a précipité le sublimé.Joseph Bertrand (1822-1900)
J'ai su depuis qu'on avoit fait un quiproquo chez l'apothicaire, et qu'on avoit donné du sublimé pour du cristal minéral.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Elle ne périra pas par les grandes et nobles attaques de la pensée, mais tout bonnement par le bas poison, le sublimé corrosif de l'esprit français : la blague.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Un peu de sublimé pour éviter l'infection, car de la terre dans une blessure suffit à développer la gangrène...Michel Corday (1869-1937)
C'était le mariage sublimé ; ces deux enfants étaient deux lys.Victor Hugo (1802-1885)
Chez lui, on a dit que ç'avoit été par mégarde ; que le sublimé sert à la monnoie, et qu'elle le prit pour du sel.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SUBLIMÉ » subst. masc.

Poison violent qui se fait en sublimant du mercure avec des sels violents dans un alembic, comme du sel armoniac, & du vitriol ; & alors on l'appelle le sublimé corrosif : mais quand il est meslé avec du mercure coulant, il est appellé sublimé doux, & on s'en sert dans la cure de diverses maladies, & sur tout des veneriennes. Le sublimé est un corps blanc & rempli de veines luisantes & cristalines. Le corrosif ne peut agir, s'il ne trouve quelque humidité. Le sublimé doux demande plusieurs lotions & sublimations, avant qu'on ait corrigé tout ce qu'il a de corrosif. Il n'y a rien de plus bruslant aprés le feu que le sublimé corrosif. Les esprits volatils blanchissent la solution du sublimé corrosif.
Le mot du jour Reprise Reprise

En français, le préfixe re-, ré-, r- est issu du latin re-, red- qui marque un retour à un état antérieur, une répétition ou un mouvement en sens contraire qui déconstruit tout ce qui a été établi.

Aurore Vincenti 11/05/2020