taire

 

définitions

se taire ​​​ verbe pronominal

Rester sans parler, s'abstenir de s'exprimer. —  Savoir se taire, être discret. Je préfère me taire là-dessus, ne rien dire à ce propos. —  locution, familier Il a manqué, perdu une belle occasion de se taire, il a parlé mal à propos.
Cesser de parler (ou de crier, de pleurer). Elles se sont tues. Taisez-vous ! ➙ chut, silence.
(avec ellipse de se) Faire taire qqn : empêcher de parler, de crier, de pleurer ; forcer à se taire. —  au figuré Faire taire l'opposition. ➙ museler.
(sujet : chose) Ne plus se faire entendre. ➙ s'éteindre. L'orchestre s'était tu.

taire ​​​ verbe transitif

Ne pas dire ; s'abstenir ou refuser d'exprimer (qqch.). ➙ cacher, celer. Taire ses raisons. Une personne dont je tairai le nom.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je tais

tu tais

il tait / elle tait

nous taisons

vous taisez

ils taisent / elles taisent

imparfait

je taisais

tu taisais

il taisait / elle taisait

nous taisions

vous taisiez

ils taisaient / elles taisaient

passé simple

je tus

tu tus

il tut / elle tut

nous tûmes

vous tûtes

ils turent / elles turent

futur simple

je tairai

tu tairas

il taira / elle taira

nous tairons

vous tairez

ils tairont / elles tairont

 

synonymes

se taire verbe pronominal

faire silence, demeurer, rester bouche cousue, demeurer, se tenir coi, avoir avalé, perdu sa langue, ne pas desserrer les dents, ne pas dire un mot, se fermer comme une huître, fermer sa goule (vieux ou région.), la boucler (familier), s'écraser (familier), la fermer (familier), fermer son bec (familier), fermer sa gueule (très familier), mettre sa langue dans sa poche (familier), ne pas piper (familier), se fermer la trappe (familier, Québec)

garder un secret, être discret, ne rien dire, être une tombe

s'éteindre, s'apaiser, se calmer, s'arrêter

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il faut ou bien se taire, ou bien dire des choses qui sont meilleures que le silence.Léon Tolstoï (1828-1910), traduction Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936)
Mais je suis obligé de me taire, car à quoi bon parler pour n'être pas compris ?Frédéric Bastiat (1801-1850)
Elle inclina la tête pour me répondre oui, et elle continua de se taire sans que j'osasse insister.Paul Bourget (1852-1935)
Il se croyait encore en 1852, mais il se trompait d'époque, les raisons qui nous faisaient taire n'existaient plus.Eugène Le Roy (1836-1907)
En effet, j'ai failli à la règle d'or, selon laquelle le président ne doit jamais interférer en la matière, mais je ne pouvais me taire sur ce sujet.Europarl
Elle a eu raison de se taire avec celui-ci ; n'a-t-elle pas eu tort de si bien accueillir l'autre ?Eugène Fromentin (1820-1876)
Théodore préféra se taire : ce fut peut-être la seule circonstance de sa vie où il montra un peu de dignité.André Le Glay (1785-1863)
Nous avons déjà constaté dans d'autres commissions, y compris des commissions d'enquête, que l'on fait des promesses pour l'avenir dans le but de taire les difficultés actuelles.Europarl
S’ils sont faux, il faut en recueillir les preuves, pour enfin faire taire les rumeurs.Europarl
Dans des cas semblables l'oreille gauche ne doit pas même entendre ce qui est dit à la droite, et le devoir strict est de se taire.Bernard-Henri Gausseron (1845-1913)
Il était en disposition de se taire, et je sentis que toute question n'amènerait que des faux-fuyants, et l'irriterait encore sans me satisfaire.Eugène Fromentin (1820-1876)
Et je lui racontai mon aventure, sans lui parler de ce que je croyais devoir lui taire ; mais il me prévint.George Sand (1804-1876)
Pour la faire taire je passai des yeux à la bouche, et je donnai au mot « finir » la conclusion que je préférais.Guy de Maupassant (1850-1893)
On ne peut pas étouffer les idées que ces institutions contredisent : on ne peut pas faire taire les besoins qu'elles froissent.Émile Durkheim (1858-1917)
Au lieu de me jeter dans les bras qu'on me tendait, je fis taire mon cœur et..., je m'envolai !Henri de La Blanchère (1821-1880)
C'était à l'aide de pareils raisonnements qu'elle faisait taire sa conscience et marchait le front découvert à la réalisation de ses desseins.Louis Reybaud (1799-1879)
Elle lui répondit : vraiment, pour un vieil homme, vous dites de vilaines paroles ; il vaudroit mieux vous taire, ou dire votre patinostre.François Béroalde de Verville (1556-1626)
Mais surtout tâchez de faire taire cette langue toujours en action que vous avez à votre service, défendez-lui bien de parler.Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
C'est pourquoi nous ne pouvons pas continuer à nous taire sur la situation qui y règne.Europarl
Nous l'avons accepté hautement, nous l'avons soutenu ; nous avons fait taire toutes les rivalités, toutes les jalousies.François Guizot (1787-1874)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TAIRE » v. act. & n.

S'abstenir de parler, ne découvrir pas une chose qui doit être secrette. On a donné autrefois de grosses sommes à Demosthene pour se taire. Le vice des femmes est de ne pouvoir se taire, de ne pouvoir garder un secret. Les Huissiers sont dans les Audiences pour faire taire les causeurs, pour faire faire silence.
 
TAIRE, signifie aussi, Rendre confus, empêcher de repliquer. Cette raison convaincante luy ferma la bouche, le fit taire. Si je luy reproche certaine action, je le feray taire, je le rendray confus & muet. C'est un homme qui ne se peut taire, quand il est sur les loüanges du Roy. Il ne se peut taire des cruautez qu'il a souffertes en captivité.
 
TAIRE, signifie aussi, Dissimuler, obmettre de dire une chose qu'il est necessaire d'exprimer. C'est un vice essentiel dans une provision de Cour de Rome, de taire, de dissimuler le nombre, la qualité des autres Benefices qu'on possede. Il a receu une seconde fois son payement, taisant qu'il avoit été satisfait d'ailleurs.
 
TAIRE, signifie aussi, S'abstenir de parler. Ainsi Regnier a dit de son Pedant :
 
Ciceron il s'en taist, dautant que l'on le crie
 
Le pain quotidien de la Pedanterie.
 
TAIRE, se dit aussi des choses qui cessent de faire du bruit. L'orage est un peu appaisé, les vents se taisent, ne font plus de bruit. Les cloches se taisent le jour du Vendredy Saint. On dit qu'on fait taire les grenouilles d'un marais en esté en leur faisant voir du feu.
 
TAIRE, se dit figurément en Morale, & signifie, Plier, ceder, obeïr. Au milieu des armes les loix se taisent. Racine a dit fort elegamment en parlant d'Alexandre :
 
Et la terre en tremblant se taire devant vous :
 
dans la pensée de l'Escriture, Et in conspectu ejus terra siluit.
 
TEU, TEUË part. pass. & adj.
Drôles d'expressions Noter sur ses tablettes Noter sur ses tablettes

Noter sur ses tablettes : prendre bonne note de quelque chose.

Alain Rey 28/09/2020