barbe

 

définitions

barbe ​​​ nom féminin et interjection

Poils du menton, des joues et de la lèvre supérieure. Avoir la barbe dure. Visage sans barbe. ➙ glabre, imberbe. Se faire faire la barbe. ➙ raser. Une barbe de huit jours, pas rasée depuis huit jours. allusion
locution, au figuré Rire dans sa barbe, en se cachant. Parler dans sa barbe, de manière inaudible. —  À la barbe de qqn, devant lui, malgré sa présence. —  Une vieille barbe : un vieil homme sérieux et ennuyeux. ➙ barbon, birbe.
Barbe à papa : confiserie formée de filaments de sucre.
spécialement Poils que les hommes laissent pousser sur le menton et les joues (à l'exclusion de la moustache et des favoris).
Longs poils que certains animaux ont à la mâchoire, au museau. Barbe de chèvre.
Cartilages servant de nageoires aux poissons plats (ex. la barbue).
Pointe effilée de certains épis.
Barbe-de-capucin : chicorée sauvage.
Chacun des filaments serrés formant la plume d'un oiseau.
Barbes : petites irrégularités au bord d'une chose coupée.
interjection La barbe !, quelle barbe !, quel ennui ! ➙ barbant, barber.

barbe ​​​ adjectif et nom masculin

Cheval d'Afrique du Nord. Un cheval barbe ; un barbe.
 

synonymes

barbe nom féminin

barbiche, barbichette, bouc, collier, favoris, impériale, moustache, pattes de lapin, barbouze (familier)

barbillon, barbille, barbule

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il avait à peine trente ans, mais ses cheveux et sa barbe avaient blanchi pendant son emprisonnement.Rudolf Carl von Slatin (1857-1932), traduction Gustave Bettex (1868-1921)
Et puis il se fait la barbe tous les dimanches, à présent, et voilà des habits neufs qui ne sont point mal.George Sand (1804-1876)
Mais que j'aie mon âme avec barbe et moustaches au sortir de cette vie, voilà ce qui m'importe, car des barbes d'ici- bas je ne me soucie guère.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Les branches pendantes et les plantes parasites se sont chargées d'orner de barbe et de sourcils cette face fantastique reflétée dans un bassin.George Sand (1804-1876)
Mais pourquoi n'avez-vous pas d'effets avec vous, et votre barbe n'est-elle point rasée, et vos vêtements sont-ils couverts de boue ?Léon Tolstoï (1828-1910), traduction Michel Delines (1851-1914)
Si ce vaste menton était couvert d'une longue barbe ; savez-vous que cela figurerait très bien en bronze ou en marbre.Denis Diderot (1713-1784)
J'ai envie de m'y enterrer, de laisser croître ma barbe et de me mettre à vous détester tous.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Ses cheveux commençaient à blanchir aux tempes et des poils gris se montraient dans la barbe qui croissait sur ses joues.Vicente Blasco Ibáñez (1867-1928), traduction Georges Hérelle (1848-1935)
Quoiqu'il eût de gros traits, il avait l'air noble et majestueux, et un santon aurait pu être jaloux de la longue barbe noire qui descendait sur sa poitrine.Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Avec ses longs cheveux et sa barbe noire, il était tout semblable aux anciens preux dont les statues étendues sur leurs tombes gisaient autour de lui.George Sand (1804-1876)
Le second vainqueur s'attaqua à la barbe, aux lèvres, aux yeux, aux sourcils du vaincu, et revint finalement à son chapeau.Jules Girardin (1832-1888)
Sa hautesse était un homme d'un aspect imposant, dont le turban descendait jusqu'au nez, et dont la barbe remontait jusqu'aux yeux.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Et ce jeune garçon, que fera-t-il avec son visage sans barbe et ses habits déchirés ?George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Lun deux, petit vieillard chétif et courbé, avec une maigre barbe grise, navait rien de remarquable quun large ruban bleu passé en sautoir sur son cafetan de gros drap gris.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Ses joues, larges et fermes, sont en partie cachées sous d'épais favoris qui se réunissent sous le menton et viennent rejoindre la barbe qui entoure les lèvres.Mayne Reid (1818-1883), traduction Allyre Bureau (1810-1859)
Il courait de côtés et d'autres, la tête nue, les cheveux et la barbe au vent.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Signe (dit-on) de trahison ou de perfidie, qu'une chevelure et une barbe de couleur différente.Jules Barbey d'Aurevilly (1808-1889)
Le petit garçon aux cheveux rouges lui apporta avec une sorte de fierté enfantine un nécessaire en argent pour se faire la barbe.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Ils amenèrent d'abord le domestique, son cheval, ensuite le lieutenant, puis son cheval ; enfin ma femme, et après elle son petit barbe.Rudolph Erich Raspe (1736-1794) et Gottfried August Bürger (1747-1794), traduction Théophile Gautier (1836-1904)
Seyd, avec son turban, est mollement étendu dans la haute salle de son palais ; autour de lui sont les chefs à longue barbe qui l'accompagnent dans son expédition.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BARBE » s. m.

est un cheval de Barbarie qui a une taille menuë, & les jambes déchargées. On dit que les Barbes meurent, mais qu'ils ne vieillissent jamais, parce qu'ils conservent leur vigueur jusqu'à la fin : c'est pourquoy on en fait des estalons. Et on appelle un eschappé de Barbe, un poulain engendré d'un Barbe. Il y a des Barbes en Afrique qui attrappent les Autruches à la course, qu'on vend ordinairement dix mille livres. On les entretient toûjours maigres, & on les nourrit fort peu avec quelques grains & de la paste. Ils ne sont point ferrez, & ont de petites selles rases, des brides & estriers legers, & courent avec autant de liberté comme s'ils n'étoient point montez.
 
BARBE, se dit proverbialement en ces phrases. Barbe bien estuvée est à demi rasée. On dit aussi, Faire une chose à la barbe de quelqu'un, pour dire, la faire hardiment, malgré luy & en sa presence. On dit aussi, qu'il faut qu'un homme s'en torche la barbe, ou les barbes, pour dire, qu'il n'aura point de part à une affaire où il desiroit d'entrer. On dit, qu'on doit être sage, quand on a la barbe au menton. On dit aussi, Rire sous barbe, ou rire sous cappe, quand on entend quelque discours avec plaisir, sans en rien témoigner à l'exterieur. On dit aussi abusivement, Faire barbe de foarre à Dieu, au lieu de dire gerbe de foarre, pour dire, luy faire une méchante offrande, luy donner le pire de ce qu'on a. On dit aussi par mépris aux jeunes gens qui se mêlent de donner conseil, Vous avez la barbe trop jeune, vous estes une jeune barbe, pour dire, Vous n'avez point d'experience dans les affaires du monde. On dit encore, mais bassement, Faire danser Ste. Barbe, pour dire, qu'il faut traitter, saouler les gens, des suffrages desquels on a besoin. On dit aussi, Faire la barbe à quelqu'un, pour dire, luy faire affront, parce que c'étoit autrefois une peine fort ignominieuse de raser la barbe à quelqu'un, non seulement en France, mais même chez les Grecs, & chez plusieurs autres nations : d'où sont venuës ces trois façons de parler, Je veux qu'on me tonde, Je luy auray le poil, &, Je luy seray la barbe.

Définition de « BARBE » s. f.

Poil qui vient au menton des hommes, quand ils ont 18. ou 20. ans. Une longue barbe rend venerable un vieillard, un Magistrat, un Capucin. La plus-part des peuples sont differents en la maniere de porter, de faire leur barbe. Les Americains furent fort surpris de voir les Espagnols qui avoient de la barbe. Une barbe à l'Espagnole, à la Turque, c'est une barbe, dont le poil de dessus les levres est retroussé en crocs, ou en garde de poignard. C'est une marque de deuil chez la plus-part des peuples, de laisser croistre sa barbe. Faire une barbe, c'est la raser. Jean Kinson dit que les Tartares sont en guerre avec les Persans, à cause qu'ils ne veulent pas coupper les moustaches de leur barbe comme font les Tartares ; & pour cela ils les appellent Infidelles, quoy qu'ils s'accordent avec eux dans les autres points de la Religion Mahometane. Chez les Romains on faisoit une visite de ceremonie à ceux à qui on faisoit la barbe pour la premiere fois, ou qui prenoient la Robbe virile. Autrefois on faisoit une ceremonie de benir la barbe, & de la consacrer à Dieu, quand on la rasoit aux Ecclesiastiques. Warnefridus dit que le nom des Lombards vient de ce qu'ils portoient une longue barbe. Clodion commanda aux François de porter de grands cheveux, & de laisser croistre leur barbe, pour les distinguer des Romains. Cette coustume a duré jusqu'au Roy Louïs le Jeune. Ce mot vient du Latin barba.
 
BARBE, se dit aussi des poils qu'ont les autres animaux au menton, ou aux environs de la gueule. Les boucs & les chevres ont de la barbe sous le menton. un chat, un rat ont des barbes. On appelle aussi Barbe de coq, cette chair rouge qu'il a au dessous du bec.
 
BARBE, se dit aussi des petites arestes ou cartilages qu'ont les poissons plats, qui leur servent de nageoires, comme les turbots, les barbuës, les solles, les carrelets. Les barbes de la Baleine sont celles qui luy tombent sur les maschoires, qui sont des bandes plattes & pliantes qui servent à mettre dans des corps de juppes de femmes pour les rendre fermes. On les appelle autrement fanons.
 
BARBE, se dit aussi des longs poils qui sont au bout des espics. L'orge & le seigle ont des barbes bien plus longues que le froment. Il se dit aussi des plumes, & autres choses semblables.
 
BARBE, se dit aussi des poils qui passent dans des étoffes effilées par l'usure. Il faut faire la barbe à cette garniture, à ce manteau.
 
BARBE, se dit encore de ces excrescences & menus poils qui forment la chansissure des choses qui se corrompent. Ces confitures sont gastées, chansies, elles ont de la barbe.
 
On appelle aussi barbes dans les monnoyes, les petites pointes ou filets qui y paroissent avant qu'elles ayent été frottées ou polies.
 
BARBE, ou Sous-barbe, est la partie de la teste du cheval qui porte la gourmette ; & c'est le dehors de la maschoire inferieure au dessus du menton.
 
BARBES, en termes de Manege, sont des superfluitez de chair qui viennent dans le canal de la bouche du cheval, dans cet intervalle qui separe les barres, & qui est sous la langue. On les appelle aussi barbillons. On le dit aussi des boeufs.
 
BARBES, se dit aussi de ces petites pointes ou avances qui sont à un des costez du pesne d'une serrure, qui donnent prise à la clef pour le faire ouvrir, ou fermer.
 
En termes de Marine, on appelle Ste. Barbe, la chambre des Canoniers, qui est au bas du chasteau de pouppe, au dessus de celle où on met le biscuit, & au dessous de la chambre du Capitaine ; parce que les Canoniers ont choisi Ste. Barbe pour Patrone. On l'appelle autrement Gardiennerie : les vaisseaux de guerre y ont deux sabords. On appelle barbes, les parties du bordage de l'avant du vaisseau, à l'endroit où l'estrave s'assemble avec la quille.
 
On dit en termes de Guerre, Tirer le canon en barbe, pour dire, le tirer par dessus la hauteur du parapet, au lieu de le pointer par l'ouverture des embrasures.
Les mots croisés du Robert Vins et vendanges Vins et vendanges

Jouez avec les mots du vin, et savourez cette grille de saison !

27/09/2020